Geneviève Mottard, présidente et chef de la direction de l'Ordre des comptables professionnels agréés du Quebec.

Plus de retraités que de finissants

Alors que la profession de comptable arrive à un point de bascule dans la pyramide des âges où les CPA (comptables professionnels agréés) seront plus nombreux à prendre leur retraite que le nombre de finissants. De plus la révolution numérique dans le monde des affaires vient chambouler toutes les méthodes de travail.

Pour faire face à une pénurie dans les rangs de l’ordre et dans les entreprises, le recours à l’immigration est l’une des solutions. Selon Geneviève Mottard, présidente et chef de la direction de l’ordre des comptables professionnels agréés du Québec, il y a déjà des mesures qui facilite l’arrivée de comptable de pays étrangers, notamment ceux des pays du Maghreb, de pays européens et des États-Unis, car leur formation correspond aux standards internationaux auxquels adhère l’Ordre des CPA.

Cependant, depuis la fusion des trois ordres comptable il y a 6 ans, le seul acte réservé est celui de la certification (vérification ou audit). Cela représente seulement 20 % de la tache des comptables s’inquiète Mme Mottard. Le problème vient du fait que n’importe qui pourrait faire le 80 % des tâches de comptable sans être obligé de porter le titre de CPA. C’est le cas dans plusieurs provinces canadiennes avec des associations comptables.

«Ce n’est pas encore arrivé au Québec, mais si cela se produisait, les consommateurs et les entrepreneurs lésés n’auraient pas de recours devant l’Ordre des CPA même si notre mandat consiste à protéger le public. Le syndic ne pourrait prendre aucune mesure disciplinaire.» Ce trou dans la loi concernant les actes réservés limiterait grandement la protection du public et nécessiterait probablement le recours aux tribunaux en cas de litige.