Mathis Zakorzermy a fait le choix de quitter l’organisation des Gaulois de Saint-Hyacinthe pour tenter de percer l’alignement de l’équipe de sa région d’origine, les Cantonniers. Maintenant qu’il y est parvenu, l’attaquant veut s’appliquer à perpétuer la tradition gagnante de la formation magogoise.

Zakorzermy veut perpétuer la tradition

Le Sherbrookois Mathis Zakorzermy n’allait pas passer à côté de l’opportunité d’évoluer midget AAA près de chez lui une deuxième année de suite. Retranché il y a un an au camp des Cantonniers de Magog, Zakorzermy s’était tout de même trouvé une niche à Saint-Hyacinthe avec les Gaulois qui l’avaient réclamé.

Cette saison, Zakorzermy avait le choix de demeurer avec les Gaulois ou encore de revenir cogner à la porte des Cantonniers. Les règlements de la Ligue midget AAA du Québec donnent cette chance aux joueurs de retourner avec l’équipe de leur région s’ils le désirent. C’est l’option que Zakorzermy a privilégiée.

« Ce fut un choix déchirant. Les Gaulois sont quand même ceux qui m’ont donné une chance de percer dans le midget AAA à 15 ans. J’aurais peut-être eu plus de temps de glace dans le midget espoir à Sherbrooke, mais je crois sincèrement que pour mon développement personnel, jouer midget AAA avec des gars plus vieux, plus matures, cela m’a forcé à tirer vers le haut. On a bien terminé l’année en gagnant la Coupe Dodge, même si ce n’était pas l’objectif premier. J’ai encore des gars que je connais chez les Gaulois, il ne faut pas l’oublier. Des gars avec qui j’ai eu de très bons moments. Je conserve d’excellents souvenirs de mon passage à Saint-Hyacinthe. En plus, les Gaulois seront l’équipe hôtesse de la Coupe Telus en 2021. C’est une belle vitrine pour les joueurs, mais je vous avouerai que je préfère y aller par la grande porte et avec une équipe championne », commente Zakorzermy.

La maison

Mais rien de mieux que de retourner à la maison. « Je retrouve des gars avec qui j’ai fait tout mon hockey mineur. Cela a pesé fort dans la balance. Je joue dans la ville voisine de ma famille, c’est merveilleux. Je ne cacherai pas non plus que je savais qu’en jouant avec les Cantonniers je me joignais à une grande organisation et une équipe qui sait comment gagner. Difficile de regretter mon choix et de ne pas m’y plaire », mentionne-t-il.

Lorsqu’il a confirmé aux Cantonniers au mois de juin qu’il choisissait de revenir à Magog, Zakorzermy n’a jamais obtenu l’assurance qu’il commencerait la saison avec les Cantonniers. « Je devais mériter mon poste. Félix Potvin a été clair là-dessus. Je devais quand même prouver que j’étais un meilleur joueur qu’il y a un an. J’étais très heureux quand on m’a dit que j’avais ma place avec les Cantonniers. Présentement, je pense que ce serait difficile de trouver un gars plus heureux que moi dans le vestiaire », prétend Zakorzermy.

Présence physique

Zakorzermy, qui peut aussi bien jouer à l’aile qu’au centre, fera maintenant tout en son possible pour prouver aux Cantonniers qu’ils ont fait le bon choix en le ramenant avec eux. « Je n’ai aucun objectif en termes de statistiques. Je veux me servir de mon gabarit (six pieds un pouce, 180 livres) pour faire sentir ma présence physique sur la glace. Faire preuve de constance et être à mon meilleur contre les bonnes équipes. Comme vétéran, j’ai ma part de leadership à amener. J’aime ça. Les Cantonniers sont champions depuis deux ans parce qu’ils ont toujours aligné des joueurs prêts à se sacrifier et qui ne pensent pas à leur fiche personnelle. C’est le chemin que je vais emprunter. Je veux perpétuer la tradition », insiste celui qui appartient aux Olympiques de Gatineau dans la LHJMQ.