Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Recrutée par l’équipe féminine de basket des Gaiters de Bishop’s, Victoria Gauna représentera l’Argentine lors de l’Americup, un tournoi de basket de la Fédération internationale de basketball, pour les pays des Amériques.
Recrutée par l’équipe féminine de basket des Gaiters de Bishop’s, Victoria Gauna représentera l’Argentine lors de l’Americup, un tournoi de basket de la Fédération internationale de basketball, pour les pays des Amériques.

Victoria Gauna avec l’équipe nationale d’Argentine pour la qualification olympique

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Victoria Gauna n’a pas encore enfilé le maillot de l’équipe féminine de basketball des Gaiters de Bishop’s que déjà, elle fait parler d’elle. La jeune femme de 19 ans a en effet été sélectionnée pour représenter son pays natal, l’Argentine, lors de l’AmeriCup, qui se déroulera à Porto Rico.

L’Argentine fera partie du Groupe B, où elle sera confrontée aux États-Unis, au Vénézuéla, à Porto Rico et à la République dominicaine.

Le Canada, le Brésil, la Colombie, les îles Vierges et le Salvador se retrouvent dans le Groupe A.

Cette compétition, qui sert de qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo pour les pays des Amériques, démarrera ce vendredi, alors que l’Argentine affrontera la République dominicaine.

La connexion entre l’Argentine et les Gaiters ne date pas d’hier, confirme l’entraîneur-chef de l’équipe féminine, Craig Norman.

« On a réussi à recruter quelques jeunes en provenance de l’Argentine. D’abord, Mara Lis Marchizotti, qui a joué cinq ans pour nous (et qui a participé à la Coupe du monde de basketball FIBA avec l’Argentine en 2018) et par la suite on a réussi à recruter Amaiquen Siciliano, qui a été nommée joueuse la plus utile au RSEQ en 2019, en plus d’être l’athlète de l’année à Bishop’s. C’est par l’entremise d’Amaiquen qu’on a contacté Victoria », s’est souvenu Craig Norman.

« Et l’été passé, elle a décidé de venir à Bishop’s. Ce fut un long processus, et elle a finalement été acceptée à Bishop’s à la période des Fêtes, et par la suite, elle a suivi trois cours à distance. Elle était sur notre alignement l’hiver dernier, mais à cause de la pandémie de la COVID-19, elle n’a pas pu venir. Elle est prête pour septembre. »

« Je crois qu’elle va nous permettre de tout mettre en place. Il y a deux ans, on avait sur notre alignement Amaiquen, qui a fait partie de la première équipe d’étoile USPORTS et Jael Kabunda, qui a été nommée recrue de l’année au Canada. Elle est ainsi devenue la première joueuse des Gaiters dans l’histoire à obtenir ce titre. Je crois que Victoria va nous donner une autre excellente force de frappe à l’attaque et comme c’est une très bonne joueuse, elle va rendre tout le monde meilleur. À 6’1’’, elle est athlétique, elle a un très bon sens du jeu, c’est tout un ajout pour nous. »

« C’est tout un accomplissement pour une jeune femme de 19 ans de faire partie d’une équipe nationale qui tente de se qualifier pour les Jeux olympiques. Elle va amorcer sa carrière universitaire avec nous seulement l’automne prochain. Ce sera une merveilleuse expérience pour elle et je crois que ce sera un énorme atout pour notre programme. »

Les Gaiters ont terminé au deuxième rang de la conférence RSEQ en 2019-2020 grâce à une fiche de 10-6, derrière Laval (12-4).

En séries éliminatoires, les filles se sont inclinées 61-48 face à l’UQAM, en demi-finale.

Tous les espoirs sont permis pour la prochaine saison, dit Craig Norman.

Une annonce la semaine prochaine?

Tout indique que le RSEQ va finaliser ses différents scénarios et annoncer, la semaine prochaine, un retour au jeu pour les sports universitaires.

L’équipe de football a déjà obtenu cette confirmation, elle qui évolue dans la conférence Atlantique. Les Maritimes ont confirmé un peu plus tôt cette semaine un retour à la « normale » pour l’automne prochain pour ses différents sports universitaires.

« Ce fut une année très particulière pour tout le monde. Et on dirait bien qu’on commence à voir la lumière au bout du tunnel. On est très optimistes à l’idée de jouer l’automne prochain. Plus de la moitié de notre équipe est restée sur le campus, les filles travaillent, elles s’entraînent fort. Chaque semaine, elles nous demandent quand elles vont finalement pouvoir jouer. On espère leur donner de bonnes nouvelles la semaine prochaine », précise l’entraîneur-chef.

« Il y aura assurément une période de transition. Personne n’a joué depuis mars 2020. Même si on s’est entraîné, personne n’a joué de matchs. Fin août ou début septembre, on va devoir se concentrer sur une bonne préparation afin d’être prêts, et disponibles, pour disputer des matchs compétitifs. L’aspect mental sera aussi important. On devra commencer tranquillement, faire rouler le banc, et vers novembre ou décembre, on devrait retrouver notre rythme de croisière. »