Sports

Les équipes sherbrookoises poursuivent leur route à la Coupe Dodge

SHERBROOKE - Les équipes sherbrookoises connaissent du succès, jusqu’à présent, lors de la présentation du volet masculin de la Coupe Dodge, le championnat provincial de hockey mineur.

Atome AA

En catégorie atome AA, les Harfangs 2 de Sherbrooke ont battu les Vikings CTN par 4-2 cet après-midi, ce qui leur donne accès au match quart de finale, samedi soir.

William Fréchette, Louis-Philippe Fleury et Justin Gagnon, avec deux, ont marqué pour l’équipe dirigée par Éric Fréchette.

Les Harfangs 2 affronteront les Aigles de Saint-Jean à compter de 19h45.

Pee-wee AAA relève

En catégorie pee-wee AAA relève, l’équipe de Raphaël Turcotte a remporté ses deux matchs disputés samedi; elle a d’abord écrasé les Dynamiques du Collège Charles-Lemoyne, par 8-0, en matinée, avant de prendre la mesure des Nord-Côtiers par la marque de 6-4.

Médéric Henrichon et Elliott Desmarais, avec un doublé, Alexis Toussaint, Mavrik Duhaime, Anthony Morin et Yan Rivière ont marqué pour Sherbrooke face aux Dynamiques. Le gardien Alexandre Raymond a récolté le jeu blanc.

Dans le second match, Elliott Desmarais a inscrit le but de la victoire tard en troisième période, concluant ainsi une performance de trois buts et une passe dans la victoire des Harfangs.

Nicolas Breault, Mathieu Blanchard et Anthony Morin ont également marqué pour Sherbrooke, qui jouera dimanche matin contre le gagnant du duel entre Québec et Arsenal.

Pee-wee AAA

Les Harfangs de l’entraîneur-chef Shawn Lanoue ont vu leur parcours se terminer après une défaite de 4-3 face aux Grenadiers du Lac-Saint-Louis.

Ces derniers ont inscrit le but victorieux au milieu de la troisième période, un peu plus d’une minute après que les Harfants eurent créé l’égalité.

Charles Lépine avec deux buts et Gabriel Testulat ont marqué pour les Harfangs.

Bantam AAA relève

La formation de l’entraîneur-chef Alex André Perron a également remporté ses deux matchs disputés samedi. Ils joueront donc dimanche matin.

Les Harfangs ont d’abord battu les Dynamiques du Collège Charles-Lemoyne par la marque de 5-1, en matinée samedi.

Anthony Hall (1-1), Raphaël Boisvert (1-1), Elliot Marois et Maxime Durette ont noirci la feuille de pointage pour Sherbrooke.

Un peu plus tard en journée, les Harfangs ont blanchi les Cascades Élites par la marque de 4-0.

Lewis Gendron (1-2), Shawn Pearson (1-1), Maxime Côté et William Picard ont marqué, alors que le blanchissage est allé à la fiche du gardien Adam Lecours.

Midget espoir

Enfin, en catégorie midget espoir, la troupe de Mike Maclure a remporté son premier duel, samedi, par la marque de 5-1 face aux Pionniers de Laurentides-Lanaudières.

Mathieu Fortin (2-0), Alex-Antoine Yargeau (1-1), Jacob Tessier-Gagnon et Alexandre Boulanger ont marqué pour Sherbrooke.

Les Harfangs disputeront leur prochain match samedi soir à 19h30 face à l’Intrépide de l’Outaouais.

Sports

Du football au combat ultime

Marco Gaspard est venu au Québec pour jouer au football. Le natif de Béziers dans le sud de la France a même remporté un bol d’or avec les Filons de Thetford Mines au poste de porteur de ballon. Après sa carrière collégiale, Marco s’est pourtant tourné vers le combat ultime qu’il pratique depuis un an et demi au gymnase Three Headed Beast dans l’est de Sherbrooke.

« C’était trois superbes années en terme de sport, raconte-t-il en entrevue avec la Tribune. Je savais que je n’allais pas jouer universitaire, mais je voulais continuer à faire du sport. Chaque athlète en a besoin et j’ai toujours eu une passion pour les sports de combat. »

« Les sports collectifs j’en ai fait longtemps, poursuit-il. C’est bien, mais on ne sait jamais ce qu’on vaut réellement. Quand on gagne, on gagne en équipe. Le combat c’est aussi une forme de sport collectif. On est accompagné pour la préparation. Lorsqu’on monte sur le ring, on monte grâce à toute l’équipe qui est derrière nous. Mais sur le ring c’est à nous de faire la différence, personne ne va le faire pour toi. C’est ce que je recherchais. »

Lorsqu’il est arrivé à Sherbrooke, il a essayé plusieurs centres d’entraînement, mais il a décidé de s’installer au Three Headed Beast.

« C’est ici que les combattants ont le plus d’expérience, mentionne-t-il. Chaque coach performe dans sa discipline. Ce sont les premières personnes que j’ai connues en arrivant à Sherbrooke et elles sont devenues ma famille sherbrookoise. »

Et ses débuts dans sa nouvelle discipline sont prometteurs, il s’est battu 8 fois en moins d’un an et vient de mettre la main sur la ceinture Fightquest le 30 mars dernier.

« Je dirais que je suis un combattant agressif. La défense, ça va, mais la stratégie c’est quelque chose qui me manque un peu. J’ai une bonne force de frappe. »

Forcé de retourner en France

La carrière de Marco Gaspard pourrait toutefois être entravée en raison de problème avec la justice. Il a été acquitté d’une accusation de harcèlement criminel en 2017 à Thetford Mines. Malgré l’acquittement, il a néanmoins signé un engagement de garder la paix pour une période de 12 mois. Les impacts de cet épisode se font sentir.

« À la seconde où on est arrêté au Canada, on est beaucoup plus surveillé par l’immigration, souligne-t-il. J’ai pris des vacances en France et j’y suis resté pris pendant 6 mois à cause de problèmes avec l’immigration. »

« C’est un handicap de vie et de carrière, ajoute-t-il. Ça m’a nui au niveau scolaire et ça me nuit au niveau sportif. J’ai construit ma vie ici. J’ai des amis et une copine. Mais c’est comme ça, je ne peux pas non plus pleurer sur mon sort. »

Arrivé au Québec en 2014 avec un visa étudiant, Marco Gaspard devra donc retourner en France à la fin du mois d’avril. 

« C’est très embêtant parce que j’arrivais à un niveau où j’étais en pleine ascension. C’est tout gâché malheureusement. J’aurais aimé aller chercher d’autres ceintures. Je veux me mettre au jujitsu et faire des combats au sol. »

La ceinture que Marco Gaspard a remportée sera laissée vacante. Il espère toutefois qu’il sera en mesure de revenir à Sherbrooke dans les prochaines années.

« Si je reviens, ce sera pour et grâce aux sports de combat. Le but sera d’avoir une carrière professionnelle. C’est l’immigration qui va décider. J’ai commencé quelque chose ici, j’ai bâti les fondations. Il reste des choses à accomplir. Si j’ai l’opportunité de combattre en France, je vais le faire, mais je veux revenir parce que c’est ici qu’on a plus de visibilité. »

Sports

Près de 8 M$ alloués à la réfection des terrains de soccer

La Ville de Sherbrooke a revu et actualisé son plan de maintien et de développement des terrains de soccer. Le nouveau plan quinquennal qui s’échelonnera de 2019 à 2023 prévoit des investissements totalisant 7,7 millions de dollars et la construction d’un terrain synthétique au parc Central, dans l’arrondissement Rock Forest—Saint-Élie—Deauville.

Dès 2019, une somme de 175 000 $ est réservée pour couvrir les honoraires pour l’expertise nécessaire à la construction de ce terrain qui va répondre à un besoin urgent, confirme le conseiller municipal et président par intérim du comité du sport et du plein air à la Ville de Sherbrooke, Vincent Boutin.

« Les plages de disponibilités sont devenues problématiques. Depuis longtemps, il y a un besoin urgent pour une surface synthétique à l’ouest de l’autoroute 410, afin de renforcer le pôle soccer dans ce secteur. Ce sera un terrain propriété 100 % Ville. C’est un besoin qui était clairement statué dans la première mouture de notre plan de maintien et de développement des terrains de soccer. »

La construction de cette nouvelle surface synthétique pouvant accueillir du soccer à 11 (et quatre terrains de soccer à 7 intégrés), en plus de l’ajout de nouveaux abris pour les joueurs et les arbitres, de nouvelles estrades et de nouveaux buts, est prévue pour 2020. Le montant est fixé à 2 040 000 $.

Outre la préparation pour la construction du synthétique au parc Central, ce sont les terrains Olympique, situés sur le Plateau Sylvie-Daigle, qui bénéficieront d’une mise à niveau, cet été.

Une somme de 360 000 $ a été réservée pour refaire la surface du terrain Olympique #3, en plus d’ajouter de nouveaux abris pour les joueurs et les officiels, des estrades et le remplacement des buts.

Un montant de 150 000 $ sera alloué à l’ajout d’éclairage et l’achat de nouveaux buts pour le terrain Olympique #2. De nouveaux buts seront achetés pour le terrain Olympique #1.

La Ville compte exploiter au maximum l’emplacement du parc Central, puisqu’elle prévoit y ajouter deux terrains de soccer à 9 derrière la caserne de pompier ; un projet prévu pour 2022 et évalué à 742 000 $.

Et la réfection de la surface naturelle du terrain Central #3, au coût de 343 200 $ est prévue pour 2021.

Et le Stade RBC ?

Il peut sembler particulier, à première vue, de voir la Ville de Sherbrooke se lancer dans la construction d’un terrain à surface synthétique alors qu’elle n’a toujours pas d’entente pour l’utilisation du Stade RBC.

Inauguré en octobre 2017, le Stade RBC situé sur le terrain de la CSRS, tout près du Triolet, a été réalisé grâce à une subvention du gouvernement provincial et à l’apport financier de la CSRS et de certains partenaires privés.

Contrairement, par exemple, au terrain synthétique situé sur le chemin Sainte-Catherine, la Ville n’a pas participé financièrement au projet, ce qui signifie qu’il n’y a pas d’entente de cogestion pour l’infrastructure.

Le terrain est donc utilisé exclusivement, ou presque, par la CSRS et ses écoles.

À l’automne 2018, Vincent Boutin clamait que l’une de ses priorités était d’en arriver à une entente avec le Triolet afin de maximiser l’utilisation du Stade RBC, qui devient libre une fois l’année scolaire terminée.

Rappelons qu’à la fin de la saison de soccer extérieur 2018, des parents d’une équipe féminine de soccer du Mistral de Sherbrooke ont loué le Stade RBC pour qu’y soit disputé un match des séries de fin de saison, plutôt que de jouer la rencontre sur l’un des terrains extérieurs de la Ville, soit celui du parc Belvédère, jugé en mauvaise condition.

« Nous sommes à évaluer les besoins de nos clubs et ce que le Triolet peut nous offrir. Nous sommes ouverts à acheter des heures au Triolet, mais on vérifie aussi pour maximiser l’utilisation de nos terrains naturels », a dit Vincent Boutin, en précisant que même si la saison de soccer s’amorce dans les prochains jours, il n’est pas trop tard pour en arriver à une entente.

Des besoins à venir

En parallèle, Vincent Boutin estime que la durée de vie de la surface synthétique du Plateau Sylvie-Daigle pourrait couvrir une période allant de trois à cinq ans.

Quant à la surface synthétique de l’Université Bishop’s, construite en partenariat avec la Ville de Sherbrooke, elle devra aussi être remplacée dans les prochaines années.

La réfection de ces deux surfaces devait faire partie des investissements attachés à l’obtention souhaitée des Jeux de la Francophonie de 2021.

Sports

Les Capitales affronteront les Champions à Coaticook

Un match hors-concours de la ligue Can-Am entre les Capitales de Québec et les Champions d’Ottawa sera présenté au stade Julien-Morin le 12 mai, question de gonfler les amateurs de baseball locaux à bloc ainsi que d’amasser des fonds pour le baseball mineur et le baseball adapté.

La ligue Can-Am, qui représente le plus haut niveau de baseball qui se joue au Québec avec ses franchises de Québec et de Trois-Rivières, s’amène à Coaticook le dimanche 12 mai prochain. La troupe de Patrick Scalabrini, originaire de Sherbrooke, avait fait une promotion du genre en 2016 et s’est arrêtée à Sherbrooke dans des circonstances similaires l’année dernière.

« Ça fait vraiment longtemps que je travaillais là-dessus, je suis très content que Patrick ait accepté de venir faire un tour à Coaticook avec son équipe, déclare Jean-François Blouin, vice-président de Baseball Estrie. Je voulais qu’on fasse une activité spéciale pour attirer les amateurs au stade avant le début du baseball mineur, junior élite et majeur. Ça va être un très bel évènement qui, on l’espère, va devenir une tradition qui se répètera chaque année. L’intérêt des partisans est là, on est une véritable ville de baseball. »

Pour le baseball mineur et adapté

La partie du 12 mai permettra aussi à l’Association de baseball mineur de Coaticook d’amasser des fonds pour soutenir ses équipes au fil de leurs saisons, explique M. Blouin. Les organisateurs ont l’espoir de récolter jusqu’à 4000 $, une somme qui permettrait aux équipes d’acheter du matériel, de participer à des tournois et d’assurer leur saine gestion.

« Le baseball mineur est très populaire à Coaticook, les inscriptions se maintiennent à un haut niveau. On veut que tous les jeunes aient une belle expérience pour qu’ils reviennent les années d’après et qu’ils développent l’amour du sport. C’est pour cela qu’il est important qu’ils soient bien équipés et qu’ils ne manquent de rien. Il faut que leur expérience soit inoubliable et que le matériel nécessaire leur soit disponible pour qu’ils cultivent leur talent », illustre M. Blouin.

Les fonds accumulés au terme de cette activité de financement de premier plan vont aussi aller à la création d’une association de baseball adapté pour les jeunes handicapés, un créneau qui gagne rapidement en popularité et qui a eu du succès à Sherbrooke, poursuit le vice-président de Baseball Estrie. 

« C’est un phénomène qui commence à prendre de l’ampleur en région, donc on aimerait beaucoup s’équiper pour pouvoir offrir le baseball adapté à nos jeunes à mobilité réduite. Un programme a été commencé à Sherbrooke l’année dernière et plusieurs jeunes se sont manifestés rapidement pour participer, ça a eu beaucoup de succès, explique-t-il. On voudrait développer des activités de baseball adapté dès cet été ».

Les billets pour la partie du 12 mai, au coût de 10 $, sont disponibles sur le site de l’Association de baseball mineur de Coaticook et auprès de M. Blouin au 873-200-9854. Les enfants qui jouent au baseball mineur en Estrie peuvent entrer gratuitement. 

Tennis

Nadal dans le carré d’as à Monte-Carlo, Djokovic éliminé par Medvedev

MONACO — Novak Djokovic a connu un match inégal et a finalement baissé pavillon devant Daniil Medvedev, qui a eu le meilleur 6-3, 4-6, 6-2, vendredi, lors des quarts de finale du Masters de Monte-Carlo.

Le Serbe et no 1 mondial, deux fois champion à Monte-Carlo, n’a pas été l’ombre de lui-même, commettant 47 fautes directes.

De son côté, le champion en titre Rafael Nadal a aussi connu des ennuis. Toutefois, l’Espagnol et deuxième tête de série a effacé un retard de 4-1 en première manche pour finalement vaincre l’Argentin Guido Pella 7-6 (1), 6-3.

«C’était très important pour moi de terminer le match en deux manches, a dit Nadal. C’était difficile de perdre les trois premiers jeux, mais j’ai trouvé le moyen de renverser la vapeur. Parfois, un match comme celui-là où vous souffrez peut vous aider à trouver votre rythme.»

Nadal avait facilement marché vers un 11e titre à Monte-Carlo l’an dernier, n’accordant jamais plus de quatre jeux dans une manche. Pella s’en voudra donc, alors qu’il était au service pour s’offrir une avance de 5-1 en première manche quand il a commis une double faute.

Puis, dans une impasse de 5-5, Nadal a été victime d’un autre bris de service. Pella est donc devenu le premier joueur depuis Kyle Edmund en 2017 à servir pour une manche face à Nadal sur la terre battue de Monte-Carlo.

Pella s’est retrouvé à 30-30, mais Nadal est allé chercher le bris de service pour forcer la présentation d’un bris d’égalité - son premier à Monte-Carlo depuis 2015 contre John Isner au troisième tour.

Nadal a été victime d’un bris à zéro quand il s’est retrouvé au service pour le match, mais il a immédiatement donné la réplique à Pella pour fermer les livres après 2 heures 20 minutes de jeu.

L’Espagnol a donc atteint le carré d’as pour une cinquième année de suite à Monte-Carlo.

Au prochain tour, Nadal affrontera l’Italien et 13e tête de série Fabio Fognini, qui a défait le Croate et neuvième tête de série Borna Coric 1-6, 6-3, 6-2.

Hockey

Steve Yzerman nommé dg des Red Wings

DETROIT — Le «Capitaine» rentre chez lui.

Steve Yzerman a été nommé directeur général des Red Wings de Detroit, vendredi, effectuant un retour au sein de l’organisation avec laquelle il a remporté trois fois la coupe Stanley en tant que joueur et dont il a été capitaine pendant 20 saisons, un record de la LNH.

«Je suis extrêmement heureux d’être de retour à Detroit», a dit Yzerman lors d’une conférence de presse au Little Caesars Arena.

Pour les Red Wings, qui ont déplacé Ken Holland dans le rôle de vice-président senior et conseiller aux opérations hockey après plus de deux décennies comme directeur général, le retour de leur ancien meneur dont le no 19 flotte dans les hauteurs de l’aréna aux côtés d’autres légendes comme Gordie Howe et Ted Lindsay ravive l’espoir d’un retour parmi l’élite du circuit. Yzerman est toujours adulé des partisans, qui l’appellent simplement «Capitaine».

Pour une deuxième fois, Yzerman sera au cœur de la reconstruction des Red Wings. Il hérite d’une formation qui a raté les séries éliminatoires lors des trois dernières saisons, sa pire séquence depuis le début des années 1980.

«Il y a beaucoup de travail à faire, a dit Yzerman. Nous sommes déjà passés à travers ça.»

Yzerman avait été sélectionné au quatrième rang du repêchage de 1983 et avait fait partie du processus de reconstruction de l’équipe. Il a maintenant l’occasion de le faire une fois de plus en tant que directeur général.

«Nous croyons que Steve Yzerman est le choix parfait», a dit le président et chef de la direction des Red Wings, Chris Ilitch.

Un retour attendu

Les Red Wings ont déjà commencé le processus de reconstruction sous Holland, qui a libéré de l’espace sous le plafond salarial, accumulé les choix au repêchage et développé un noyau intéressant de jeunes joueurs incluant les attaquants Dylan Larkin, Anthony Mantha, Andreas Athanasiou et Tyler Bertuzzi.

Yzerman a néanmoins tenté de calmer l’engouement généré par son retour.

«Ça va prendre du temps», a-t-il rappelé.

Yzerman avait cédé son poste de directeur général du Lightning de Tampa Bay à son adjoint Julien BriseBois l’automne dernier, deux jours avant le début du camp de l’équipe, ce qui avait mené plusieurs observateurs à évoquer la possibilité d’un retour chez les Red Wings.

Le contrat d’Yzerman avec le Lightning est arrivé à échéance plus tôt cette semaine, quand l’équipe a été éliminée au premier tour des séries par les Blue Jackets de Columbus après avoir égalé un record du circuit avec 62 victoires en saison régulière.

Parcours impressionnant

Yzerman a fait du Lightning l’une des meilleures formations de la LNH lors de ses huit saisons comme directeur général de l’équipe. Pendant son règne, le Lightning a atteint trois fois la finale de l’Association de l’Est et a perdu en finale de la Coupe Stanley en 2015 contre les Blackhawks de Chicago.

Ilitch a indiqué que le Lightning avait donné la permission aux Red Wings en mars de discuter avec Yzerman d’un retour à Detroit.

Après avoir accroché ses patins en 2006, Yzerman a immédiatement commencé à travailler au sein de la direction des Red Wings comme vice-président des opérations hockey sous Holland. Il faisait toujours partie de l’organisation quand elle a remporté la coupe Stanley en 2008, puis il a quitté les Red Wings pour devenir directeur général du Lightning.

«[Holland] a été un coéquipier à mes débuts, un recruteur pour l’organisation, mon directeur général et il est un grand ami, a dit Yzerman. Il a été mon mentor.»

Âgé de 53 ans et originaire de la Colombie-Britannique, Yzerman a disputé 22 saisons comme joueur dans la LNH, toutes avec les Red Wings, de 1983 à 2006. En 1514 matchs, l’ancien joueur de centre a inscrit 692 buts et 1755 points, ce qui fait de lui le septième meilleur pointeur dans l’histoire de la LNH.

Par ailleurs, Yzerman a également confirmé qu’il allait honorer la prolongation de contrat accordée par Holland à l’entraîneur-chef Jeff Blashill plus tôt en avril.

Phoenix

Samuel Poulin succède à son frère

Même si l’étoile de la soirée brillait par son absence, le Phœnix de Sherbrooke a honoré Samuel Poulin, qui a volé la vedette lors du 5 à 7 des Trophées de fin de saison Eggsquis.

Retenu en Suède au Championnat mondial de hockey des moins de 18 ans avec Équipe Canada, le capitaine du Phœnix a succédé à son frère aîné Nicolas en remportant le prix du Joueur offensif de l’année, jeudi lors d’un gala présenté au Palais des sports devant les amateurs.

Hockey

Deux Cantonniers en quête d’or

Un exploit rare sera à la portée de Tristan Roy et Justin Robidas des Cantonniers de Magog la semaine prochaine lors de la présentation de la Coupe Telus. Si jamais les Cantonniers devaient doter le Québec d’une médaille d’or à Thunder Bay, les deux attaquants des Cantonniers en seraient à leur troisième championnat en moins de trois mois.

Les deux recrues des Cantonniers font déjà l’envie de plusieurs avec leur médaille d’or récoltée aux Jeux du Canada en février dernier avec Équipe Québec et, quelques semaines plus tard, la Coupe Jimmy-Ferrari, emblème du championnat des séries de fin de saison de la Ligue midget AAA du Québec. Imaginez maintenant si Roy et Robidas devaient ajouter la médaille du championnat canadien midget AAA, communément appelé la Coupe Telus. Très peu de hockeyeurs peuvent se vanter d’un tour du chapeau aussi atypique. Il s’agirait d’un triplé hors du commun.

Sports

Dépassement de coûts pour Eugène-Lalonde

Les travaux pour le remplacement du système de réfrigération de l’aréna Eugène-Lalonde entraînent des dépenses imprévues de 400 000 $. La surchauffe du marché combinée à des travaux additionnels pour remplacer la toiture explique ces dépassements de coûts.

L’ensemble des travaux coûtera donc 1,6 M$ plutôt que les 1,2 M$ prévus à l’origine. Les contrats octroyés pour les services professionnels en architecture et en ingénierie ont été accordés pour des frais additionnels de 65 000 $. Dans la préparation des plans et devis, des travaux additionnels pour le remplacement d’une partie de la toiture ont été ajoutés, faisant grimper la facture de 70 000 $.

Marathon de Boston

Roulier et Fortin complètent la distance en 3 h 17

« On a vécu une course très plaisante, Marie-Michelle et moi. On a eu du plaisir pendant les 42 km. L’ambiance de la foule du marathon de Boston est unique et elle procure une belle énergie aux coureurs. Ce fut une super expérience. »

Sébastien Roulier et sa partenaire Marie-Michelle Fortin étaient parmi les quelques tandems à participer au marathon de Boston, lundi.