Les Cougars du Collège Champlain ont remporté un troisième Bol d’Or en cinq ans, samedi, grâce à un gain sans équivoque de 36-0 face aux Cheetahs de Vanier.

Les Cougars parfaits

Les Cougars du Collège Champlain ont été sans pitié pour les Cheetahs de Vanier samedi en finale du Bol d’Or en division 1 du football collégial.

Les Sherbrookois ont ainsi remporté un troisième Bol d’Or en cinq ans (2013, 2015, 2017) grâce à une victoire de 36-0 acquise lors d’un match où ils ont été presque parfaits.

Les Cougars n’auront donc subi qu’un seul revers lors de cette campagne 2017, qui était la première de l’entraîneur-chef Kevin Mackey. Et leurs quatre derniers matchs se sont conclus en temps continu, puisqu’ils avaient les devants par plus de 35 points. C’est vous dire.

Comme elle l’a fait pendant toute la saison, l’unité défensive des Cougars a été intraitable. Des exemples?

Attaque sous pression

Vanier n’a réussi que six premiers jeux pendant tout match, et son attaque n’a généré que 64 verges nettes au total. L’attaque au sol des Cheetahs a été annihilée, avec seulement 22 verges.

L’attaque aérienne a été sous pression pendant tout le match; les Cougars ont en effet réalisé sept sacs totalisant 90 verges de pertes.

Et pour finir, l’unité défensive a inscrit le dernier touché du match pour les Cougars, au milieu du troisième quart, à la suite d’une interception de Vincent Délisle. Sherbrooke avait alors les devants 36-0

Les Cougars ont inscrit leur premier majeur par l’entremise du porteur Thomas Bertrand-Hudon à la suite d’une course de cinq verges.

À la demie, c’était Champlain partout, et l’équipe de Kevin Mackey était déjà en avance 26-0 grâce à deux passes de touché de Bolduc à Dhandre Weekes sur 55 verges et à Charles Giroux sur 17 verges.

C’était dans la poche pour les Cougars.

En mission

C’est le quart-arrière de deuxième année Thomas Bolduc qui a été nommé joueur par excellence du match, grâce à ses 157 verges de gain (13 en 21) et ses deux passes de touché.

« J’étais seulement content de célébrer la victoire avec les gars quand j’ai entendu mon nom. C’est vraiment tout un honneur. C’est un titre qui revient par contre à toute l’équipe », a indiqué le Sherbrookois.

« On était en mission depuis notre défaite contre André-Grasset, en début de saison. On s’était bien promis que plus rien ni personne ne nous arrêterait jusqu’au titre. Et c’est ce qui est arrivé. On avait un plan de match parfait, contre Vanier. On a attaqué leur front défensif avec notre attaque au sol, ce qui a ouvert le jeu aérien. On était capable d’aller chercher cinq ou six verges par portée; rarement on a été en situation de troisième et long. »

Au sol, les Cougars ont couru pour 187 verges et un touché, inscrit par Thomas Bertrand-Hudon (109 verges de gain en 26 portées)

C’est le 13e titre des Cougars depuis 1978.

« On a livré des performances inspirées et dominantes en séries; chapeau aux joueurs et aux entraîneurs », a dit Kevin Mackey.

« Notre exécution a fait la différence. C’est pour en arriver là qu’on travaille toute l’année, c’est le but visé. On avait le Bol d’Or comme objectif dès le début de la saison. On ne voulait pas tout montrer, pendant la saison. Les joueurs ont acheté le plan de match, et rendu au match ultime, c’était le temps de tout sortir. Je suis vraiment fier des gars ».

Poursuivre le travail

La tradition d’excellence des Cougars, Kevin Mackey connaît.

« J’ai joué à Champlain, et c’est là que j’ai amorcé ma carrière d’entraîneur. Je connais la tradition d’excellence. Je n’ai en fait que poursuivi l’excellent travail fait par mes prédécesseurs, dont mon ami Jean-François Joncas. Je peux dire avec fierté que le personnel d’entraîneurs qu’on a à Champlain serait de taille pour une formation universitaire », a-t-il analysé.

Mackey n’était pas le seul entraîneur à sa première année avec les Cougars; son coordonnateur offensif Shane McDonald aussi.

« Shane a joué pour moi à Bishop’s (McDonald était quart-arrière avec les Gaiters de Bishop’s, NDLR). Déjà à l’époque, on voyait que c’était un gars cérébral, et qu’il avait déjà toutes les qualités d’un bon entraîneur. On a eu une très bonne collaboration toute l’année. »

« On a eu aussi la chance de pouvoir compter sur André Bolduc cette semaine à l’entraînement. Quand tu peux compter sur un entraîneur de la LCF, ça aide non seulement les jeunes, mais les entraîneurs aussi. On essaie toujours de s’améliorer », a dit Mackey.

André Bolduc est le père de Thomas, le quart-arrière partant.

Un bon noyau

Kevin Mackey et les Cougars perdront quelques joueurs importants qui passeront au niveau universitaire en vue de la saison prochaine, notamment en défensive. Mais des six joueurs défensifs nommés sur l’équipe d’étoiles de la division 1, trois seront de retour l’an prochain.

« On perd des joueurs d’exception, comme Michael Broderique, Sean Côté ou Alex Poirier, mais le noyau sera encore fort. Surtout, notre attaque aura une année d’expérience de plus. Notre ligne offensive a progressé toute la saison, ce qui est très bon signe pour l’an prochain. »