C'est avec une quarantaine de mètres à franchir seulement que David Larocque a pu prendre les devants et enlever la victoire au demi-Ironman du triathlon Trimemphré en fin de semaine à Magog. Larocque a négocié le parcours en un temps de 4h 15m 54s, quatre secondes devant David Larocque.

Victoire douloureuse pour David Lacombe au Trimemphré

Il ne fallait pas rater l'arrivée de David Lacombe et Victor Larocque au demi-Ironman du triathlon Trimemphré disputé à Magog. Lacombe a eu besoin de tout son petit change pour devancer Larocque par quatre maigres secondes. Lacombe a célébré sa victoire après 4h 15m 54s d'efforts soutenus et intenses.
1,9 km de natation, 90 km en vélo et 21,1 km de course à pied avaient été insuffisants pour distancer les deux athlètes qui faisaient partie du même club l'an dernier. Le nouveau champion du demi-Ironman raconte. « Je n'ai pas bien nagé et j'accusais environ trois minutes de retard sur les meneurs à la natation. Je me suis repris dans la première portion du vélo, mais David est revenu fort avec le résultat qu'il détenait une avance d'environ deux minutes quand j'ai commencé la course à pied. On se connaît bien et j'estime être un peu plus rapide que David à la course à pied. J'ai toujours gardé espoir de prendre les commandes. Dans le dernier tour, nous avons joué au chat et à la souris en s'échangeant la position de tête. Je n'ai jamais travaillé aussi fort pour terminer et gagner une course. J'avais mal partout. À un moment donné j'ai eu envie de lâcher prise et de lui dire d'aller devant. Au fond, il le méritait autant que moi. Heureusement, j'ai eu assez d'orgueil pour tenir le coup. »
C'est donc de justesse que Victor Larocque a laissé filer la victoire. Celui-ci ne laissait voir aucun signe de frustration et de colère à l'arrivée. « J'ai tout donné. David m'a semé dans les 30 ou 40 derniers mètres. C'est le genre de course que j'aime faire et qui me rendra meilleur », soutient Larocque qui était le moins amoché des deux à l'arrivée.
Il a même pris le temps de louanger l'organisation du Trimemphré. « J'adore ce triathlon. Ça se compare à ce qui se fait de mieux dans les grandes séries Ironman à travers le monde. L'organisation, le site, les bénévoles, le parcours, la sécurité, l'ambiance, les spectateurs, ça mérite cinq étoiles sur toute la ligne. Pas pour rien que le Trimemphré attire autant de triathlètes chaque année», a fait valoir Victor Larocque.
Gervais sans pitié
Chez les dames, Annie Gervais, une habituée du podium et des victoires au Trimemphré, a été intraitable en devançant sa plus sérieuse rivale par presque 20 minutes. Annie Gervais a dompté le parcours en 4h 39m 10s. Un chrono qui lui a valu aussi une excellente neuvième position au classement général cumulatif.
« Je tenais à cette victoire puisque la course comptait aussi pour le championnat provincial. Tout a bien fonctionné. Même si le trajet de la course à pied a été légèrement modifié, je connais bien le parcours. Je savais donc à quoi m'attendre même si le vent m'a surpris un peu en vélo », a commenté une Annie Gervais toujours heureuse de replonger dans l'atmosphère du Trimemphré.
« Ma dernière présence à Magog remontait à deux ans. Ça me manque quand je n'y viens pas. C'est tellement une course magnifique. »