Y'a de la glace en masse

Depuis le début de l'hiver, la glace est comme la mauvaise herbe. Il y en a partout où l'on n'en veut pas dans nos cours, nos rues, les champs, etc. alors que l'on peine à maintenir les patinoires en bonne condition pour les jeunes.
Il y a une exception: la glace sur les plans d'eau est au rendez- vous. Pour paraphraser un marchand de peinture: « ça, y'en a en masse! »
« Les premiers grands froids sont arrivés tôt, il y a eu peu de neige pour servir d'isolant, alors la glace a épaissi rapidement. J'ai devancé ma saison de presque un mois. Même s'il a plu abondamment, la glace est encore bien portante », rapporte le Coaticookois Guy Lafrenière, un maniaque de pêche blanche dont on peut lire de plus en plus d'articles sur le web ou dans les magazines spécialisés. Le couvert de glace varierait entre 40 et 50 cm, selon l'altitude des plans d'eau.
« La vigilance reste cependant de mise, car les forts débits dans les cours d'eau, notamment au cours de la dernière fin de semaine, ont aussi augmenté les courants sous la glace des lacs. Sans que rien n'y paraisse en surface, celleci a pu amincir par le dessous et à certains endroits plus qu'à d'autres. La précaution à prendre est de rapprocher les trous qu'on perce dans la glace pour se donner un bon portrait d'ensemble », rappelle M. Lafrenière.
Les conditions sont bonnes, la pêche elle-même un peu moins.
« Chacune de nos sorties a été récompensée de captures mais ce ne sont pas encore les grosses pêches attendues avec impatience. Les perchaudes commencent à mordre tandis que les brochets restent engourdis. Je suis par ailleurs surpris du nombre de truites grises capturées quelques pieds sous la glace, en pêchant en eau peu profonde. J'imagine qu'elles suivent la bouffe ».
À l'invitation du cinéaste- web André Gervais, Guy Lafrenière se prépare à tourner un film sur la pêche à la truite brune.
« C'est prévu pour la première fin de semaine de février. Mes sites de pêche sont choisis, reste à savoir si nous pourrons y accéder, car les longs déplacements sur les lacs ne sont pas aisés ». C'est le petit irritant que je gardais pour la vie, question de ne pas vous décourager. Mais le froid revient et il n'y a pas de tempête de neige à l'horizon. Qui sait, peutêtre les lacs deviendront-ils d'immenses patinoires sur lesquelles on pourra se déplacer sur patins.
Y'a juste ça qu'on n'a pas vécu comme bouleversement hivernal depuis les Fêtes ! Le party de samedi Certains m'ont taquiné en entendant ma voix caverneuse de gars grippé à la radio: auras-tu les cordes vocales assez solides pour animer durant toute la soirée samedi au Centre de foires ? Vous me jetez un sort ou quoi ? Je serai sur la scène avec l'ami Jean-Lachance, au milieu de ses invités. S'il faut que je ménage ma voix, alors j'écouterai et noterai le récit de vos histoires de chasse