Samedi, l’unité défensive du Vert & Or aura l’occasion de remettre les pendules à l’heure, contre McGill. Une victoire du Vert & Or et c’est le retour en séries. Une défaite, et c’est l’exclusion.

La défensive du Vert & Or devra se lever

La déclaration de Mathieu Lecompte a fait la manchette, en août dernier, et elle continue encore à attiser les moqueries. « La meilleure défensive au Canada » n’a peut-être pas livré des statistiques à la hauteur des prétentions initiales de l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte, n’en reste pas moins qu’elle sera fort probablement la clé samedi, contre les Redmen de McGill.

Rappel : pendant le camp d’entraînement de l’équipe, au mois d’août, Mathieu Lecompte affirme sans détour qu’il a entre les mains l’une, sinon la meilleure unité défensive du football universitaire canadien.

Des propos qui ont fait réagir un peu partout. Et qui ont même provoqué un peu d’esbroufe, à l’issue du match inaugural du Vert & Or contre le Rouge et Or, à Québec.

Les résultats sur le terrain de cette unité majoritairement constituée de vétérans n’ont pas été tout à fait concluants. Elle a accordé 215 points, le deuxième plus fort total dans la conférence Québec. Dont 93 à ses deux derniers matchs, contre Québec et Montréal.

Samedi, par contre, l’unité défensive aura l’occasion de remettre les pendules à l’heure, contre McGill. Une victoire du Vert & Or et c’est le retour en séries. Une défaite, et c’est l’exclusion.

Un scénario que ne veut vraiment pas revivre Alexandre Chevrier.

« C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis revenu pour une cinquième année avec le Vert & Or; je ne voulais pas conclure mon aventure par une exclusion des séries », a dit le vétéran Chevrier.

Le Vert & Or arborera un casque aux nouvelles couleurs samedi à McGill contre les Redmen. Ce dernier est blanc et le logo de l’Université de Sherbrooke est en vert luisant. Le casque sera porté avec un uniforme blanc, samedi.

« Finir en force »

Ce dernier, repêché au 55e rang (septième tour) par les Riders de la Saskatchewan lors du dernier repêchage de la LCF, assure que la confiance de l’unité n’a jamais été mise en cause.

« Sérieux, ce sont des choses qui n’ont pas trouvé emprise dans notre unité. On a une très bonne défensive, à maturité. Les gars sont à l’aise dans le système. Mais, on veut en faire trop. Quand tu commences dans un nouveau système, tu ne prends pas d’initiatives, tu te limites à tes assignations. Je persiste à dire que sur papier, on a une très bonne unité. Mais je mentirais si je disais qu’on a la meilleure unité au pays. On n’a pas la saison qu’on souhaitait », a-t-il indiqué à l’issue de l’entraînement de mercredi.

« On veut tellement bien faire qu’on en fait trop. Et comme on évolue dans la meilleure conférence au Canada, tu fais une erreur et tu payes pour assez vite. On doit prendre du recul, et se concentrer. C’est ma dernière saison. L’esprit d’équipe est incroyable, on veut finir en force. »

« C’est un match sans lendemain pour les deux équipes. Ils ont un bon quart-arrière (Félix Paquette Perreault), ils sont bien dirigés, ils vont amener de nouvelles choses. Je crois quand même qu’on peut l’emporter », a dit Chevrier.

C’est devant ses parents, qui n’ont raté aucun de ses matchs de football depuis la sixième année, qu’Alexandre a disputé un dernier match à domicile en saison régulière, samedi dernier.

« Ce fut difficile. Je voulais gagner ce match pour eux. Ce n’est que partie remise. »

« Je suis tellement content d’avoir choisi le Vert & Or. Je sais qu’on n’a pas la meilleure fiche, mais l’équipe est entre bonnes mains. Les coachs mettent des efforts incroyables. »