C’est avec un plaisir immense et une grande fierté que la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS a reçu vendredi la certification Planetree pour son programme de déficience physique. Sur la photo se trouvent Christian Gauthier, directeur des programmes déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficience physique, Johanne Turgeon, présidente-directrice générale adjointe, Patrice Lamarche, usager du programme déficience physique, Micheline Richer, membre du conseil d’administration, expertise réadaptation et présidente du comité de vigilance qualité du CA, ainsi que Jacques Fortier, président du conseil d’administration.

Une approche reconnue mondialement

Des leaders au sein de la grande famille du CIUSSS de l’Estrie-CHUS : voilà ce que sont devenus vendredi les quelque 300 employés du programme déficience physique du CIUSSS de l’Estrie-CHUS (regroupés avant la fusion sous l’appellation du Centre de réadaptation de l’Estrie — CRE) en recevant la nouvelle certification Planetree. Le CIUSSS devient ainsi le deuxième établissement de santé dans le monde à recevoir cette certification pour l’un de ses programmes.

D’entrée de jeu, la question s’impose : qu’est-ce qu’une certification Planetree? Planetree est un organisme d’accréditation des mesures mises en place pour personnaliser et humaniser le système des soins et des services de santé. Il structure et encadre l’intangible : le mariage des savoirs, le savoir-faire et surtout, le savoir-être. En gros, la certification vient reconnaître une approche centrée sur les usagers.

Sur papier, les chiffres sont éloquents : le programme de déficience physique a reçu une note de 97 % après avoir été évalué sous 26 critères d’un standard international et pas moins de 121 indicateurs. Près de 120 personnes, des employés, des cadres et des usagers, ont été sondés par les représentants de l’organisme international.

Et concrètement, ça fonctionne aussi. Cette approche porte réellement ses fruits auprès des usagers. Ils sont environ 3000 à recevoir ses soins et services chaque année.

Patrice Lamarche, un usager du programme déficience physique, peut en témoigner. Cet ancien comptable agréé était en pleine forme quand il s’est « cassé le cou » lors d’un mauvais plongeon en 1991. Il est alors instantanément devenu tétraplégique. La route de l’hospitalisation et de la réadaptation a été longue. Depuis plusieurs années, M. Lamarche habite seul en appartement et se déplace en fauteuil roulant grâce à un dispositif qu’il contrôle avec sa bouche et avec son souffle. Il est retourné à l’université et aime voyager. « Mon but, c’est de faire connaître les possibilités aux gens qui ont des besoins spéciaux, comme moi. Il ne faut pas se priver. Il existe tellement de possibilités aujourd’hui », assure-t-il.

Au cours de ces 27 dernières années, rien n’aurait été pareil sans la présence des intervenants du programme déficience physique dont les intervenants ont été près de lui.

« L’humanisation des soins vient des intervenants, mais elle a toujours été véhiculée par la direction aussi. Pour quelqu’un comme moi qui a eu un pépin dans sa vie, tu as besoin de beaucoup de résilience pour surmonter un obstacle comme ça, et c’est important d’être traité avec humanisme. Ça nous aide à venir chercher le meilleur de soi-même », ajoute-t-il.

Vent d’espoir pour les employés et la direction

Il n’y avait pas que les employés du programme de déficience physique qui étaient heureux de recevoir la certification vendredi. Ce grand honneur a aussi fait le bonheur des membres de la haute direction et des membres du conseil d’administration de ce grand CIUSSS de l’Estrie-CHUS. En effet, dans un système de santé bousculé par une profonde réforme, par une rareté de la main-d’œuvre et par un taux d’absentéisme en assurance-salaire plus élevé que jamais, cette certification a été perçue comme une bouffée d’air frais, comme un vent d’espoir.

« Ce que cette certification vient reconnaître, c’est le cœur des employés de ce programme », a lancé d’entrée de jeu Christian Gauthier, directeur des programmes déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficience intellectuelle au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« Le CRE avait déjà reçu la certification trois fois par le passé. Et de voir aujourd’hui que l’équipe a réussi à maintenir sa certification à travers ce qu’on appelle le tsunami, de la fusion, c’est exceptionnel », ajoute-t-il.

« Les usagers du programme déficience physique peuvent compter sur une équipe exceptionnelle et mobilisée qui place les usagers au cœur de leurs interventions pour offrir une expérience de soins et des services empreints de chaleur et d’écoute tout en respectant leur rythme, leur autonomie et leurs décisions », ajoute M. Gauthier.

Dans ce contexte, il ne cache pas non plus qu’une telle certification devient attractive pour les employés et qu’elle favorise certainement la rétention au sein de son équipe.

Maintenant que ce programme a été intégré à la grande famille du CIUSSS de l’Estrie avec ses 17 000 employés, ses employés sont perçus comme des leaders dans leur approche auprès de la clientèle.

Et la direction veut aller plus loin.

« La prochaine clientèle que nous visons est celle de la déficience intellectuelle et des troubles du spectre de l’autisme, où des travaux dans ce sens avaient déjà été commencés », soutient Johanne Turgeon, présidente-directrice générale adjointe du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« Ensuite, on aimerait aussi pouvoir l’offrir à la clientèle jeunesse et à la clientèle santé mentale », ajoute Mme Turgeon.

Du travail a aussi été commencé pour soutenir les employés qui travaillent dans les « milieux d’accueil du système de santé », dont les salles d’urgence, « où les choses vont parfois très vite », ajoute Mme Turgeon.