Selon la Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec, les chasseurs sont respectueux de l’environnement et de leur gibier.

Chasse et pêche: des préjugés à abattre

MATANE – Trop de gens croient à tort que «tout ce que veulent les chasseurs et les pêcheurs, c’est plus de gibier, plus de poisson et au diable le reste, déplore Michel Baril de la Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec. De comprendre l’écologie, c’est assez inné chez la plupart des chasseurs et pêcheurs.»

Pour le biologiste, c’est une évidence pour un chasseur ou un pêcheur de savoir qu’il est tout à son avantage de compter sur un environnement et un milieu naturel en santé. Dans ses outils de communications, l’organisme dresse d’ailleurs des portraits fauniques sur différentes espèces comme le lynx, le lièvre ou même l’opossum.

«C’est seulement pour faire de l’éducation et de la sensibilisation auprès des citoyens», indique M. Baril. 

La connaissance de l’écologie est un avantage pour les chasseurs et les pêcheurs.

«Un chasseur ou un pêcheur qui a des notions d’écologie va avoir plus de facilité à récolter, soutient le porte-parole de la Fédération. Il comprend très bien que s’il veut continuer à chasser ou à pêcher, il doit respecter les milieux naturels et que ceux-ci doivent être en santé. Il faut donc faire attention dans les attaques contre les chasseurs. Ils sont respectueux de l’environnement et de leur gibier. Ils savent très bien que s’ils exagèrent, ils vont perdre tout le capital dont ils ont besoin!»

Michel Baril de la Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec déplore que trop de gens croient à tort que les chasseurs et les pêcheurs ne respectent pas la forêt et sa faune.

Michel Baril donne comme exemple les chasseurs qui se rendent à l’île d’Anticosti pour observer les cerfs de Virginie sans nécessairement en tuer.

«Au Québec, on a une très belle nature, estime le biologiste. On est choyés! On a des belles forêts, on a des ressources fauniques. C’est un beau patrimoine. Les chasseurs et pêcheurs s’en rendent compte. Ils le respectent beaucoup. Il ne faut pas nier que la chasse et la pêche font partie de notre patrimoine. Ça nous représente comme Québécois. Il y a une grosse part de notre histoire qui est liée à ça.»

De plus, M. Baril souligne que les chasseurs sont derrière plusieurs initiatives visant à protéger la forêt et sa faune, comme par exemple l’organisme Canards illimités, qui œuvre à la grandeur de l’Amérique.

«Les investissements totaux de Canards illimités, depuis une dizaine d’années, ça représente plusieurs centaines de millions$. Les fonds de Canards illimités sont fournis par des chasseurs. L’idée en arrière de ça, c’est de protéger la biodiversité et l’environnement.»