Laurie Royer, Frédérique Harvey, Safiya Karin, Anna-Luiza Nicolae, pourront dorénavant s'entraîner au premier centre d'excellence régional au Canada avec Annie Martin et Vincent Larrivée.

Volleyball de plage : Sherbrooke a la touche

Vincent Larivée et Annie Martin ont marqué le petit monde du volleyball de plage canadien de plus d'une façon. Après deux participations aux Jeux olympiques (2004 et 2012), le tandem a inauguré cette semaine un projet qui leur est cher, unique au Canada : la mise sur pied d'un premier centre d'excellence régional pour le volleyball de plage, au parc Atto-Beaver de l'arrondissement Lennoxville, un projet qu'ils caressent depuis trois ans.
Disons-le, la représentativité québécoise après le passage d'Annie Martin au sein du programme canadien a connu un petit creux.
Si le programme national de volleyball de plage a connu un essor très intéressant lors de cette même période - il y avait deux équipes masculines et deux équipes féminines aux Jeux olympiques de Rio, du jamais vu - le Québec avait besoin d'un peu de tonus.
Qui de mieux que l'entraîneur Vincent Larivée et l'ancienne olympienne Annie Martin pour piloter ce projet?
« Quand on a arrêté le circuit mondial, Annie et moi, j'ai été approché par Volleyball Québec pour bâtir un programme québécois et la formation d'équipe du Québec. On a fait nos choses, avec la même philosophie qui nous animait chez les pros », a dit M. Larivée.
« L'entraîneur de l'équipe nationale Steve Henderson est un gars qu'on a côtoyé pendant plus d'une dizaine d'années sur le circuit mondial. Il a vu qu'on a mis un solide programme de développement au Québec et que tranquillement, ça produisait des athlètes pour l'équipe nationale. On en a maintenant six, ce qui n'est pas rien. Il était aussi sensible au fait que ce ne sont pas tous les athlètes qui sont à l'aise de déménager à Toronto, là où est basée l'équipe canadienne et ce, pour plusieurs raisons », a indiqué Vincent Larivée, entraîneur-chef des programmes élite et relève, et des équipes du Québec de volleyball de plage.
« Ainsi, l'athlète identifié équipe nationale qui est toujours aux études, peut continuer son entraînement intérieur et extérieur, au même endroit. Je suis un peu là pour chapeauter le développement annuel. C'est un gros gain à plusieurs niveaux. »
Sarah-Jeanne Meunier-Bédard, Ivan Reka et Hugo Rosso seront les premiers athlètes à bénéficier des services du tout nouveau Centre d'excellence régional de volleyball de plage de Volleyball Canada, officiellement lancé mardi à la suite de l'initiative conjointe de Volleyball Canada et Volleyball Québec. Ils ont été promus au sein du groupe « Prochaine Génération » des programmes nationaux de volleyball de plage au terme des sélections de novembre dernier. « Ça fait un bel environnement pour les volleyeuses québécoises. On a donc une petite longueur d'avance sur les autres provinces, à l'exception de l'Ontario, qui est collé géographiquement sur l'équipe nationale. C'est aussi un beau modèle pour les plus jeunes. On espère que ça fasse des petits ailleurs au pays. »
Afin d'aider à démarrer le projet, Volleyball Canada apporte un financement de 15 000 $ au Centre d'excellence régional en plus d'une contribution en services d'environ 12 000 $ aux athlètes affiliés de la « prochaine génération ».
Annie Martin s'occupe désormais de la relève dans son sport de prédilection, le volleyball de plage.
Annie Martin partage sa passion
« Après les Jeux olympiques (2012), je ne savais pas trop ce que j'allais faire. J'ai travaillé un peu dans mon domaine d'études, l'adaptation scolaire, mais c'était un tout autre monde! j'ai préféré retourner au volleyball! »
Annie Martin s'occupe désormais de la relève dans son sport de prédilection, le volleyball de plage.
Celle qui a participé aux Jeux olympiques d'été de 2004 à Athènes (cinquième place en compagnie de Guylaine Dumont), et aux Jeux de 2012 à Londres, où elle faisait équipe avec Marie-Andrée Lessard, fait maintenant profiter de sa vaste expérience.
« Pendant l'été, je suis engagée à temps plein par Volleyball Québec pour ses équipes du Québec. Il y a des camps chaque semaine ici à Lennoxville. Les jeunes sont hébergés à l'Université Bishop's. Et pendant l'hiver, je suis entraîneur adjoint avec l'équipe féminine de volley du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke. J'ai aussi d'autres projets liés aux sports qui s'en viennent. »
Annie Martin, on le sait, fut littéralement une pionnière le développement du sport, notamment au Québec.
Les choses ont bien changé depuis son passage sur le parcours international de la Fédération internationale de volleyball (FIVB).
« Ce centre régional d'excellence aurait été, à l'époque, d'une grande aide. J'ai commencé le volleyball de plage à ses balbutiements en tant qu'organisation. Il n'y avait pas d'équipes du Québec, c'était plutôt des circuits jeunesse qui régissaient le sport et son développement. J'ai la chance d'avoir un peu de support de la Fédération canadienne de volley. Ainsi, un cadre comme le centre régional, où l'on propose aux meilleurs d'être regroupés, c'est une situation idéale pour s'améliorer. C'est ma troisième année comme entraîneur et je vois les bénéfices d'une telle approche », a-t-elle expliqué.
« Le but des programmes relève et élite, c'est de mettre des athlètes sur les équipes nationales. Et à partir de là, tout peut arriver. Vincent et moi, on procède une étape à la fois, c'est comme ça qu'on a fait pour se rendre jusqu'aux Olympiques. C'est comme gravir une montagne, tu vises le sommet un pas à la fois, même si tu arrives pas, tu atteints des paliers importants. Si un athlète qui passe par le centre pouvait se tailler une place aux Jeux, c'est sûr que ça serait l'fun! »
« J'adore enseigner tout ce que j'ai appris dans ma carrière. Je ne fais pas que former des athlètes, mais des personnes. Je suis présentement un cours en psychothérapie qui me permet d'approcher les athlètes différemment, d'aller au-delà de la performance, d'avoir une vision globale. »
Un coup de pouce apprécié par les athlètes
Sarah-Jeanne Meunier-Bédard est dans l'anti-chambre de l'équipe nationale en volleyball de plage. L'attaquante de troisième année de l'équipe de volleyball du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke souhaite, dans un futur rapproché, se concentrer sur le volley de plage. « Cet été, je m'entraîne à Toronto avec l'équipe nationale; et quand je suis de retour à Sherbrooke, je peux passer voir Annie et Vincent. On est très chanceux d'avoir ce genre de centre ici, on n'est pas obligés de se déplacer toujours à Toronto. On sait que tout est arrimé et que le suivi se fait entre Toronto et ici », a-t-elle indiqué. « C'est donc un stress financer de moins. Et j'ai accès à un paquet de services qui font la différence : nutrition, préparation physique et mentale. » « C'est très inspirant de pouvoir travailler avec Vincent et Annie Martin. Ils ont pu réussir à aller aux Jeux olympiques, alors c'est la preuve que d'autres le peuvent aussi. C'est très motivant. »