Jacques Villeneuves

Villeneuve quitte le Grand Prix et accroche son casque

Le vétéran pilote Jacques Villeneuve a peut-être couru pour la dernière fois au Grand Prix de Valcourt (GPV).
<p>Jacques Villeneuve</p>
Après avoir eu un différend avec le directeur des courses du Circuit Pro Tour (CPT), Benoît Labrecque, il a quitté Valcourt hier matin, confirmant qu'il accrochait son casque. « Il semblerait que ce soit mon dernier Grand Prix », a-t-il déclaré en soirée, admettant que ça ne s'est pas terminé comme il l'aurait voulu.
Le vétéran pilote est retourné chez lui, à Saint-Cuthbert, avant d'avoir pu affronter les meilleurs pilotes lors de la finale Pro Champ 440 sur l'ovale de glace.
« Je ne regrette pas d'être parti. Je regrette de ne pas courir, point final. Je le regrette aussi pour tous les spectateurs qui me supportent », admet-il.
Arrivé en sixième position lors de la finale de samedi, il soutient ne pas être complètement satisfait de sa fin de semaine. « Je n'étais pas content du tout de ma performance. Je me suis dit tant qu'à me casser la gueule, je vais retourner chez nous », a-t-il ajouté.
Si le coureur vedette de 60 ans confirme sa participation aux compétitions de Roberval et Trois-Rivières, il refuse de se rendre à celle d'Eganville, prévue la fin de semaine prochaine. Sa saison se terminera ici, au Québec.
Différents points de vue
L'incident entre Jacques Villeneuve et la direction du CPT est survenu hier matin, lors de la dernière ronde d'essais.
Le vétéran pilote a reçu un avertissement pour ne pas avoir ralenti à la vue du drapeau quadrillé, comme c'est convenu de le faire. Il a alors embouti la motoneige de l'Ontarien Cole McMichael, ce qui lui a valu, par mesure de précaution, un séjour à l'hôpital.
« Il y a 105 coureurs inscrits pour la fin de semaine. J'ai dit à Jacques : " Tu es le seul qui ne voit pas le drapeau quadrillé " », raconte le directeur des courses, Benoît Labrecque.
Le directeur insiste cependant pour dire qu'il s'agissait bien d'un avertissement, et non d'une disqualification, comme à Bancroft, en Ontario. Il y a deux semaines, le pilote d'expérience a embouti Colt Dellandrea, avant de se voir disqualifier.
« C'était un accident. Voyons si j'aurais fait exprès pour rentrer dans une autre motoneige. Ça fait trop d'années que je cours pour faire une erreur comme ça », avait-il déclaré mercredi. Cette collision, a-t-il alors expliqué, était plutôt due à un problème mécanique.
Pour le directeur des courses du circuit, ce n'était pourtant pas la première fois hier que le pilote omettait de lever le pied en voyant le drapeau, ou même pendant les courses.
« Je lui ai simplement dit de faire attention, qu'il y avait eu des plaintes par d'autres coureurs qu'il était dangereux. Quand j'ai eu fini la conversation, il a éclaté, je n'ai pas pu dire autre chose », soutient M. Labrecque.
Selon lui, le comportement du vétéran pilote lui valait chaque année quelques avertissements. « Je ne suis pas au courant de ça », l'a plutôt contredit l'expérimenté pilote.