Québec l’emporte 46-15

Le Rouge et Or s’impose facilement

Le Rouge et Or de l’Université Laval a dominé le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke lors d’un duel à sens unique qui s’est soldé par la marque de 46-15 en faveur de Québec, samedi après-midi au Stade de l’Université de Sherbrooke.

Les champions en titre de la coupe Vanier ont dominé ce duel en récoltant pas moins de 537 verges d’attaque, dont 339 lors de la seule première demie.

Les Rouges ont principalement imposé leurs dégâts au sol. À lui seul, le porteur Christopher Amoah a récolté 180 verges en 21 portées. Au cumulatif, Québec a couru pour 323 verges, un total franchement impressionnant.

Le quart arrière Hugo Richard (8 en 18 pour 104 verges) a davantage été efficace au sol que par la voie des airs, avec 87 verges en course et deux touchés relativement faciles.

Dès le premier jeu du match, les quelque 4400 spectateurs ont su que le match serait loin d’être facile, à l’instar de tous — ou presque — les duels entre les deux équipes depuis 15 ans.
Mandaté pour une première fois en situation de match pour attraper les bottés d’envoi, le demi défensif Keith Sanscartier a échappé le ballon sur le premier jeu du match et le Rouge et Or a repris le ballon profondément dans la zone sherbrookoise.

Ce revirement a mené à un placement. Dès la séquence offensive suivante, une mauvaise remise du quart-arrière Alex Jacob Michaud (2 en 4 pour 19 verges) au porteur Gabriel Polan a mené à un autre revirement.

Le Rouge et Or a inscrit le majeur lorsque Hugo Richard a passé latéralement au receveur Christian Dallaire, qui s’est transformé en pivot avant de joindre Alex Savard sur 19 verges.

Dix points inscrits après deux revirements du Vert & Or.

Le front défensif débordé

La suite du match fut une longue litanie de courses du Rouge et Or, qui a lentement mais sûrement dépecé le front défensif du Vert & Or, qui n’avait aucune réponse contre le jeu au sol des Québécois.

Si le match s’est très mal amorcé pour Sherbrooke, le départ de la deuxième demie fut tout aussi catastrophique. Anthony Dufour a retourné le botté d’envoi du Vert & Or sur 104 verges pour le majeur. Québec était alors en avance 37-3.

Encore une fois, l’attaque du Vert & Or n’a rien généré de réjouissant et, encore, l’équipe a décidé de retirer le partant Jacob-Michaud, au profit cette fois du jeune Xavier Owens, issu de la formation collégiale de Rimouski.

Si le jeune homme a démontré un bras puissant, il a tout de même conclu la rencontre avec seulement neuf passes complétées en 22 tentatives, pour 82 verges.

Au total, Sherbrooke n’a pu faire mieux qu’une production offensive famélique de 154 verges. Seul point positif pour les Sherbrookois? Ils ont inscrit un premier touché contre Québec depuis le 12 septembre 2015. William Robitaille a retourné un botté de reprise sur 86 verges.

Outre ces statistiques difficiles, le Vert & Or se retrouve maintenant avec une fiche de 1-5. Leurs adversaires en rouge flirtent toujours avec la tête du classement québécois et canadien avec leur fiche de 5-1.

« On n’a pas réussi à faire de longs jeux, on leur a concédé de longs jeux, beaucoup trop, et on n’a pas protégé le ballon. On a commis deux revirements coûteux dans notre zone pour amorcer le match. Quand tu tires de l’arrière tôt dans le match contre un adversaire de qualité comme Québec, c’est dur de se relever de ça et de finir le match », a dit l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

La course au poste de quart partant est rouverte

Le fait que le quart-arrière numéro un du Vert & Or Alex Jacob-Michaud n’ait pas fait long feu, encore une fois, dans le match contre Québec samedi, relance la question à savoir qui sera derrière le joueur de centre samedi contre les Carabins de l’Université de Montréal.

Jacob-Michaud n’a complété que deux de ses quatre passes avant d’être remplacé par le pivot de première année Xavier Owens, samedi.

Owens devenait ainsi le troisième quart-arrière utilisé par le Vert & Or depuis le début de la saison. Le jeune Conor Sinclair, qui a amorcé un match, contre Montréal il y a quelques semaines, a lui aussi été utilisé.

Xavier Owens, qui a complété son parcours collégial en division 3 avec les Pionniers de Rimouski, a aussi passé par les programmes de Vanier et de Montmorency avant d’aboutir dans le bas du fleuve.

Le jeune homme a gradué des Loups de Curé Antoine-Labelle.

Il a prouvé avoir un excellent bras et la capacité de courir avec le ballon (10 en 24 pour 101 verges et 24 verges au sol)

Samedi, il était seulement content d’avoir eu du temps de jeu pour la première fois de sa carrière universitaire.

« C’était l’fun, c’est toujours plaisant jouer au football. Ça aurait été pas mal mieux avec une victoire, mais je suis content du travail qu’on a fait. Je suis content d’avoir eu ma chance », a dit le jeune homme.

« J’ai eu une bonne semaine de pratique, on m’a dit que ça se pouvait que j’entre dans le match et quand ce fut le cas, c’était have fun, rien de différent des pratiques. C’est un terrain de foot, les mêmes dimensions. Et j’étais avec ma famille, mes coéquipiers. »

« J’ai pris de bonnes décisions, mais parfois un peu trop hésitant. Surtout contre Laval, qui a une excellence défensive. Il ne faut pas leur laisser le temps de se placer. Un peu d’hésitation, des fois la balle aurait dû sortir un peu plus vite.

La prochaine semaine de préparation ne sera pas différente des autres, confirme le jeune homme.

« L’approche ne changera pas vraiment. J’y vais à 100 % à chaque situation, que je sois partant ou pas, ça ne change rien. »