Finale provinciale cadet division 3 : les Harfangs veulent conclure en beauté

La logique a été respectée, dans la Ligue Mauricie catégorie cadet division 3, alors que les équipes qui ont terminé au premier et deuxième rang, s’affronteront en grande finale ce samedi à 14 h au Stade RBC de l’école secondaire du Triolet.

En effet, les Harfangs (7-1) ont terminé la saison régulière en tête, tout juste devant les Lynx de la Polyvalente Wilbrod-Dufour d’Alma (6-2).

Et ce sont ces mêmes Harfangs qui ont fait subir les deux seules défaites de la saison aux Lynx.

« On a connu une saison satisfaisante, jusqu’à présent. Mais on veut conclure avec le championnat. On a remporté nos deux matchs contre eux cette saison, alors j’imagine qu’on part avec le statut de favoris. En même temps, ça vient avec la pression de performer. L’objectif est de continuer à faire ce qu’on fait de bien. Alma est une équipe athlétique et physique, sur toutes les unités », a précisé l’entraîneur-chef de la formation, Vincent Fournier.

Ce dernier en est à une quatrième année au sein du personnel des Harfangs ; il a joué son football collégial avec les Triades de Lanaudière.

« Ils ne sont pas très nombreux, dans leur équipe ; leur quart-arrière évolue aussi comme retourneur et demi défensif. Lors de nos deux victoires contre eux, on les a eus à l’usure.

Vincent Fournier peut lui aussi compter sur des armes intéressantes tant en attaque qu’en défensive.

« Notre quart-arrière Samuel Goulet-Ménard a connu une très bonne saison. Je crois que plusieurs s’entendent pour dire qu’il a été un, sinon le meilleur, quart-arrière en division 3. On peut aussi compter sur Simon Potvin ; c’est tout un athlète, un joueur spécial. On tente de trouver des moyens pour lui donner le ballon le plus souvent possible. Aussi, notre ligne offensive est passée à un autre niveau, récemment. Elle a été dominante lors de nos derniers matchs. »

« En défensive, les secondeurs William Saint-Laurent et Félix Mercier sont rapides et efficaces. Notre front défensif devra livrer un gros match contre leur quart-arrière, qui est très efficace au sol. »

Terrain glacé

Les Harfangs ne peuvent s’entraîner sur la surface synthétique du Stade RBC, cette semaine.

Les conditions climatiques, chute de neige, redoux et période de froid, ont favorisé l’apparition de plaques de glace un peu partout sur la surface.

L’équipe s’entraînera donc au Centre multisport Roland-Dussault jeudi, vendredi et samedi.

« La température risque d’avoir un gros impact sur le déroulement du match. Mais c’est un élément incontrôlable, on doit faire avec. S’il fait froid, avec du vent, ça va affecter le jeu aérien. Et nous sommes l’une des rares équipes à utiliser avec succès l’attaque aérienne. Ça risque de changer notre approche », a dit Vincent Fournier, qui se dit confiant de pouvoir utiliser le Stade RBC pour le match de dimanche.

Le botté d’envoi est prévu à 14 h.

Football

Bilan 2018 du Vert & Or : « la reconstruction entamée avec succés »

Pour la deuxième fois en autant d’années, le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke a inscrit deux victoires en saison régulière, avant de subir l’élimination face au Rouge et Or de l’Université Laval, au premier tour éliminatoire. Le coordonnateur du programme, Alain Lapointe, confirme que cette saison 2018 était le premier pas d’une reconstruction amorcée il y a quelques années.

« Le mot reconstruction était le mot qu’on n’osait pas utiliser, mais qui définissait notre réalité cette année. L’an dernier, on a eu 17 finissants ; c’était évident que ce ne serait pas facile. Ainsi, notre édition 2018 était composée à 70 % de joueurs de première et de deuxième année. Et on a perdu que cinq joueurs. Alors, malgré cette réalité, même si on maintenu une fiche identique à celle de 2017, on a tout de même réussi à se tailler une place en éliminatoires », a lancé Alain Lapointe.

« Et on a réussi cet exploit malgré la saga de notre coordonnateur offensif (Jason Hogan, NDLR) qui a quitté deux semaines avant le début du camp d’entraînement, et toutes les blessures subies par nos quarts-arrière pendant la saison. Notre attaque n’a jamais pu se mettre en marche de façon concrète et évidente sur le terrain. »

« Les gens nous disent que nous perdons toujours contre Québec ou Montréal ; c’est la réalité. Mais ces deux équipes étaient plus expérimentées que nous. Ainsi, on entrevoit l’avenir avec optimisme. »

Améliorer l’attaque : poste ouvert

C’est donc à la dernière minute que la tâche de diriger l’attaque du Vert & Or a été confiée à Rémi Giguère, déjà responsable des joueurs de ligne offensive de l’équipe.

À sa deuxième saison comme entraîneur, Giguère se retrouvait avec une large tâche sur les épaules ; et l’équipe, pour une deuxième année consécutive, a dû jouer à « quart-arrière académie ». Au total, quatre pivots ont été à l’essai, sans véritable consensus pour aucun d’entre eux.

L’attaque aérienne n’a pu faire mieux qu’un total de 687 verges de gain, trois passes de touché contre six interceptions. À ce sujet, d’ailleurs, le Vert & Or a ouvert officiellement le poste de coordonnateur offensif ; la période des mises en candidature se termine le 20 novembre.

« Ça nous prend un spécialiste de l’attaque, qui sera capable de bien diriger nos pivots et nos receveurs de passes. Rémi fait déjà un super boulot avec les gars de ligne offensive, et on a de bons porteurs de ballon. Notre attaque aérienne doit être meilleure. Ça nous prend un fin stratège », a expliqué Alain Lapointe.

Des compressions qui ont fait mal

Présent depuis la renaissance du programme de football, dès 2003, Alain Lapointe a vu son équipe progresser, avant de retomber.

« On a eu une belle progression, mais ça s’est cassé en même temps que les grosses compressions budgétaires qui ont affecté plusieurs universités (2013 et 2014, NDLR), dont la nôtre ; je te dirais que les huit dernières années ont été très difficiles pour le développement du sport chez nous. Les années de vache maigre, on les a connues. C’est plate, car on progressait et on allait dans la bonne direction. Il y a eu une cassure. C’est comme si le ravitaillement ne se rendait plus aux troupes, au front », a dit celui qui affectionne les allégories militaires.

« Mais avec la nouvelle administration, on se sent écoutés. Il y a une volonté concrète de notre administration à vouloir nous aider. »

Des matchs contre les Maritimes et l’Ontario?

Évoluer dans la même conférence que les programmes de Montréal et de Québec, deux des meilleurs au pays, n’est pas une sinécure, confirme Alain Lapointe.

« Entre les deux, c’est comme une course à l’armement nucléaire. Il y a escalade. Alors que les autres programmes, on doit étirer le budget, pour des objectifs pas mal moins élevés. Il ne faut pas oublier que cinq de nos neuf matchs en 2018 ont été disputés contre ces deux équipes. Aucun programme n’a cette réalité au Canada », a-t-il déploré.

« Je sais que le RSEQ est préoccupé par la situation et il regarde différentes avenues de solution. Nous serions très ouverts à des calendriers qui comprendraient des matchs interlocks face à des équipes des Maritimes ou même de l’Ontario. Je pense que ça pourrait varier les calendriers ».

Alain Lapointe confirme aussi qu’il n’y a aucun intérêt de la part du Vert & Or à imiter les Gaiters de Bishop’s et à transférer le programme vers la conférence des Maritimes.

Le recrutement, nerf de la guerre

« Affronter les meilleurs nous force à devenirs meilleurs. Nos jeunes ont été au front et cette adversité va nous rendre meilleurs. Notre recrutement va bien. Mathieu Lecompte et son personnel ont déjà confirmé une vingtaine de jeunes pour l’an prochain, des jeunes qui seront majoritairement avec nous dès janvier prochain. Et ce sont des joueurs qui proviennent à 57 % de la division 1 du collégial, comparativement à 30 % auparavant. On veut des jeunes qui veulent faire la différence, et non passer deux ou trois ans à attendre leur tour. »

« Notre personnel d’entraîneurs a créé un engouement et il fait un bon travail pour expliquer où on s’en va pour développer le programme. »

« Avec l’administration centrale, on veut travailler à faire de Sherbrooke la meilleure destination pour les étudiants-athlètes qui veulent obtenir leur diplôme. Ce sera notre carte de visite. On encadre nos gars, nos aides académiques bénévoles font tout un travail, les gars ont adhéré et le taux de présence au Hall d’étude est de près de 100 %. »

Alain Lapointe confirme aussi que la modernisation des infrastructures est cœur des plans d’avenir

« On a aussi des idées, des projets spéciaux, avec l’Université, et le privé, afin de procéder à un rafraîchissement de nos infrastructures. C’est encore loin, mais on a notre plan. Après tout, nos installations ont 17 ans ».

Hockey

Cantonniers : la semaine de Belliveau et Provencher

MAGOG – La dernière semaine d’activités de la Ligue midget AAA du Québec a été celle des hockeyeurs de l’Estrie. L’Orfordois Isaac Belliveau, porte-couleurs des Cantonniers de Magog, et le Sherbrookois David Provencher, gardien de but des Chevaliers de Lévis, ont été sélectionnés respectivement les joueurs offensif et défensif de la semaine dans le circuit Lévesque.

Il est plutôt rare qu’un défenseur hérite du titre de joueur de la semaine. Belliveau y est parvenu en récoltant un but et trois aides pour quatre points et un différentiel de plus 4 lors des deux dernières rencontres des Cantonniers contre Charles-Lemoyne et Châteauguay.

En septembre, celui qui avait le premier choix de l’Océanic de Rimouski lors du dernier repêchage de la LHJMQ, avait été choisi le joueur défensif par excellence de la ligue. Le vétéran des Cantonniers pointe au premier rang des compteurs chez les défenseurs de la ligue avec 25 points, tout comme son coéquipier Jacob Dion.

Pendant ce temps à Lévis, David Provencher a été d’office dans les victoires de 3-1 et 3-2 des Chevaliers contre les Estacades de Trois-Rivières. Provencher a conservé une moyenne d’efficacité 0,952 dans ces deux dernières sorties. Provencher domine les gardiens de la ligue avec 12 victoires. Ce dernier est un rouage important de la grosse machine des Chevaliers qui, on le sait, sont invaincus avec 22 victoires au compteur en autant de parties.

David Provencher, William Desmarais et Xavier Dupont étaient engagés dans une lutte à finir au camp d’entraînement des Cantonniers pour obtenir le poste aux côtés du vétéran Olivier Adam. C’est Dupont qui a obtenu la faveur des entraîneurs des Cantonniers, de sorte que David Provencher et William Desmarais ont pris le chemin de Lévis et Gatineau respectivement. Desmarais fait aussi très bien avec l’Intrépide qui détient le premier de la division CCM. Desmarais et Provencher appartiennent tous deux au Phœnix de Sherbrooke.

Pour en revenir aux Cantonniers, ceux-ci ont aussi dévoilé l’identité de leurs joueurs par excellence pour le mois d’octobre. Justin Robidas (offensif), Jacob Dion (défensif) et Félix Paquet (académie) ont été les heureux élus.

Hockey

Série Canada/Russie : les Russes s’offrent en spectacle

SHERBROOKE — La Russie a pris les devants dans sa confrontation face au Canada grâce à une victoire de 5 à 1 lors du cinquième match de la Série Canada/Russie CIBC. Même si les joueurs de la LHJMQ ont répété les attaques, la Russie a quitté le Palais des sports de Sherbrooke mardi avec une avance 3 à 2 dans ce duel qui se terminera jeudi à Drummondville.

« Ce fut un match difficile, a confié la jeune vedette de l’Océanic de Rimouski, Alexis Lafrenière. On peut faire beaucoup mieux. Personnellement, je dois aussi en donner plus. La bonne nouvelle, c’est qu’il sera possible de se reprendre au prochain match. On affrontait une équipe plus structurée que la nôtre. Ils fermaient beaucoup le jeu. Il faudra profiter de nos chances jeudi. »

Matthew Welsh a connu une sortie difficile en cédant dès le départ devant le premier tir des Russes, provenant de la palette de Nikita Shashkov.

Pierre-Olivier Joseph a rapidement fait oublier le but accordé par son coéquipier des Islanders de Charlottetown en déjouant Pyotr Kochetkov d’un tir de la ligne bleue.

« Après un but rapide de leur part, mon but a redonné de l’énergie à notre équipe, a admis Joseph. Les Russes ont beaucoup de vitesse et je ne pense pas que nous étions prêts ce soir. Il y a quand même beaucoup de points positifs à retenir ce soir, mais c’était la première fois que nos joueurs évoluaient ensemble contrairement aux Russes et c’était difficile de se trouver sur la patinoire. On reviendra plus fort jeudi. »

Ivan Muranov a ensuite profité d’un cafouillage autour du filet de Welsh pour redonner l’avance à la Russie en première période et sur l’une des rares attaques russes, Dmitry Zavgorodniy a accentué l’avance des siens : 3 à 1. Kirill Slepets et Ivan Chekhovich ont complété la marque chez les Russes.

« Nos joueurs doivent apprendre à jouer ensemble, a affirmé pour sa part Gabriel Fortier du Drakkar de Baie-Comeau. Ce n’est pas le résultat espéré disons. On essaie tous de montrer nos points forts pour convaincre le personnel de Hockey Canada. Tout le monde veut montrer qu’il a sa place au sein de l’équipe nationale junior. Personne n’a joué le match qu’il aurait dû jouer et on devra rebondir à Drummondville lors du dernier affrontement de la série. »

« Il faudra utiliser notre rapidité en poussant la rondelle derrière les défenseurs russes pour espérer gagner le dernier match et niveler la série », a expliqué le capitaine des Voltigeurs de Drummondville, Nicolas Guay.

Pyotr Kochetkov a été brillant en bloquant 33 des 34 tirs des joueurs de la LHJMQ. Welsh a cédé cinq fois sur 17 lancers.

« La clef sera de jouer moins en périphérie et de se salir le nez un peu plus. On veut absolument éviter la défaite du Canada jeudi », conclut l’entraîneur adjoint de l’équipe de la LHJMQ, Stéphane Julien.