Même si le Vert & Or a connu des difficultés en attaque, il en a fait tout juste assez pour l'importer, in extremis, en fin de match.

Victoire à l'arraché pour le Vert & Or

Le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke a inscrit son seul touché du match alors qu’il ne restait qu’une seconde de jeu à son match contre McGill, vendredi soir au Stade de l’Université de Sherbrooke, et il s’est ainsi sauvé avec une victoire de 16-14.

Sherbrooke inscrit ainsi une première victoire en 2019 de la manière la plus dramatique qui soit.

Le Vert & Or a en effet tiré de l’arrière pendant tout le match, avant d’amorcer sa poussée victorieuse, avec environ une minute à faire.

En route vers ce touché, une course d’une verge du quart-arrière Zach Cloutier, le Vert & Or a profité d’un petit coup de pouce de McGill, qui écopé de plusieurs punitions pour ainsi garder les espoirs sherbrookois bien vivants.

Sherbrooke engrange donc un premier gain, alors qu’il a mené son match que pendant une seule petite seconde. Mais ce fut suffisant.

Cloutier s’est faufilé de peine et de misère derrière ses joueurs de ligne offensive pour le majeur; les arbitres ont pris quelques secondes avant de confirmer le touché, qui a fait exploser de joie les nombreux spectateurs réunis au stade.

Les deux équipes ont éprouvé toutes sortes de difficultés à l’attaque; il faut dire que les élans offensifs de chaque côté ont été régulièrement amputés, ou tout simplement annulés, à cause de l’indiscipline.

Sherbrooke a écopé pour 189 verges de punition, alors que McGill a été puni pour un total de 190 verges.

La défensive sherbrookoise a été impeccable en deuxième demie, n’accordant que deux premiers essais, et 18 petites verges d’attaque à McGill.

Le touché de Cloutier a été le seul majeur de la rencontre, seulement le deuxième en trois matchs pour Sherbrooke.

Tous les autres points ont été inscrits par les botteurs, ou par les unités défensives, par l’entremise de touchés de sûreté.

Bottés de précision et touchés de sûreté

Ce sont pourtant les visiteurs qui se sont inscrits en premier au pointage, par l’entremise de Findlay Brown et de sa jambe droite.

Louis Tardif lui a donné la réplique peu de temps après; la première demie s’est terminée par une marque de 12-3 en faveur des visiteurs, dans ce qui avait tout l’air d’un concours de botteurs.

Ce ne fut guère mieux pour les offensives des deux équipes en deuxième demie; après le festival des bottés de précision, les quelque 7000 spectateurs ont assisté à un concours de touchés de sûreté.

Tranquillement, McGill perdait le positionnement du terrain qui lui a souri en première demie, et l’unité défensive shebrookoise, étanche, a ainsi forcé trois touchés de sûreté.

En avance 14-7 en fin de match, McGill, le dos à sa ligne de but, a décidé de concéder le touché de sûreté; alors que le botteur de McGill courait dans sa zone des buts pour écouler le temps, un de ses joueurs a écopé d’une punition pour rudesse à l’endroit du joueur du Vert & Or qui poursuivait le botteur.

Conséquence, une punition de 15 verges pour rudesse, qui permettait au Vert & Or d’amorcer sa dernière séquence offensive à son 50, et non à sa ligne de 35. Une minute plus tard, Sherbrooke inscrivait le majeur.

«On est loin d’être satisfait de comment on a joué au football aujourd’hui. Beaucoup trop de punitions dans des moments importants. Il y a des jeux où on a été déçus des décisions sur le terrain, mais ce sont des choses incontrôlables. Puis, à la fin du match, on dirait que toute proportion gardée, on arrive à ce résultat. On va le prendre. C’est une victoire importante pour nous. Dès demain (samedi), on est à la correction. On n’est pas satisfait de comment on est sortis» a dit l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

«Nos gars ont trouvé une façon de gagner. Pour un programme en quête de victoires depuis des années, d’être capable dans des matchs comme ça de se battre jusqu’au bout et de sortir de là avec la victoire, on est contents.»

«Il y avait beaucoup de pénalités, ça a coupé un peu le rythme. On a travaillé fort, et on y a cru tout le long. C’est mérité cette victoire. Le dernier match, on a réussi à se limiter à 55 verges de punition, mais là, on va devoir faire un retour. On ne pourra pas continuer à gagner avec autant de punitions», a dit le porteur de ballon William Tremblay-Harnois (41 verges au sol).

«On a perdu», a tout simplement dit l’entraîneur-chef Ronald Hilaire après le match.

«(Les punitions) je ne contrôle pas ça, ce sont les arbitres, on va vivre avec. On a mal exécuté, ça a donné le résultat que ça a donné. On va corriger ça (l’indiscipline)».

Sherbrooke visite les Stingers de Concordia, le 21 septembre prochain.