À la retraite, les gens font ce qu’ils aiment faire ou concrétisent certains rêves. Il faut par exemple préparer un budget pour les voyages, si cela fait partie des objectifs.

À l’orée de la retraite

Dans la période de 45 à 65 ans, les gens prennent conscience que la retraite arrive à grands pas. La carrière est en général plus stable. Les revenus sont plus élevés. Ils ont un bon contrôle sur leur dette.

Les gens pensent sérieusement à la planification de la retraite, même à faire du rattrapage dans leurs cotisations au REER. On pourra même conseiller un prêt pour l’achat de REER qui amènera des diminutions du revenu global imposable. L’économie réalisée en retour d’impôt pourra s’appliquer sur le prêt tout en améliorant le pécule disponible pour la retraite.

C’est aussi dans ce groupe d’âge que l’on commence à penser à une retraite progressive ou à une retraite anticipée. Cela se produit généralement entre 57 et 62 ans, souligne Angela Iermieri, planificatrice financière au Mouvement Desjardins.

«Il n’est jamais trop tard, même au début de la cinquantaine pour améliorer son fonds de retraite. Avec les conseils et une bonne planification stratégique, les gens pourront accumuler un capital plus intéressant», estime Mme Iermieri.

Ce sera aussi la période où l’on doit se poser la question : qu’est-ce que je veux faire à ma retraite ? «On ne se réinvente pas à la retraite. C’est une suite de la vie active. Les gens feront ce qu’ils aiment faire ou concrétiseront certains rêves. Il est temps de planifier les revenus nécessaires pour la prochaine étape de vie», constate-t-elle.

Il faut donc préparer un budget pour les voyages, si cela fait partie des objectifs. Dans le cas des retraites anticipées, ce pourrait être un retour aux études pour une nouvelle carrière. Les prévisions budgétaires sont alors essentielles.