La Tribune
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
Cher Gregory

Julie Myre-Bisaillon

Cher Gregory

CHRONIQUE / Cher Gregory, tu as récemment eu l’occasion de t’entretenir avec Alexandre Pratt de La Presse. Pendant 2h30, tu as parlé d’éducation. Parait que tu as parlé beaucoup. Je crois qu’on a été nombreux à sursauter pendant la lecture du condensé qui en a été fait.
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
La motivation de nos ados

CHRONIQUE

La motivation de nos ados

CHRONIQUE / Ça a bougé beaucoup dans les médias depuis ma dernière chronique : à la pénurie du personnel enseignant s’est ajouté la pénurie du personnel éducateur en service de garde en milieu scolaire et la désertion des directions d’école. Il y a aussi pénurie de places pour nos tout-petits depuis longtemps. À cet égard, le ministre de la Famille a annoncé que des services de garde familiaux pourraient ouvrir dans des locaux libres des municipalités. C’est une idée créative et intéressante.  
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
L’autonomie (faire confiance)

CHRONIQUE

L’autonomie (faire confiance)

Mes filles ont eu la chance d’aller dans une école où un principe général était de développer leur autonomie. J’ai eu cette chance. Je dis parfois à la blague que c’est peut-être pour cette raison qu’elles font aujourd’hui du ski de fond. Ça prend de la patience développer l’autonomie des enfants. Leur apprendre à faire du ski de fond aussi.
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
Nos p’tits pis nos vieux: petite chronique pessimiste

CHRONIQUE

Nos p’tits pis nos vieux: petite chronique pessimiste

CHRONIQUE / Depuis le début de la pandémie, on a constaté les grandes faiblesses du système de santé laissant des morts sur son passage. On assiste aussi, en parallèle, à une lente agonie du système scolaire qui laisse des traces moins tragiques à court terme, moins tristes qu’un cadavre dans un cercueil. Désolée pour l’image.
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
Petites résolutions scolaires… et quelques souhaits

Chronique

Petites résolutions scolaires… et quelques souhaits

CHRONIQUE / Ça fait très longtemps que je n’ai pas pris de résolutions pour la nouvelle année. Je me suis dit que je pourrais briser la tradition cette année en nous proposant quelques résolutions collectives face à ce retour à l’école qui s’annonce un tantinet rocambolesque. Encore une fois. Nous aurons un hiver incertain.
Ces dictées que je n’aime pas beaucoup

CHRONIQUE

Ces dictées que je n’aime pas beaucoup

Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
CHRONIQUE / La dictée est une pratique traditionnelle depuis, au moins, l’époque d’Émilie Bordeleau. J’aime bien utiliser Émilie Bordeleau comme référence. Traditionnellement, c’est aussi le vendredi qu’on soumet les enfants de l’école primaire à la dictée. Et, depuis longtemps, je me demande quel est l’objectif qu’on poursuit par ces dictées : vérifier l’orthographe apprise des mots de la semaine, vérifier une règle grammaticale, vérifier la maîtrise des homophones (j’aimerais ça vous reparler des homophones), calmer les enfants au retour d’un cours d’éducation physique, etc.
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
Le casse-tête des effets scolaires

Chronique

Le casse-tête des effets scolaires

CHRONIQUE / Douze crayons HB, un aiguisoir avec compartiment (pour éviter que tous les élèves se lèvent en même temps, parce que c’est bien connu que ça pourrait arriver), un paquet de séparateurs (ou intercalaires), mais on ne sait pas de combien parce que les paquets, des fois c’est 4, des fois c’est 8. Un paquet de 8 crayons feutres Crayola, mais il n’y a que des paquets de 12 et de 24. Des parents de la même liste sont passés avant nous. Des cartables 1 pouce, 1 pouce ½, 2 pouces, 2 pouces ½. Est-ce que je pourrais juste acheter des cartables 2 pouces? Ça ferait la job non? Mais il parait que ça aide les séparateurs, les couleurs de duo-tang, les couleurs de stylo-billes, Sharpies et autres à s’organiser.
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
L’inspiration

Chronique

L’inspiration

CHRONIQUE / Le titre pourrait évoquer les nombreuses discussions sur l’insertion des jeunes joueurs dans la formation du Canadien de Montréal lors du premier match des séries contre Toronto. Au moment de la parution de cette chronique, j’espère qu’on aura été rassuré sur l’importance de l’inspiration de Cole Caufield sur la glace. 
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
Furieux

Actualités

Furieux

CHRONIQUE / À propos de ce qui se passe dans nos écoles, Patrick Lagacé écrivait cette semaine dans sa chronique :  « Nous devrions être furieux de cette réalité, furieux en permanence. Furieux contre l’État, furieux contre la négligence qui s’est étalée sur des décennies, sur des années de compressions et de sous-investissements péquistes et libéraux ».
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
J’ai faim ( la valse du ministre et de ses millions )

Chronique

J’ai faim ( la valse du ministre et de ses millions )

CHRONIQUE / Le Gouvernement du Québec a présenté son budget jeudi. Des mesures ont été annoncées en éducation. En marge d’un sommet sur la réussite, qui aura finalement lieu à huis clos, ce qu’on comprend donc, c’est que les mesures sont décidées et qu’elles seront discutées lors de ce sommet. Je doute qu’il y ait place à autre chose. On invite des groupes à rédiger des mémoires, peut-être à les présenter. Je dis peut-être parce qu’on ne connait pas la liste des invités. Mais les mesures ont été annoncées jeudi. Et des gens ont écrit des mémoires. Je suis étonnée de ce huis clos. Déçue des raisons évoquées.  
Julie Myre-Bisaillon
Collaboration spéciale
Julie Myre-Bisaillon
La rentrée, la rentrée

Actualités

La rentrée, la rentrée

CHRONIQUE / Pour moi, l’objectif de l’école devrait être de former des humains les plus complets possible. Pas juste des p’tits bolés en math, des futurs écrivains, des Mozart ou des Duvernay-Tardif (on mettrait la barre un peu haute ici). Leur permettre de s’ouvrir sur le monde en expérimentant des trucs (j’utilise volontairement le mot trucs pour rester floue) dans plusieurs domaines (bis).