L’artiste multidisciplinaire Grégoire Ferland présente deux séries distinctes sur le thème Les fantômes de l’inconscient dans la nouvelle Galerie d’art Cookshire-Eaton.
L’artiste multidisciplinaire Grégoire Ferland présente deux séries distinctes sur le thème Les fantômes de l’inconscient dans la nouvelle Galerie d’art Cookshire-Eaton.

L’instantanéité d’esprit de Grégoire Ferland

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
« Ici repose la jouissance de l’esprit », peut-on lire en entrant dans la nouvelle Galerie d’art Cookshire-Eaton, où seront exposées jusqu’en décembre les œuvres de Grégoire Ferland. Celui qui est à la fois poète, sculpteur et peintre y présente deux séries distinctes d’œuvres d’art, qui se complètent sur le thème Les fantômes de l’inconscient.

Alors que des peintures sur toile tapissent les murs intérieurs du bâtiment historique, des sculptures de polystyrène ensevelies d’aluminium forment une croix au centre du vaste espace. « Dictature, balade, méditation, amour, voyage, interrogation et chemins intérieurs » sont quelques-uns des titres donnés aux « fantômes » de Grégoire Ferland.

« Dans l’inconscient, il y a une mémoire intérieure, comme un fantôme qui dort, qui se traduit par le pinceau de l’âme. Il n’y a pas de tricherie et aucune pensée préconçue. C’est la main qui transfère l’émotion du moment. Le résultat est instantané et correspond à une énergie, une époque précise », raconte l’homme « natif des montagnes » de Saint-Anges, en Beauce.

Toutefois, il est hors de question pour Grégoire Ferland de révéler la nature de ces « fantômes » que l’on retrouve dans chaque détail de ses œuvres. « C’est aux autres de me dire ce qu’ils ressentent. C’est à eux de transporter leurs propres images et leurs émotions sur ce qu’ils voient. Le but n’est pas de donner un sens aux pièces présentées, mais plutôt que ceux qui les regardent les interprètent à leur façon », mentionne l’artiste multidisciplinaire.

De 1980 à 2010

Parmi les nombreuses œuvres entreposées au sous-sol de son atelier d’une ancienne église d’East Angus, Grégoire Ferland a choisi d’exposer une série de peintures créées en 2010 ainsi que des sculptures de polystyrène conçues dans les années 1980, puis envoyées à la fonderie en 2019.

« Je trouve que les deux séries se complètent bien malgré le temps qui s’est écoulé entre les deux. Elles cachent chacune, de manières différentes, plusieurs images qu’il faut prendre le temps d’explorer et d’analyser », raconte celui qui a notamment habité près de dix ans en Colombie, où il a développé un intérêt pour l’écriture.

L’exposition Les fantômes de l’inconscient est accessible tous les dimanches, de 10 h à 16 h, à la nouvelle Galerie d’art Cookshire-Eaton, située au 125, rue Principale Ouest, en plein cœur du village. Des visites individuelles peuvent également être organisées en tout temps avec le propriétaire de l’endroit, Gilles Denis, ou encore avec l’artiste selon ses disponibilités.