Porte-bonheur, physiothérapeute, peu importe l’étiquette, Vicky Fyfe est un rouage important chez les Cantonniers de Magog. Elle fait partie de la combinaison gagnante des Magogois cette semaine à la Coupe Telus présentée à Thunder Bay, en Ontario.

Vicky Fyfe fait partie de la combinaison gagnante

THUNDER BAY — Porte-bonheur et physiothérapeute. Vicky Fyfe a de la pression sur les épaules à la Coupe Telus. La jeune dame est d’abord et avant tout appréciée chez les Cantonniers de Magog pour ses qualités de physiothérapeute. Chez les joueurs on commence à se dire que Vicky Fyfe est présage de succès et qu’il faut la garder dans l’entourage de l’équipe également pour cette raison.

Vicky Fyfe esquisse un sourire lorsqu’on l’aborde à ce sujet et qu’on lui rappelle qu’elle n’est jamais bien loin des grands honneurs avec ses équipes. Les Cantonniers collectionnent les championnats depuis la saison 2017-2018. Cette semaine à Thunder Bay, les Magogois sont au plus fort de la lutte pour l’obtention de l’or. Il y a beaucoup plus. En février, Vicky Fyfe s’est éloignée des Cantonniers pendant un peu plus de trois semaines. Elle devait se transporter à Red Deer, Alberta, pour se mettre au service des équipes de hockey masculine et féminine du Québec aux Jeux du Canada qui ont été décorées d’or et d’argent respectivement. Quand ça va bien!

« C’est amusant tout ça. Tant mieux si je deviens un porte-bonheur, mais j’espère qu’on m’apprécie surtout pour mon rôle de physiothérapeute, déclare Vicky Fyfe, sourire en coin. C’est vrai que ça ajoute au plaisir quand l’équipe va jusqu’au bout. On s’investit autant que les entraîneurs. Ce sont les mêmes sacrifices, les heures qui s’accumulent à l’aréna, loin de la famille. Nous avons un objectif commun d’équipe. Le mien, c’est de m’assurer que les joueurs soient à 100 pour cent pour les aider à atteindre leur objectif de performance. »

« On a beaucoup d’estime pour Vicky, fait valoir le capitaine Jacob Dion. Je suis ici depuis deux ans. Nous sommes en confiance avec elle. Ce ne sont pas tous les athlètes qui sont à l’aise avec une physiothérapeute. Avec Vicky, tout se fait dans le plus grand respect. On a l’heure juste en tout temps. Nous sommes choyés de l’avoir et en plus, aussi bien la garder près de l’équipe, car sa présence porte chance. »

Ambiance de travail

Vicky Fyfe adore l’ambiance de travail chez les Cantonniers. « C’est plaisant de travailler avec Félix. C’est un ancien pro et si je lui dis qu’un joueur doit demeurer à l’écart du jeu, il peut et a le droit de me challenger. Je dois penser au futur de ces jeunes athlètes qui sont en pleine croissance et développement. Dans ce temps-là je n’ai aucun problème à me faire challenger. Félix n’est pas le genre à mettre de la pression pour hâter le retour d’un joueur blessé », affirme celle qui a fait ses études à l’Université de Sherbrooke.

En contact quotidiennement avec les porte-couleurs des Cantonniers à Thunder Bay cette semaine, Vicky adore leur compagnie. « Honnêtement, ils sont beaux à voir. Ils se comportent comme des messieurs. Le mot merci fait partie de leur vocabulaire. Ils veulent réussir et agissent en conséquence. »

Sur le plan sportif, les joueurs des Cantonniers ont toute l’admiration de leur physiothérapeute. « J’ai rarement vu de jeunes athlètes insensibles à la douleur comme eux. Ils encaissent les coups sans se plaindre. Ils sont toujours prêts à aller au combat. »

Les sports d’équipe

Vicky Fyfe a un faible pour les sports collectifs. « Il n’y a rien d’aussi rassembleur que faire partie d’une équipe sportive. Les bienfaits sont nombreux. J’en ai besoin pour arriver à un équilibre dans ma vie professionnelle et personnelle », de renchérir celle qui est native de Carleton-sur-Mer en Gaspésie.

D’ailleurs, le hockey a toujours occupé une place importante chez les Fyfe. Le paternel Douglas, notamment dans les rangs universitaires, et son frère Jonathan ont joué au hockey. Les deux sont aussi des officiels sur glace. « Le hockey, c’était naturel à la maison. Avant que je me joigne aux Cantonniers, mon frère Jonathan m’avait dit que la place à être dans les séries midget AAA, c’était Magog en raison de l’appui inconditionnel des partisans. Même lui aimait venir y arbitrer à cause de l’atmosphère dans l’aréna. Il avait raison sur toute la ligne », raconte-t-elle.

À Magog, où elle partage le boulot avec Kathryne Homan-Provencher, les Cantonniers se félicitent d’avoir dans leurs rangs Vicky Fyfe. Qui peut se vanter d’être à la fois porte-bonheur et physiothérapeute?