Taro Jentzsch a marqué deux buts à son deuxième match au Palais des sports.

Victoire à saveur allemande

L’Européen Taro Jentzsch a eu son mot à dire dans la victoire cinglante du Phoenix à l’endroit des Foreurs de Val-d’Or. L’Allemand a largement contribué au gain de 6 à 3 de son équipe, participant à la moitié des buts.

Le principal intéressé a particulièrement apprécié la fin de semaine d’ouverture, son équipe parvenant à gagner les deux matchs du week-end. Dans la joute de samedi, le jeune homme a noirci la feuille de pointage à deux reprises en plus d’obtenir une mention d’aide.

« C’était incroyable, a affirmé Jentzsch après la partie. Tout le monde était debout, c’était très cool. Les fans sont bien. Il y avait un peu plus de spectateurs au match inaugural, mais aujourd’hui, c’était aussi bruyant. Aujourd’hui, la partie a très bien été. J’ai marqué deux buts, mais le principal est qu’on ait gagné. »

Excellente performance de Monette 

 De son côté, le gardien de but Thommy Monette a connu un très bon départ, résistant à plusieurs bonnes attaques des Foreurs. Même s’il n’a pas reçu un aussi grand nombre de tirs que son adversaire, le cerbère a su faire les arrêts clés, permettant à son équipe de garder le momentum.

« Ça a super bien été au début de la partie, a commenté Monette. On a eu un petit relâchement en troisième période, mais ce n’est pas grave, car nous avons gagné. »

Son entraîneur-chef, Stéphane Julien, a aussi apprécié sa performance. « Thommy a bien goalé. Il a fait de gros arrêts en deuxième période. Ce n’est pas facile, car en ayant trois gardiens de but, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas joué. Ce n’est pas évident, mais les trois gardiens ont fait le choix de travailler un peu plus. Ça a été payant ce soir », a-t-il analysé.

Le match en bref

Le Phoenix n’aura eu besoin que d’une minute et demie pour soulever les 2210 partisans réunis au Palais des sports. Bien placé à la pointe, le jeune Jaxon Bellamy a inscrit son premier but de la saison, un boulet de canon sur réception, en avantage numérique.

Stéphane Julien a aimé l’attitude de son équipe en début de rencontre. « On est partis forts. On a eu beaucoup de temps de possession en début de période, donc ça nous a donné confiance », a analysé l’entraîneur.  

Le nouveau des Oiseaux Taro Jentzsch a ensuite marqué un doublé, portant le score à 3 à 0 en faveur des locaux.

D’expérience, Stéphane Julien sait que les deux Européens du Phoenix sont encore en période d’adaptation. « On l’a vécu avec Marek [Zachar] et Yaroslav [Alexeyev]. Ça prend une dizaine de matchs avant que les gars s’habituent à la petite glace et au rythme. Ce sont des gars qui se sont déjà intégrés dans le vestiaire et qui sont appréciés de leurs coéquipiers », a assuré le pilote des Oiseaux.

Félix Robert a entamé la deuxième période en force, y allant d’un beau but lors d’un deux contre un pour monter à quatre l’avance des Bleus. Julien Anctil a ensuite profité de l’excellent travail en possession de rondelle de Oliver Okuliar, qui a traversé la zone à une seule main, pour faire bouger les cordages et chasser le gardien Jonathan Lemieux, qui a laissé sa place à Mathieu Marquis.

Édouard Saint-Laurent a complété la marque pour le Phoenix en poussant la rondelle dans une cage laissée complètement vide, une trentaine de secondes après le début du troisième vingt.

Saint-Laurent, qui faisait également son entrée en tant que joueur du Phœnix, a adoré son expérience. En plus de marquer, l’ancien du Drakkar a obtenu une passe. « On commence à avoir de la chimie sur ma ligne. Je leur donne le crédit pour mon but. Les trois, ça va bien, on a nos chances et on les concrétise. On a vraiment un bon groupe. C’est sûr qu’on est jeune un peu, mais on s’entend tous très bien. On a de bons leaders », a partagé le nouveau joueur du Phœnix.   

Tirant de l’arrière 6 à 0, les Foreurs n’ont jamais abandonné. Jérémy Michel (deux fois) et Nicolas Ouellet ont déjoué le gardien Thommy Monette, mais les Verts n’ont jamais pu remonter la pente.

Julien n’était pas inquiet de voir ses joueurs avoir un petit relâchement. « C’est un effet humain de dire que ça va être facile. On a commencé à arrêter de patiner et à arrêter de placer la rondelle. Les Foreurs sont revenus un petit peu, mais les gars étaient quand même assez confiants sur le banc », a-t-il décrit, ajoutant qu’il n’a jamais eu peur, même si la marque était de 6 à 3.

Le Phoenix renouera avec la surface glacée le 2 octobre, alors qu’il sera de passage à Baie-Comeau pour y affronter le Drakkar.