Félix Potvin fait partie du comité hockey de la LHMAAAQ mis sur pied pour jeter les bases d’une éventuelle saison.
Félix Potvin fait partie du comité hockey de la LHMAAAQ mis sur pied pour jeter les bases d’une éventuelle saison.

Le midget AAA n’écarte aucun scénario

Jean-Guy Rancourt
Jean-Guy Rancourt
La Tribune
La Ligue de hockey midget AAA du Québec (LHMAAAQ) continue de prendre son mal en patience face à la pandémie qui empêche de lancer la 45e saison du circuit. S’il est évident que la prochaine saison, si départ il y a, sera écourtée, il n’apparaît guère plus facile de se faire une idée et s’imaginer à quoi pourrait ressembler une éventuelle campagne dans le circuit Lévesque.

L’entraîneur Félix Potvin des Cantonniers de Magog fait partie du comité hockey de la LHMAAAQ mis sur pied pour jeter les bases d’une éventuelle saison. Georges Marien, directeur général de la ligue, son adjoint Yanick Gagné, l’ancien porte-couleurs du Canadien de Montréal Donald Audette du Phénix du collège Esther-Blondin et Christian Caron, des Albatros du collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup, sont les autres membres du comité.

Advenant une reprise des activités quelque part dans les premières semaines de 2021, Félix Potvin affirme que le comité sera prêt à toutes les solutions pour permettre aux adolescents de 15, 16 et 17 ans de renouer avec la compétition. 

« Si tout ce qu’on nous permet d’organiser est du hockey en phase 5 du plan de retour de Hockey Québec comme on l’a fait au camp d’entraînement, c’est ce qu’on mettra de l’avant », précise Potvin.

Pour ceux qui l’auraient oublié, le hockey en phase 5 permet des confrontations sans contact physique à 10 patineurs plus le gardien de but de chaque côté dans des parties de trois périodes de 10 minutes chronométrées. Les amateurs avaient droit à un programme double avec des alignements différents pour chaque rencontre.

« Évidemment, ce n’est pas le premier choix de personne, mais à un moment donné, il faut donner la chance aux jeunes de se faire valoir, de jouer devant les recruteurs, et si c’est la seule option envisageable, c’est avec celle-là qu’il faudra composer. Au camp, c’était l’inconnu et loin d’être parfait, mais l’expérience acquise en août et septembre pourrait sûrement nous permettre d’offrir un produit de qualité supérieure cette fois-ci. Entre rester à la maison ou jouer en phase 5 de Hockey Québec tout en respectant les restrictions de la Santé publique, la décision s’impose d’elle-même », soutient le mentor des Cantonniers.

Janvier

Entre-temps, on semble se tourner vers le mois de janvier pour un éventuel début de saison. Les espoirs de jouer en décembre s’envolent peu à peu en fumée. La fin de semaine du 9-10 janvier avait été envisagée pour lancer les 15 équipes dans l’action, mais on semble maintenant se tourner vers le week-end suivant en espérant une accalmie de la pandémie dans les prochaines semaines.

On parle donc d’un calendrier de 24 parties si feu vert est donné en janvier. Pour les séries, il faudra attendre de voir quelle sera la décision de Hockey Canada au sujet de la coupe Telus si elle sera présentée ou pas. Cela influencera directement le format des séries midget AAA qui pourraient se prolonger jusqu’au début du mois de mai.

Incohérence

Félix Potvin tient le même discours depuis le début de la pandémie. 

« Je ne voudrais pas être membre du gouvernement et gérer cette crise. Ces gens-là naviguent dans une mer houleuse totalement imprévisible et font de leur mieux pour restreindre la propagation du virus. Je leur lève mon chapeau pour aller au bâton jour après jour. Ce qui ne m’empêche pas de trouver que ça manque parfois de logique. Cela devient difficile de donner des réponses claires à nos joueurs qui veulent comprendre. Les joutes sont interdites en zone rouge. À ce que je sache, le Saguenay est rouge foncé, mais voilà qu’un joueur midget AAA de Jonquière a été rappelé par Baie-Comeau, une région presque sans cas positif. Je me réjouis pour le joueur qui verra de l’action, mais il y a un manque flagrant de cohérence. On envoie un gars d’une zone rouge dans un territoire qui ne l’est pas », raconte Potvin.

Ce dernier a également dû modifier ses plans d’entraînement avec ses protégés, car depuis le passage en zone rouge de l’Estrie, même les matches intra-équipe sont interdits. Potvin et ses adjoints Toby Lafrance et Alex Carrier doivent se concentrer sur le développement des habiletés individuelles et prévoir souvent des exercices en bulles.

Qui plus est, Philippe Richard, Thierry Bernier et Lou-Félix Félix Denis, trois joueurs qui sont au Cégep, ne peuvent s’entraîner avec le reste de l’équipe.

« Ils sont seuls sur la patinoire. Je ne peux pas non plus les accompagner. Je dois rester le long de la baie vitrée. Quand le reste du groupe prend la relève, on raccourcit les entraînements pour garder les gars intenses et éviter la monotonie », commente Potvin.

Tout n’est pas noir pour le pilote des champions en titre. « Honnêtement, les gars savent que tout ce qu’ils ont pour le moment pour se développer, ce sont les entraînements. Ils prennent ça très au sérieux et je vais vous dire franchement qu’ils m’impressionnent. On voit la différence dans leur progression entre leur arrivée à Magog au mois d’août et aujourd’hui. Nous serions prêts à débuter la saison demain matin », prétend Félix Potvin.