Zachary Lessard se dit conscient que peu de postes à la ligne bleue sont disponibles chez le Phoenix de Sherbrooke, mais le défenseur a bien l’intention de se battre pour obtenir sa place.
Zachary Lessard se dit conscient que peu de postes à la ligne bleue sont disponibles chez le Phoenix de Sherbrooke, mais le défenseur a bien l’intention de se battre pour obtenir sa place.

Zachary Lessard veut surprendre

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Même s’il n’a que 16 ans et que son bagage d’expérience à la ligne bleue est encore très mince, Zachary Lessard souhaite prendre par surprise les entraîneurs du Phoenix et brouiller les cartes. La tâche sera ardue et il en convient. Mais le défenseur des Grenadiers de Châteauguay n’a pas l’intention de jouer aux touristes lors du camp d’entraînement, qui débute le dimanche 30 août au Palais des sports.

Repêché en deuxième ronde lors du dernier encan de la LHJMQ, Zachary Lessard n’a que deux années d’expérience à titre de défenseur. L’ancien attaquant mise toutefois sur sa grande forme physique pour attirer l’attention.

« Je crois arriver à Sherbrooke en très bonne condition physique. J’ai travaillé fort dans le gym et sur la glace pour devenir plus puissant, mais surtout plus rapide. J’ai travaillé beaucoup sur mon accélération, ce qui fait de moi un défenseur encore plus mobile. »

Supervisé par Sébastien Lagrange, qui entraîne également les professionnels Pierre-Luc Dubois et Samuel Girard notamment, Lessard s’est effectivement concentré sur ses lacunes. 

« J’ai toujours dû améliorer ma confiance et ma prise de décision et grâce à mon entraînement, je suis convaincu de pouvoir faire bonne impression au camp d’entraînement du Phœnix. Ce sera mon premier dans le junior majeur. Je serai entouré de joueurs plus vieux, mais je suis très excité à l’idée de me battre pour l’un des rares postes disponibles », indique le joueur de 16 ans.

En effet, les sièges libres à la défensive du Phoenix sont plutôt inexistants. Avec la récente signature du défenseur ontarien de 19 ans Maxime Blanchard et l’ajout du Russe Pavel Grishin, le top 6 défensif du Phœnix affiche complet. Sur papier... 

Rappelons la présence de Jaxon Bellamy, Gregory Kreutzer, Jacob Rabouin et Xavier Barnard, sans parler de celle d’Olivier Crête-Belzile, sur la touche en raison de son combat contre le cancer. Or, trois de ces défenseurs pourraient rater le début du camp à cause d’une question de visas ou d’un problème de santé, ce qui laisse la chance à Zachary Lessard de se faire valoir. 

« C’est une motivation pour moi de tasser des joueurs plus vieux et de rivaliser contre des plus expérimentés. J’ai toujours bien réagi sous la pression des camps et je prends ça comme un défi. »

C’est d’ailleurs en compagnie de Xavier Bernard que Lessard a passé une partie de son été sur la glace. 

« J’ai vu ce que ça prenait pour être un bon vétéran défenseur dans la LHJMQ. Il m’a beaucoup parlé du Phoenix et de la ville. Il m’a motivé à arriver encore plus prêt », indique la recrue. 

+

Après plusieurs jours de camp avec les Cantonniers, Carl-Étienne Michel quittera l’aréna de Magog pour le Palais des sports de Sherbrooke dimanche.

Du camp des Cantonniers à celui du Phoenix

Le choix de 3e ronde du Phœnix de Sherbrooke en 2020 se présentera le 30 août au Palais des sports avec un léger avantage sur les autres : celui d’avoir déjà pris part à plusieurs séances d’entraînement au camp des Cantonniers de Magog sous le regard de l’ancien gardien des Maple Leafs de Toronto Félix Potvin.

Le défenseur magogois Carl-Étienne Michel n’aura pas profité d’un très long repos entre les deux camps. Vendredi, le hockeyeur de 16 ans participait encore aux entraînements des Cantonniers et dimanche, il effectuera ses premiers coups de patin dans l’univers du junior majeur. 

Tout comme Christophe Rondeau, Jordan Marquis, William-Charles Bishop et Zachary Lessard, tous des choix de 2020, Carl-Étienne Michel espère laisser sa carte de visite aux dirigeants sherbrookois. 

Son objectif : surpasser ces quatre défenseurs de 16 ans ainsi que les recrues de 17 ans Adam Emery et Vincent Trudel.

« Je ne m’attends pas à ce que ce soit facile. J’ai vu l’alignement défensif du Phoenix et je remarque que les postes de libres sont rares. Je vais tout faire pour percer l’alignement dès mon année 16 ans, mais je ne serai pas perdant en retournant avec une organisation comme celle des Cantonniers. »

S’il croit en ses chances? Absolument! 

« Je suis assez confiant. Par contre, je ne sais pas si le Phoenix sera prêt à me garder à l’âge de 16 ans ou s’il jugera mieux pour moi de me renvoyer dans le midget AAA pour une dernière saison. Si ce n’est pas cette année que je parviens à faire l’équipe, ce sera l’an prochain. C’est tout. »

S’entraîner dans le garage

La compétition sera grande, mais c’est avec beaucoup de fébrilité que Carl-Étienne Michel aborde sa première présence au camp du Phoenix. 

« J’ai connu un été particulier, comme bien d’autres joueurs. J’ai dû m’entraîner dans le garage alors que les gyms et les arénas étaient fermés durant la pandémie. Mon père a acheté une glace synthétique et une cage d’entraînement. Mais dès que les arénas et les gyms ont pu rouvrir, j’en ai tout de suite profité pour reprendre une préparation un peu plus normale », informe Carl-Étienne Michel. Jérôme Gaudreau