Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sébastien Lajoie
La Tribune
Sébastien Lajoie
Carey Price, et le Canadien, ont limité le meilleur buteur de la LNH en saison régulière à un seul but en sept matchs. Auston Matthews a inscrit 41 buts en 52 matchs cette saison.
Carey Price, et le Canadien, ont limité le meilleur buteur de la LNH en saison régulière à un seul but en sept matchs. Auston Matthews a inscrit 41 buts en 52 matchs cette saison.

Souvenirs de Sotchi

Article réservé aux abonnés
Le Canadien de Montréal a réussi l’impensable. Cette équipe qui s’est traînée les savates pendant une bonne partie de la saison, vient de combler un retard de 1-3 pour finalement éliminer les Leafs de Toronto en sept matchs. Impensable. Pourtant, deux raisons expliquent que le CH jouera encore au hockey, cette semaine. Et l’une d’elles me rappelle Sotchi.

C’était en 2014, on était plusieurs amis réunis à Montréal, pour regarder le parcours de l’équipe canadienne de hockey du Canada lors des Jeux olympiques de Sotchi, en Russie.

La finale tant attendue se déroulait le dimanche en avant-midi, à notre heure, entre la Suède et le Canada.

Une équipe canadienne championne en titre, qui avait remporté l’or à Vancouver, quatre ans plus tôt. Grâce au but de Sidney Crosby, en prolongation, contre les Américains.

Cette fois, en grande finale, avec Carey Price devant le filet, le Canada a facilement disposé des Suédois, qui n’ont jamais pu trouver la faille dans l’armure de Price.

L’Élu, qui avait tout gagné en carrière, jusqu’à cette époque, s’est imposé, triomphant.

Et la finale fut d’un ennui mortel. Price repoussait les attaques des Suédois comme si elles provenaient de joueurs de catégorie bantam. Comme s’il s’ennuyait. En attendant que ça finisse. 

Une performance déconcertante de confiance.

Cette victoire du CH en première ronde des séries éliminatoires arrive juste à temps pour les restaurateurs, qui peuvent à nouveau accueillir des clients. Un baume qui sera sûrement le bienvenu après des mois difficiles.

En cinq matchs, il avait présenté une moyenne de buts accordés de 0,60, un pourcentage d’efficacité de 0,972, battant les Etats-Unis et la Suède, en demi-finale et en finale, par blanchissage.

Tout avait l’air, facile.

C’est ce Carey Price que les amateurs du CH ont toujours souhaité voir sous les couleurs de leur équipe préférée.

Il l’a démontré, quelques fois, mais il n’a pas été toujours appuyé, pour ce faire. Il a été blessé plus souvent qu’à son tour. Notamment lors des séries éliminatoires suivantes, lorsque Chris Kreider des Rangers lui a bousillé le genou.

Même cette saison, il a offert un rendement irrégulier. Des fois génial, d’autres fois nonchalant. Et pas du tout constant. Des zézettes, il en a accordé !

À un point tel que, craignant pour son poste, le DG Marc Bergevin a fait le ménage autour de Price, limogeant l’entraîneur qui l’avait aidé à atteindre son statut actuel en Stéphane Waite.

Personne ne croyait le CH capable de gagner ne serait-ce qu’un autre match dans cette série, lorsque Toronto a fait 3-1. Personne.

Mais la victoire lors du cinquième match a déposé une énorme pression sur les Leafs, qui avaient aussi le poids de l’histoire sur les épaules, n’ayant pas remporté de séries éliminatoires depuis 2004.

J’ai justement mentionné à l’héritier que si les Leafs ne gagnaient pas samedi, c’était terminé. Avec le style « shutdown » de cette équipe, impossible, ou presque, de battre Carey Price.

Les Leafs ont amassé 18 points de classement de plus que le CH cette saison. Cette équipe est bourrée de talent.

Mais la perte de John Tavares n’aura jamais pu être comblée.


S’il n’a pas amassé de points contre Toronto, Philip Danault a brillé dans son effort défensif, pendant cette série. Et encore plus lors des deux derniers matchs.

Éloges à Danault

Philip Danault mérite lui aussi sa part de louanges, pour cette remontée du CH.

L’ancien des Tigres de Victoriaville a été fumant, lors de ses affrontements face au meilleur trio des Leafs, et il a réussi à neutraliser le meilleur buteur de la LNH en Auston Matthews. 

D’ailleurs, la petite discussion entre les deux joueurs, lors de la poignée de main entre les joueurs des deux équipes après le match, était à ce titre très éloquente.

Matthews n’avait pas un mètre carré de libre. Même s’il a marqué 41 buts en 52 matchs cette saison, le franc-tireur des Leafs a été limité à un but lors de cette série. Idem dans le cercle des mises en jeu, où Danault a remporté 58 % de ses affrontements hier.

Price et Danault n’ont pas été épargnés par la critique, cette saison.

Le premier, pour son manque de constance, et le deuxième, lorsqu’il a connu un très long passage à vide sans but qui aura duré 28 matchs, en remontant jusqu’à la saison dernière.

Dieu qu’ils se sont fait varloper, ces deux-là !

Ironiquement, ils sont les deux principaux éléments expliquant que le CH joue encore au hockey en séries.

Ça risque d’être intéressant contre les Jets !