La relève était également de la partie lors Trimemphré Polar de Magog. Des jeunes de 4 ans et plus ont été initiés au triathlon au cours de la fin de semaine. Des scènes qui ont conquis le cœur des spectateurs et des autres triathlètes qui n’ont pas ménagé leurs encouragements envers ces bouts d’choux.

Victor Larocque reprend sa couronne du demi Ironman [PHOTOS]

C’est le jeu de la chaise musicale au demi Ironman, épreuve reine du Trimemphré Polar du Club de triathlon Memphrémagog. Victor Larocque, de Sainte-Foy, a repris son titre de champion en négociant le parcours de 1,9 km à la nage, 90 km en vélo et 20 km à la course à pied avec un temps de 4 h 17 m 47 s.

Larocque succède à David Coulombe, lui également de la région de Québec. Ironiquement, c’est le jeu de la chaise musicale depuis 2016 au demi Ironman du Trimemphré. Coulombe avait triomphé en 2016 avant de se voir détrôner par Larocque en 2017. Coulombe était revenu avec une victoire en 2018 avant de se voir ravir son titre de champion une fois de plus par Larocque dimanche à Magog.

À lire aussi: Du triathlon mur à mur!

«David (Coulombe), n’était pas à la ligne de départ cette année. En fait, il y avait deux grands absents, soit David et Chuck Perreault qui détient le record pour le plus grand nombre de victoires (cinq) au Trimemphré. Ce serait intéressant que l’on se défie tous les trois l’an prochain sur ce parcours», a confié le champion.

Ironiquement, Larocque a fait honneur au nom de Chuck Perreault avec sa victoire dimanche. «J’ai couru avec le dossard de Chuck. Il s’est absenté parce qu’il est malade. Je me trouve à avoir pris sa place et avoir hérité de son dossard. J’espère qu’il sera content d’apprendre que je ne lui ai pas fait honte», blague Victor Larocque.

Victoire serrée

Victor Larocque a devancé son plus sérieux rival, Antoine Matteau  (4 h 18 m 39 s) de Trois-Rivières, par un peu moins d’une minute. «Nos chronos sont un peu trompeurs. Ce fut très serré. J’étais premier à la sortie de l’eau, mais troisième après la portion vélo. Et comme je ne suis pas le champion des transitions, j’ai dû partir pour la course à pied en 5e ou 6e place. J’avais une bonne tâche devant moi pour remonter les gars un à un. Lorsque je suis passé devant Antoine, j’ai pris une certaine distance, mais je n’ai jamais été en mesure de creuser l’écart sur les derniers kilomètres. Il n’aurait pas fallu que j’aie une défaillance, car Antoine avait encore de très bonnes jambes. J’ai conservé ma première position, mais je vais maintenant vous faire une prédiction. Le prochain gagnant du demi Ironman, c’est probablement Antoine Matteau. C’est un ancien cycliste qui a maintenant pris le tournant du triathlon. Retenez son nom», a fait valoir Victor Larocque, prophète à ses heures.

Avant de quitter, le champion a eu des bons mots pour le Trimemphré.  «C’est mon triathlon préféré. C’est le plus bel événement du genre au Québec. Le triathlon est en santé au Québec, il y a de magnifiques courses, mais dans mon palmarès, la palme va au Trimemphré.»

Sacha Cavelier de Montréal a pris le troisième rang chez les hommes avec un temps de 4 h 28 m 45 s. Mentionnons la 6e place de Martin Lamontagne Lacasse de Saint-Denis de Brompton avec un temps de 4 h 31 m  51 s. Celui-ci participera en octobre prochain aux Jeux mondiaux militaires en Chine.

Chez les femmes, la victoire a été chaudement disputée entre Caroline Martineau de Saint-Hubert et Annie Gervais de Saint-Jean. Martineau a triomphé au bout de 4 h 56 m 13 s, 22 secondes devant sa plus sérieuse poursuivante. Marlene Laforest Boulanger de Sainte-Thérèse a complété le podium féminin, stoppant le chrono à 4 h 59 m 58 s.

Pomerleau satisfait

René Pomerleau, directeur de course du Trimemphré, se félicitait du succès de la 24e édition. «La réponse des triathlètes est formidable. Ils reviennent chaque année et c’est bien évident qu’on pourrait en recevoir davantage si on ne fermait pas les inscriptions à un moment donné. Il faut respecter notre capacité d’accueil. On place la barre haute sur la qualité de l’événement, c’est notre priorité. Nos bénévoles sont incroyables. Nos changements apportés, qui étaient quand même assez mineurs, ont donné des résultats positifs. On range le matériel et on se prépare sans plus tarder sur la 25e édition», a laissé savoir Pomerleau.

Que pensez-vous du Trimemphré?

Depuis 24 ans que le Trimemphré Polar de Magog rayonne. Plus de 2500 triathlètes de 34 pays avaient mis le cap sur Magog en fin de semaine. La Tribune a demandé à des participants ce qui expliquait selon eux la recette gagnante de la manifestation sportive par excellence de la ville de Magog.

« Le site est vraiment magnifique avec le lac et la montagne qui sont presque toujours dans notre champ de vision. C’est aussi un beau défi. C’est loin d’être plat comme dans ma région. Je suis impressionné également par l’ambiance qui règne. De voir autant de gens réunis à l’arrivée, c’est encourageant. »