La Tribune
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Gérer la santé en s’appuyant sur la science

CHRONIQUE

Gérer la santé en s’appuyant sur la science

CHRONIQUE / Que diriez-vous d’un médecin qui pratique sans se soucier de la science? D’un chirurgien ou d’un radiologiste qui prend des décisions sans se baser sur des données et des preuves scientifiques? Ce serait bien sûr inacceptable, voire dangereux. Pourtant, les réformes du réseau de la santé et des services sociaux ont été menées au cours des deux dernières décennies sans s’appuyer sur des bases rigoureuses, établies par la recherche sur les services de santé. Rien d’étonnant alors de constater l’échec de ces réformes et ses conséquences néfastes sur l’accès à des services de qualité.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Bien vieillir ensemble

CHRONIQUE

Bien vieillir ensemble

CHRONIQUE / Au Québec, près de 10% des personnes de plus de 65 ans, et au-delà de 20% des plus de 75 ans, habitent dans des milieux de vie collectifs réservés à leur groupe d’âge. Du CHSLD aux ressources intermédiaires, en passant par les résidences pour aînés (RPA) et les HLM pour personnes âgées, tout ce monde vit en relative autarcie, à l’écart du reste de la société. Et ce, sans considérer les propriétaires dans des immeubles réservés aux personnes retraitées sur lesquels on n’a pas de statistiques fiables. Difficile d’expliquer un tel phénomène, assez unique au Québec. Peut-on faire autrement?
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Les risques du privé en santé

Réjean Hébert

Les risques du privé en santé

Le gouvernement souhaite augmenter la contribution du privé dans le réseau de soins et services de santé. La pandémie a gonflé les listes d’attentes pour les chirurgies et l’utilisation de cliniques privées pourrait contribuer à augmenter la capacité du réseau et effectuer un rattrapage salutaire. Mais quels sont les risques d’une telle stratégie ? Sommes-nous engagés sur la dangereuse pente d’une privatisation des soins ?
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Attention lorsqu’on compare les systèmes de soins

CHRONIQUE

Attention lorsqu’on compare les systèmes de soins

On compare souvent les systèmes de soins de santé des pays de l’hémisphère nord dans le but de trouver des façons d’améliorer le nôtre. Lorsqu’on fait ce genre d’exercice, il faut toutefois tenir compte des différences fondamentales entre les différents réseaux. Les systèmes de soins publics et universels sont issus de deux grands modèles : assurantiel bismarckien et assistanciel beveridgien. Ils ont été proposés par deux grands acteurs historiques: Otto Von Bismarck en Allemagne à la fin du XIXème siècle et Sir William Henry Beveridge en Angleterre au milieu du XXème siècle.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Pour une vraie «refondation» du système de soins

CHRONIQUE

Pour une vraie «refondation» du système de soins

Le gouvernement Legault annonce depuis quelques mois son intention de «refonder» le système de santé. Au-delà de quelques ajustements de nature administrative, on est encore loin du chantier espéré. Les réformes de structure des docteurs Couillard (2003) et Barrette (2015) ont failli à améliorer l’accès aux services et l’efficacité du réseau. Pire, elles ont entraîné des effets nocifs que la pandémie est venue amplifier.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Combattre les inégalités sociales pour améliorer l’état de santé de la population

CHRONIQUE

Combattre les inégalités sociales pour améliorer l’état de santé de la population

Alors que l’on dépense des dizaines de milliards de dollars dans le système de soins, son impact sur la santé de la population est limité. Ce qui influence la santé, ce sont plutôt les modifications de comportements, eux-mêmes déterminés par le statut socio-économique des citoyens et citoyennes. Agir sur le revenu, l’éducation et l’emploi aurait beaucoup plus d’impact sur la santé que les soins et services.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Taxer les non-vaccinés: le jeu n’en valait vraiment pas la chandelle

CHRONIQUE

Taxer les non-vaccinés: le jeu n’en valait vraiment pas la chandelle

Le gouvernement Legault souhaitait introduire une taxe pour les non-vaccinés afin de leur faire assumer les coûts de l’utilisation additionnelle des services de santé. Il a reculé, mais il est important de préciser pourquoi cette taxe était une bien mauvaise idée. Si cette taxe répondait à la frustration des Québécois vaccinés, elle aurait d’abord été sans effet pour convaincre une minorité irréductible. Son apport au financement des services de santé aurait été négligeable. Elle risquait surtout d’ébranler les principes de base de notre système de soins et de violer la confidentialité des données de santé.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Dans le réseau de la santé, juste assez, c’est trop peu

CHRONIQUE

Dans le réseau de la santé, juste assez, c’est trop peu

CHRONIQUE / La pandémie de COVID-19 a révélé la grande vulnérabilité de notre réseau de services de santé. Dès la première vague, et encore sous la vague du variant omicron, les hôpitaux sont submergés par les patients infectés, les services réguliers sont délestés et les soins intensifs débordent. Des pénuries de médicaments, de masques, de matériel de protection, de réactifs et même d’éprouvettes surviennent et créent des ruptures de services ou contribuent à des éclosions. La situation est aussi critique dans d’autres provinces canadiennes, alors qu’elle semble moins catastrophique dans d’autres pays de l’hémisphère nord. Comment expliquer cette vulnérabilité de notre système ?
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Cessons d’isoler les vieux et les vieilles

CHRONIQUE

Cessons d’isoler les vieux et les vieilles

Au cours des deux dernières décennies, on a assisté à une forme de ségrégation progressive des personnes aînées au Québec. Par choix ou par nécessité, les personnes aînées se retrouvent dans des CHSLD, des ressources dites intermédiaires, des résidences pour aînés (RPA), des condominiums ou des HLM pour personnes âgées. La pandémie a dramatiquement démontré que ces milieux étaient loin d’assurer aux personnes qui y résident sécurité et accès aux soins. À l’aube du moment où le Québec passera le cap du quart de sa population plus âgée que 65 ans, il est urgent de s’interroger sur cette tendance à séparer les vieux et les vieilles du reste de la population.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Le fédéral doit-il vraiment 24 milliards de dollars aux provinces pour la santé ?

CHRONIQUE

Le fédéral doit-il vraiment 24 milliards de dollars aux provinces pour la santé ?

CHRONIQUE / Les provinces le répètent depuis quelques années : si les systèmes de soins de santé sont mal financés, c’est la faute du fédéral qui devrait leur transférer 24 milliards de dollars pour respecter ses engagements d’en assumer la moitié des coûts. Et le gouvernement fédéral ne devrait surtout pas exiger de reddition de comptes pour ces transferts puisque la santé, c’est la compétence exclusive des provinces. Voyons si ces revendications sont justes d’un point de vue politique et économique.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Nouveau ne rime pas toujours avec meilleur

CHRONIQUE

Nouveau ne rime pas toujours avec meilleur

Dans les années 1980 de Margaret Thatcher et Ronald Reagan, on a assisté à l’émergence du New Public Management (nouveau management public, en français). Cette nouvelle approche de gestion des services publics visait à transposer les stratégies et outils de l’entreprise privée dans la gouvernance et la gestion publique afin de rendre ces services plus efficaces et moins coûteux. Quarante ans plus tard, cette nouvelle approche, bien que toujours utilisée au Québec, n’a pas livré l’efficience promise, bien au contraire.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Bien vieillir, c’est maintenant possible

Réjean Hébert

Bien vieillir, c’est maintenant possible

Alzheimer, cancer, accident vasculaire cérébral, infarctus, arthrose, bronchite chronique: la liste des maladies associées au vieillissement est longue et affolante. Est-ce inévitable de vieillir malade? Pas nécessairement. De plus en plus de données probantes appuient l’efficacité des stratégies de promotion de la santé et de prévention chez les personnes aînées pour retarder et atténuer plusieurs maladies associées à l’âge et nous permettre de vieillir en santé.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
S’attaquer à la rémunération des médecins

Chronique

S’attaquer à la rémunération des médecins

CHRONIQUE / Au cours des quinze dernières années, les médecins ont obtenu des augmentations très importantes de leur rémunération. Malheureusement, ces investissements n’ont pas augmenté les services médicaux fournis, ni l’accès à ces services. En plus d’être disproportionnées par rapport aux salaires des autres intervenants et de la population en général, ces augmentations ont privé le réseau de la santé et des services sociaux de fonds essentiels à son développement, voire à son maintien. Devant l’échec de cette stratégie, il faut revoir le mode de rémunération des médecins et la priorité qu’on leur accorde.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Je m’ennuie de mon CLSC

CHRONIQUE

Je m’ennuie de mon CLSC

CHRONIQUE / Il y a cinquante ans, la Loi sur la santé et les services sociaux créait les Centres locaux de services communautaires (CLSC). Il s’agissait là d’une originalité du système de soins québécois. Nulle part ailleurs au Canada et dans le monde on retrouvait un établissement public dédié spécifiquement à la première ligne, tant pour les aspects curatifs que préventifs.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
La réforme Barrette: chronique d’un échec annoncé

Chronique

La réforme Barrette: chronique d’un échec annoncé

CHRONIQUE / Quelques mois après son accession au pouvoir, le gouvernement libéral de Philippe Couillard présentait le projet de loi 10 qui proposait une modification importante du réseau de la santé et des services sociaux en fusionnant les établissements d’une région et en y intégrant les centres de réadaptation et les centres jeunesse. Les Centres intégrés de santé et services sociaux (CISSS) étaient créés et implantés sans transition.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Hécatombe de la pandémie en CHSLD : qui est responsable? 

Chronique

Hécatombe de la pandémie en CHSLD : qui est responsable? 

CHRONIQUE / La pandémie de COVID-19 a touché particulièrement les personnes âgées au Québec. En fait, le Québec s’est tristement démarqué par des taux de mortalité largement supérieurs à ceux du reste du Canada. En appliquant le taux de mortalité du reste du Canada, on aurait dû avoir 3000 décès au Québec lors des deux premières vagues de la pandémie. Or, on en a eu plus de 10 000. Le Québec a donc présenté 7000 décès en excès par rapport à ce qui s’est produit ailleurs au Canada. Cinq mille décès en trop sont survenus en CHSLD, surtout lors de la première vague, alors que 2000 décès ont touché des personnes en résidence pour aînés (RPA) dans les deux vagues.
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
L’urgence d’améliorer les soins à domicile

Actualités

L’urgence d’améliorer les soins à domicile

CHRONIQUE / La pandémie a révélé l’insuffisance des soins et services aux personnes âgées. Plus de 80 % des décès liés à la COVID-19 sont survenus dans des milieux de vie collectif : CHSLD, ressources intermédiaires et résidences pour aînés. La pandémie a surtout touché nos réfugiés de l’âge, ces vieux et ces vieilles déportés par choix ou nécessité, faute de conditions assurant leur sécurité et leurs soins à domicile. Les taux de mortalité lors de la première vague parlent d’eux-mêmes : 91 décès par 1000 personnes en CHSLD, 22 en ressources intermédiaires, 8 en résidences pour aînés et à peine 0,5 à domicile. Pour que ces morts n’aient pas été vaines, il est urgent de réformer les soins et services à domicile.