Le maire de Saint-Camille, Philippe Pagé, souhaite développer la municipalité tout en restant fidèle aux valeurs du village.

Saint-Camille tournée vers le futur

La municipalité de Saint-Camille se penche sur son avenir et consultera la population dans les prochains mois dans l’optique d’instaurer un réseau d’égout.

L’administration du village a embauché l’organisme Vivre en Ville pour un mandat d’environ 70 000 $ ayant comme objectif le développement urbain. Le programme Climat municipalités paie 50 000 $ de ce projet en raison d’une demande effectuée par la Ville. Afin d’amasser l’argent manquant, plusieurs acteurs, dont la Corporation de développement de Saint-Camille, le Conseil régional de l’environnement de l’Estrie (CREE) et la MRC des Sources se sont réunis. 

« L’organisme Vivre en Ville est spécialisé dans le développement des milieux ruraux, il nous accompagne pour voir de quelle manière on peut densifier le village. Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) a donné des alignements très précis disant qu’il ne voulait plus des extensions qui font en sorte que le cœur villageois perd de son importance », explique le maire de la ville Philippe Pagé. 

Ce dernier souhaite densifier le village sans toutefois lui faire perdre son ADN. M. Pagé aimerait se démarquer dans la construction de futures maisons. « Il faudrait voir de quelle manière on pourrait construire les maisons. Par exemple, elles pourraient être construites à l’aide d’écomatériaux ou être écoresponsables pour économiser de l’énergie. On veut tout explorer. » 

Le manque de services pourrait être un frein au futur développement urbain. « L’administration précédente avait fait une étude qui avait révélé si je me rappelle bien que près de la moitié des fosses au village n’étaient pas conformes. À la MRC, on a municipalisé le service et on a embauché une entreprise qui va vider toutes les fosses. Il y a une obligation du côté provincial de vider les fosses septiques aux deux ans. À partir de l’année prochaine, elles vont se faire vider et on va savoir qui exactement n’est pas conforme », souligne-t-il.

Un réseau d’égouts ?

Une solution au problème des fosses septiques pourrait voir le jour dans les prochaines années. Certains élus municipaux aimeraient instaurer un système d’égouts dans le village. « En ayant un système d’égouts, on réglerait plusieurs problèmes. On serait capable d’aider la densification du village grâce au développement urbain. De plus, la municipalité pourrait offrir un réseau d’égouts aux gens qui ne veulent pas investir dans leur fosse septique. » 

Une étude préliminaire dans ce dossier a déjà été effectuée pour obtenir un ordre de grandeur. « Une demande a été déposée au Programme d’infrastructures municipales d’eau et une autre étude préliminaire sera effectuée pour avoir une idée des vrais coûts. On travaille en collaboration avec une firme d’ingénieurs sur ce dossier », fait savoir le maire de St-Camille.

À la suite de ces étapes, l’administration ira présenter le projet aux citoyens afin d’expliquer les chiffres et les coûts reliés à l’ajout de ce nouveau service. 

« Le conseil municipal veut aller de l’avant avec ce projet, mais au final ce sera les citoyens qui décideront, car c’est un projet de très grande envergure. » 

Selon le maire de la municipalité, si le projet est accepté par la population, il pourrait voir le jour à la fin de l’année 2021 ou au début de 2022. Il croit que ce service pourrait aider dans le développement de la municipalité. 

Le projet de développement urbain a été bien réfléchi. En effet, nombreux sont ceux qui souhaitent aller s’établir dans la municipalité. « Chaque semaine, des gens appellent pour savoir s’il y a des terrains disponibles à Saint-Camille. On a un beau problème, car on a plus vraiment d’espace. Il n’est pas question pour nous de faire de nouveaux quartiers comme on peut voir dans les environs de Montréal. On ne veut pas perdre notre identité. » 

Un futur réseau d’automobiles électriques

Un projet embryonnaire consistant à établir un réseau de partage de voitures électriques est aussi en développement à St-Camille. 

« On a un projet de mettre des autos électriques en auto partage. Ce serait un organisme à but non lucratif qui s’occuperait du projet. Ça permettrait aux citoyens qui ont à se déplacer d’utiliser les voitures avec un système hybride », mentionne M. Pagé en notant que des abonnements seraient également offerts. 

« Les gens pourraient avoir des abonnements semi-permanents afin d’obtenir la possession du véhicule presque toute la semaine. Quand ils ne s’en servent pas, ils le mettent à la disposition des autres usagers. » 

La petite municipalité de la MRC des Sources se démarque déjà avec son taux de voitures électriques élevé. « Notre taux de voitures électriques par habitant comparativement au nombre de voitures à essence est un des plus élevés au Québec avec 2,60 % environ. On veut continuer de se démarquer sur ce volet-là. Les gens ont tendance à surestimer le kilométrage qu’ils font. » 

Une étude sur le déplacement des citoyens de St-Camille a été réalisée par le Conseil régional de l’environnement de l’Estrie afin d’évaluer leur mouvement. « On a réalisé que plusieurs personnes se déplacent vers les mêmes endroits », souligne le maire de la municipalité.