Chantal Masson-Bourque dirige le Chœur des aînés de l’Université Laval depuis 1987. On la voit ici durant le concert de Noël de l'ensemble, le 8 décembre à l’église Sainte-Monique.

Ces profs qui changent des vies

ULaval nouvelles vous présente une série d’articles sur des enseignants inspirants qui ont influencé le parcours d’anciens étudiants. Ici, Jean-Sébastien Vallée rend hommage à Chantal Masson-Bourque, professeure émérite de la Faculté de musique.
Ce contenu est produit par l'Université Laval.

Jean-Sébastien Vallée est de ces chefs de chœur dont la réputation n’est plus à faire. Sous sa baguette, des ensembles ont performé sur les plus grandes scènes en Amérique du Nord et en Europe. Avant de devenir directeur des études en chant choral et responsable de la division de direction à l’École de musique Schulich de l’Université McGill, il a été professeur à l’Université de Californie à Los Angeles et à l’Université de Redlands.

Lorsqu’on lui demande qui a eu le plus d’influence sur son parcours, la réponse est sans équivoque: Chantal Masson-Bourque. Il s’agit de sa première professeure à l’époque de ses études au baccalauréat en musique, à la fin des années 1990. «Le domaine de la musique était tout indiqué pour moi, mais ce que j’allais faire concrètement était incertain à ce moment-là, se souvient-il. Les cours, les conseils et le soutien de la professeure Masson-Bourque m’ont mis sur la bonne route et m’ont permis de constater quel métier était le bon pour moi.»

Le maestro a le souvenir d’une enseignante «douce et chaleureuse, mais aussi très pointue dans sa matière. Sa grande rigueur m’a beaucoup aidé. C’est ce qui m’a inspiré et ne m’a jamais quitté. Encore aujourd’hui, j’ai conservé ses anciennes notes de cours qui comprennent plusieurs bons trucs pour préparer ses partitions et surtout pour se préparer à être un bon leader devant un ensemble.»

Jean-Sébastien Vallée lors d’un concert au prestigieux Carnegie Hall de New York.

Pour Chantal Masson-Bourque, le rôle d’un professeur est de guider les étudiants tout en leur laissant de la latitude dans leurs apprentissages. Ainsi, elle les amène à raisonner pour trouver eux-mêmes des solutions à leurs problèmes ou à leurs difficultés.


« Mon travail est d’ouvrir des portes. Ensuite, c’est aux étudiants de les traverser. »
Chantal Masson-Bourque

À 82 ans, Chantal Masson-Bourque possède une feuille de route impressionnante. Outre la direction chorale et le chant choral, elle a enseigné notamment la didactique instrumentale, la pédagogie des cordes et l’alto, son instrument de prédilection. On a pu l’entendre jouer dans plusieurs orchestres, en plus de diriger des chœurs, d’enregistrer des albums et de produire des ouvrages pédagogiques.

Née en France, Chantal Masson-Bourque ne vient pas d’une famille de musiciens, comme c’est le cas pour tant d’autres. Sans forcément penser en faire un métier, elle a étudié l’alto au Conservatoire de Paris. «Le jour où je me suis aperçu que je pouvais émouvoir une foule d’auditeurs avec mon instrument, ce fut la clé, raconte-t-elle. Nous étions dans une salle de concert dans les Alpes, face au Mont Blanc. Je jouais une pièce de Schumann. À la fin, ce fut le silence total. Tout le monde était sous le choc, le regard perdu dans la nature. Ce jour-là, j’ai cessé de douter et j’ai décidé de me consacrer à la musique.»

À 21 ans, diplôme en main, l’altiste a joint l’orchestre de chambre de la Radio française à Nice. Au hasard d’une rencontre, elle est devenue directrice de chœur et a ensuite travaillé à Paris dans l’association À cœur joie, qui deviendra une référence dans le domaine du chant choral. À l’été 1964, elle s’est laissée tenter par l’école de musique de l’Université Laval, alors en pleine campagne de recrutement de professeurs en France. «En arrivant ici, j’ai été complètement séduite, moi qui n’avais jamais enseigné avant. Je pense que le coup de cœur a été réciproque, puisque je n’ai pas quitté l’Université Laval depuis.»

Maintenant retraitée de la Faculté de musique, Chantal Masson-Bourque enseigne à l’Université du 3e âge de Québec et dirige le Chœur des aînés de l’Université Laval, qui comprend 87 choristes. La porte de son bureau, sis au 6e étage du pavillon Louis-Jacques-Casault, est toujours ouverte pour une question ou une demande de conseil. Il lui arrive aussi de donner des cours privés à des musiciens et même aux enfants de ses anciens étudiants. Pour les personnes âgées, elle donne des ateliers pour les aider à prévenir les effets du vieillissement sur la voix.

«Chantal Masson-Bourque rend la musique accessible aux gens de tous les âges et de tous les niveaux. Il s’agit d’un aspect de son travail que je trouve très inspirant, admet Jean-Sébastien Vallée. Il est facile, quand on est dans le monde professionnel, de se contenter de travailler avec les meilleurs et les plus performants. Chantal Masson-Bourque nous rappelle que l’art est quelque chose qu’il faut partager à tous.»

Et vous, y a-t-il un enseignant qui a changé votre vie?

Les meilleurs enseignants, ce sont ceux dont on se souvient toute sa vie durant. Dévoués, pédagogues, enthousiastes, ils nous ont transmis leur passion, ont élargi nos horizons, nous ont donné envie d’être créatifs dans un domaine. Diplômé ou étudiant, vous avez une histoire à propos d'un professeur ou d'un chargé de cours de l'Université Laval? N’hésitez pas à écrire au journaliste Matthieu Dessureault pour lui faire part de votre témoignage. Votre histoire pourrait faire l’objet d’un article!