Les Huskies ont cogné souvent à la porte et Reilly Pickard s’est montré excellent devant le filet du Phœnix.

Victoire mémorable du Phœnix

Il s’agissait du match le plus crucial de l’année pour le Phœnix et les Sherbrookois n’ont pas croulé sous la pression mercredi soir, allant même jusqu’à offrir une victoire mémorable à leurs partisans. Probablement la plus importante de leur jeune histoire.

Est-ce que la fièvre des séries a enfin atteint Sherbrooke? S’il était parfois possible d’entendre une mouche voler la veille au Palais des sports lors de la défaite de 3-0 des Oiseaux, cette fois, les 2518 spectateurs présents ont soulevé le toit de l’amphithéâtre lorsque Samuel Poulin a marqué le but victorieux tard en troisième période, en route vers un gain de 4 à 2 du Phœnix face aux Huskies.

Lire aussi: Parfaits, les Huskies prennent les devants

Foule timide pour un match de séries

La série est maintenant égale 2-2 et la prochaine partie de ce duel de premier tour aura lieu vendredi à Rouyn-Noranda.

Le héros du match aura toutefois été le gardien du Phœnix Reilly Pickard, qui a multiplié les arrêts importants afin d’offrir une chance à son équipe de retourner gonflée à bloc en Abitibi.

« Il n’était pas question que notre équipe baisse les bras, confie Pickard. Tout le monde a montré une grande force de caractère. C’est une grosse victoire devant nos fans et on espère profiter de cette énergie pour sortir en force vendredi. On ne voulait pas retourner en Abitibi avec un déficit de deux matchs parce que notre équipe n’aurait pas eu droit à l’erreur. »

La tension se faisait sentir dans le clan sherbrookois.

« On ne pouvait pas la perdre, confie Samuel Poulin. Notre équipe a connu une bonne fin de partie. On a senti la foule être derrière nous et l’adrénaline était dans le tapis. C’était bruyant dans le Palais des sports! »

« Pickard a réalisé les gros arrêts, admet de son côté l’entraîneur Stéphane Julien. Le match était encore serré ce soir. L’avantage numérique des deux équipes a bien fonctionné et Samuel est allé chercher le gros but à la fin. Il y avait un peu de nervosité lorsque la prolongation approchait, mais mes joueurs tenaient absolument à gagner. »

Une guerre d’unités spéciales

Contrairement à la veille, les unités spéciales ont eu leur mot à dire dans ce match. Hugo Roy a été le premier à profiter d’un avantage numérique pour marquer, mais il a aussitôt été imité par Peter Abbandonato alors que Bailey Peach venait d’être chassé pour un geste d’indiscipline en zone offensive.

En deuxième période, Yaroslav Alexeyev a redonné les devants aux siens. Mathieu Boucher a toutefois remis les compteurs à zéro alors que Nicolas Roy se trouvait au banc de punition : 2-2 après 40 minutes de jeu.

Il restait seulement trois minutes au temps réglementaire lorsque Samuel Poulin a fait dévier un tir de son frère Nicolas. Ce dernier a inscrit un but dans un filet désert pour semer l’hystérie.

Ce deuxième gain de l’histoire du Phœnix à domicile en séries force ainsi la présentation d’un sixième match à Sherbrooke, dimanche à 15 h.

Un duel de gardiens

Reilly Pickard s’est montré magistral devant son filet en bloquant 36 tirs contre 39 pour Harvey.

« Heureusement que notre gardien était en feu! Il a réussi à nous garder dans la partie. On a pu compter sur lui jusqu’à la fin », a souligné Samuel Poulin.

« On est déçus de la tournure des événements, fait remarquer l’attaquant des Huskies Mathieu Boucher. La rencontre était excitante et serrée. Les deux gardiens ont bien joué et on devra amener encore plus de rondelles vers Pickard. Pour ce qui est du dernier but, c’est un mélange de talent et de chance. Sam Poulin a été un peu chanceux de marquer, mais ça fait partie du jeu! »

« La ligne est mince entre la victoire et la défaite, rappelle l’entraîneur de la Meute, Gilles Bouchard. Juste avant le but de Samuel Poulin, on avait eu d’excellentes chances, mais on n’a pas été en mesure de terminer les jeux et le Phœnix en a profité. Pickard a été excellent et on a droit à un excellent duel devant le filet, ce qui rend la série très serrée. »

Et c’est ainsi que plus les jours passent, plus le livre d’histoire du Phœnix prend de l’ampleur.

« Le Phœnix forme une jeune franchise et c’est énorme ce qui s’est passé ce soir, estime Reilly Pickard. Notre but n’est pas d’écrire l’histoire du club, mais de gagner uniquement une partie à la fois afin d’accéder au deuxième tour. Il y a des moments spéciaux qu’un athlète a la chance de vivre et je crois que ce soir, ça fait partie de cette catégorie. »

En vitesse

Jacob Neveu s’est blessé durant la rencontre et le défenseur des Huskies n’est jamais revenu dans le match. Samuel Naud a également raté la partie après s’être blessé au doigt la veille. « Jacob sera réévalué au jour le jour. On verra s’il sera là vendredi », a résumé Gilles Bouchard, l’entraîneur des Huskies.

*****

Luke Green a une fois de plus regardé la partie du haut des gradins. Blessé au genou, le défenseur étoile du Phoenix était accompagné de Kolby Johnson et Jaxon Bellamy, qui ont été laissés de côté.

*****

Huit punitions ont été décernées mercredi soir : quatre de chaque côté. Les Huskies ont su en profiter à deux reprises. Le Phoenix n’a marqué qu’un seul but avec l’avantage d’un homme. Il a d’ailleurs bousillé une belle occasion lors d’une supériorité numérique à 5 contre 3 de deux minutes.

*****

Les Olympiens Kim Boutin, triple médaillée aux Jeux olympiques d’hiver de 2018, et Alex Boisvert-Lacroix ont reçu une belle ovation de la part des Sherbrookois lorsque les deux athlètes de la région ont été honorés avant la partie.

*****

La Série Canada-Russie sera de retour à Sherbrooke le 13 novembre prochain. Jocelyn Thibault, directeur général du Phœnix de Sherbrooke, s’est évidemment réjoui de cette annonce : « C’est la seconde fois que nous recevons cette série et nous en sommes très heureux. D’un point de vue hockey, c’est l’occasion d’observer les meilleurs joueurs du circuit en action au Palais des sports. Avec cette confrontation, les partisans sherbrookois pourront découvrir les vedettes de demain. Des joueurs comme Jonathan Drouin et Charles Hudon ont participé à cette série en 2013 alors que Sherbrooke recevait pour une première fois cet événement. Ça donne de belles confrontations et un superbe spectacle. » La Série Canada-Russie CIBC 2018 sera lancée le 5 novembre à Kamloops et se transportera à Vancouver, Sarnia, Oshawa, pour ensuite être présentée à Sherbrooke et à Drummondville le 15 novembre.