Photo: Shutterstock.com Photo libre de droits: Midsection of businesswoman calculating tax at office desk Numero de l'image : 205983973 Droit d'auteur : Andrey_Popov

Un métier adapté au monde des affaires

Fini le comptable qui passe sa journée sur un tableau Excel et une calculatrice. Le métier de comptable est désormais au cœur des stratégies d’entreprise.

« On a souvent en tête l’image du comptable habillé en brun, qui mange son petit sandwich pas de croûtes à son bureau… Ça, je vous dirais que ça relève du cliché ou de la caricature », dit Jean-François Audet, un comptable de 36 ans plein d’assurance, récemment nommé associé chez FL Fuller Landau.

« La réalité, poursuit-il, c’est que la profession s’est beaucoup dynamisée ces dernières années. Elle s’est adaptée au monde des affaires, qui évolue à vitesse grand V avec l’essor des TI, du big data et des enjeux de cybersécurité. »

Spécialisé en redressement d’entreprise, Jean-François Audet constate qu’il n’y a pas deux journées pareilles, en raison de la variété des mandats et des entreprises. De plus, il estime passer plus de temps à interagir avec des clients qu’à additionner des colonnes de chiffres sur son ordinateur. C’est pourquoi, à son avis, le métier de comptable exige un talent de communication.

« Je dois parfois gérer 4 ou 5 dossiers de front, dit-il. Je suis en contact avec la banque et les entreprises. Si je n’avais pas de bonnes compétences communicationnelles, je ne pourrais pas mener mes dossiers à terme. »

Au-delà l’aspect financier, les comptables sont également impliqués dans la stratégie d’affaires des entreprises. On voit depuis longtemps des comptables siéger aux conseils d’administration. Mais leurs responsabilités vont en grandissant, puisque plusieurs CFO (chief financial officier) prennent en charge le volet « cybersécurité » des organisations.

« Les défis à relever sont nombreux, conclut Jean-François Audet. Et surtout, les perspectives d’emploi sont extrêmement intéressantes pour les diplômés, tant du point de vue du salaire que des types d’emploi sur le marché. »

Auditeur financier
L’auditeur a pour mission de vérifier et de contrôler toutes les opérations financières d’une entreprise. Gros plan sur ce métier à hautes responsabilités.

D’entrée de jeu, l’auditeur financier ne sera pas reçu de la même façon s’il débarque dans une grande entreprise comme Bombardier, qui a sa propre équipe de comptables et d’administrateurs financiers, que s’il livre des services dans une PME désirant convaincre la banque d’obtenir un prêt pour financer une expansion.

« Plusieurs PME ont comme propriétaire des hommes-orchestres, qui portent tous les chapeaux à la fois, explique Jean-François Audet, comptable. Dans ce cas-là, l’auditeur est davantage vu comme un partenaire. Le propriétaire est content de recevoir de l’aide pour mettre ses états financiers en ordre. »

Le document que produira l’auditeur est d’une importance capitale pour l’entreprise. C’est ce qui va déterminer si elle a les moyens d’emprunter pour financer un projet d’expansion ou de redressement.

« La banque se fie à l’auditeur pour prendre sa décision de financement, explique Jean-François Audet. Alors oui, la responsabilité est énorme. »

D’autre part, les auditeurs sont également influencés par l’arrivée des TI. La pression est grandissante pour qu’ils intègrent l’analyse de données (le big data) à leur coffre d’outils. C’est ce que soutenait CPA Canada dans un rapport de 2016.

Les compétences recherchées chez un auditeur : une grande capacité de concentration et un esprit d’analyse aiguisé pour ne rien échapper de la situation financière des entreprises !