Caroline Chagnon

Quels vins pour un Noël végé ?

Bientôt, les mets copieux joncheront les tables de Noël par milliers! Cette année, il se pourrait bien que la diversité se glisse au menu. Qu’un pâté au millet, un ragoût de boulettes de lentilles ou qu’un rôti de seitan fasse irruption sur la table. Déjà que la pluralité de plats rend l’exercice des accords mets et vins laborieux, comment s’assurer que la bonne entente règne entre les plats végés et les vins?

Même si on le croit profondément traditionnel, le repas de Noël a grandement évolué au gré du temps. Chaque génération se l’est en quelque sorte approprié —

avec plus ou moins de succès, parfois — mettant ainsi au goût du jour certains mets douteux, tels que le pain sandwich, l’aspic, de même que certaines boissons, comme la menthe verte (eh, misère!). 

Depuis les dernières années, les mets végétariens et végétaliens côtoient de plus en plus leurs homologues carnés sur les tables joliment vêtues. Avec le perfectionnement des techniques culinaires, les mets parviennent à répliquer avec beaucoup de justesse les arômes, les saveurs et les textures de leurs équivalents à base de viande. Donc, pas d’inquiétudes! Le vin choisi pour le pâté à la viande s’accordera tout autant pour le pâté de millet. Voici quelques vins qui feront assurément l’unanimité auprès de tous vos plats végés et carnés!

Szekszárd 2017, Kadarka, Heimann Csaladi Birtok

22,90 $ • 14057219 • 

12,5 % • 1,5 g/l • vegan

Très belle découverte que celle du kadarka, frère cosmique du pinot noir. Ce cépage hongrois s’adresse d’emblée aux disciples du raisin emblématique de la Bourgogne ou du gamay. Ici, le raisin est cultivé dans le sud de la Hongrie, et ce, sans l’usage d’insecticides ni d’herbicides. C’est hyper léger avec des tanins quasi absents, et l’acidité est à faire rougir le chutney de canneberges. L’expression aromatique est subtile, laissant planer substances minérales et terreuses. La diversité, ça commence dans le verre!

Morgon 2018, Les Charmes, Frederic Sornin

25 $ • 14 255 987 • 

12,5 % • 1,9 g/l • vegan

Du gamay pour la table de Noël, c’est toujours une bonne idée. Découvert au RAW cet automne, ce domaine produit du vin bio et nature dans le Beaujolais depuis 10 générations. Leur morgon vient tout juste d’être relâché en SAQ pour la première fois, et ça vaut le déplacement! Il se dégage du nez une belle pureté de fruit et de jolies notes épicées. C’est bien droit et souligné par des tanins souples. Top avec le ragoût et la sauce gravy.

France 2018, Pineau d’Aunis, Les Athlètes du Vin

20,40 $ • 13 601 770 • 12,5 % • 1,4 g/l

Ce rouge est un véritable passe-partout pour les mets végés. Cépage plutôt rare à la SAQ, le cépage pineau d’aunis pousse dans la région de Touraine en Loire. Il est à l’origine de vins légers et désaltérants, tout comme celui-ci. Juteux comme tout, il saura venir rincer entre chaque bouchée et apaiser la décadence des saveurs. D’agréables notes de poivre et de fruits rouges complètent le tableau. Un rouge tout à fait à propos pour l’apéro, tant il se boit tout seul!

Swartland 2018, Papegaai, AA Badenhorst

19,15 $ • 13 632 306 • 

13,5 % • 2,1 g/l • Bio • Vegan

Le temps des Fêtes est l’occasion de prendre soin des autres, de donner à ceux qui en ont véritablement besoin. C’est pourquoi je ne peux passer sous silence la grande sensibilité de AA Badenhorst à l’égard de la faune locale, et plus précisément du Perroquet du Cap, un oiseau en voie de disparition en Afrique du Sud. À cause des ravages de la colonisation, de la déforestation et de la chasse, moins de 1000 individus subsistent à l’heure actuelle à l’état sauvage. Pour venir en aide à cette espèce de perroquet parmi les plus menacées au monde, le domaine verse une partie des profits réalisés sur chaque bouteille de Papegaai à une ONG qui veille à leur sauvegarde. Bien sûr, comme c’est du AA Badenhorst, le régal est assuré.

Vézelay 2018, La Châtelaine, Domaine de la Cadette

32,25 $ • 11 094 621 • 

13,5 % • 1,3 g/l • Bio • Vegan

Superbe bourgogne naturel — et issu de viticulture biologique — produit par la famille Montanet. Situé au sud de chablis, vézelay est une appellation peu courante à la SAQ. S’il possède des airs de famille avec le chablis de par sa minéralité, sa rondeur et son caractère légèrement beurré le rapprochent davantage d’un blanc de Beaune. Côté cave, le vin a été élevé pendant 10 mois sur lies fines en cuves inox. Un beau blanc d’hiver digne des plus beaux festins!


Bonne tablée festive!