Olivier Léveillé, un junior B, s’est classé 13e en sprint et 16e en skiathlon chez les juniors A.

La porte se referme pour les athlètes locaux

La porte s’est refermée sur les athlètes du Club de ski de fond du parc du Mont-Orford qui tentaient de se qualifier pour les Championnats mondiaux juniors 2018 de la discipline.

Nicolas Beaulieu, membre de l’équipe nationale junior, semblait en bonne position pour se qualifier, mais affaibli par un virus, il a été contraint de plier bagage après une seule compétition.

Ces sélections pour les Mondiaux juniors qui se déroulaient au mont Ste-Anne ont été l’occasion pour Alexandra Racine, à sa première année junior A, de se positionner comme une fondeuse qui sera à surveiller à court terme si on en juge par sa médaille de bronze en skiathlon. Elle a aussi décoché une huitième place en sprint.

« Sa troisième place était du bonbon à voir. Elle a été combative et intelligente sur le parcours, surtout dans les 200 derniers mètres », a fait valoir l’instructeur du club d’Orford, Gilles Lefebvre. Léo Grandbois a aussi créé une bonne impression en terminant bon cinquième en sprint, ratant la finale A par une seconde. En skiathlon, Grandbois a pris le 9e rang.

Quant à lui, Olivier Léveillé a obtenu de très bons résultats considérant le fait qu’il se trouvait à la ligne de départ avec des fondeurs jusqu’à trois ans plus âgés que lui. Léveillé, un junior B, s’est classé 13e en sprint et 16e en skiathlon chez les juniors A.

« Les éléments extérieurs qu’on ne contrôle pas ont un peu gâché la sauce. Les conditions gagnantes n’étaient pas toutes rassemblées, mais je tiens quand même à dire que nos athlètes ont tout donné. Ils ont droit à toute mon admiration. Ils auront la chance de se reprendre », a révélé Lefebvre.

D’ailleurs, Beaulieu et Racine accompagneront possiblement Gilles Lefebvre sur le Tour B en Europe un peu plus tard cet hiver. « C’est un circuit tout juste en dessous de la Coupe du monde. Il a été instauré pour permettre aux fondeurs en développement de prendre de l’expérience », explique Lefebvre.