Villeneuve: «C'est la plus belle mort que tu peux pas demander»

Au moment de le rencontrer pour une entrevue alors qu'il se trouvait toujours en traumatologie, mardi, Jacques Villeneuve débattait avec son médecin traitant, qui tentait de le convaincre de rester sous ses bons soins.
Jacques Villeneuve
En vain. Encore une fois, il en faudra plus que ça pour arrêter le pilote de motoneige. Villeneuve a quitté l'hôpital en fin de journée, sans l'accord de son médecin. Et le vétéran s'est montré très clair: il n'est pas question pour lui d'arrêter la compétition.
Hospitalisé à la suite de graves blessures subies lors du Grand Prix de Valcourt (GPV), le 16 février, c'est un Jacques Villeneuve passablement démoralisé qui a reçu La Tribune, mardi après-midi, au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS). Plus tôt dans la journée, il avait signifié son intention de quitter son lit d'hôpital au personnel soignant.
«Ils ont accepté de me transférer à Joliette pour être plus près de chez nous, mais j'ai rien à gagner là-dedans, ça va être pareil comme ici...»
Pas de retraite
Gravement blessé à la suite de son accident, Jacques Villeneuve n'a pas plus l'intention de prendre sa retraite qu'il a envie de rester clouer à un lit d'hôpital. Le vétéran de 59 ans a été très clair sur la question: il ne quittera pas le monde de la motoneige.
«J'ai pas du tout de souvenir de l'accident. C'est la plus belle mort que tu peux pas demander, dans le fond. Tu fais ce que t'aimes et il te tombe une bombe dessus. Se rendre à 81, 82, 83 ans, tu vieillis... ça m'intéresse pas de vivre ça», a tranché Jacques Villeneuve, de son lit d'hôpital.
Cette décision signifie aussi que le pilote n'exaucera pas le voeu de son épouse, Céline Villeneuve, qui l'implorait de cesser de courir au lendemain de son accident.