C’est Conor Sinclair qui a mené l’attaque du Vert & Or, en l’absence de Xavier Owens, blessé. Sherbrooke a remporté une première victoiredepuis 2016.

Vert & Or : première victoire à Sherbrooke depuis 2016

Le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke a remporté un premier gain en deux ans devant ses partisans lorsqu’il a difficilement pris la mesure des Redmen de McGill, vendredi soir au Stade de l’Université de Sherbrooke, par la marque de 14-13. Il s’agissait aussi d’un premier gain pour la troupe de Mathieu Lecompte en 2018, au grand plaisir des quelque 3500 partisans qui se sont déplacés pour le match en Vert & Rose.

La dernière victoire à domicile pour le Vert & Or remontait au 15 octobre 2016, alors qu’il avait battu les Stingers de Concordia 43-17.

Si Sherbrooke a enfin pu savourer la victoire, il n’a cependant pas été en mesure de combler le déficit de points face à ces mêmes Redmen.

En effet, les deux équipes s’étaient déjà affrontées une fois en saison et McGill l’avait emporté 18-9. Sherbrooke devait donc l’emporter par au moins 12 points afin d’avoir l’avantage face aux Montréalais advenant une égalité entre les deux clubs à la fin de la présente saison régulière.

Sherbrooke (1-5) et McGill (1-4) ont tous les deux une seule victoire.

La semaine prochaine, Sherbrooke profite d’une semaine de congé avant d’aller affronter Québec, le 21 octobre, et de recevoir les Stingers de Concordia, le 27 octobre à 14 h. Ce match sera assurément déterminant pour une place en séries pour Sherbrooke.

On ne pourra pas qualifier ce match d’historique; les deux équipes ont connu des problèmes de cohésion à l’attaque, notamment en première demie.

La preuve? À sa première séquence offensive, les Redmen ont fauté sur la remise du ballon au quart-arrière Dimitri Sinodinos (16 en 33 pour 139 verges), et Sherbrooke a repris le ballon.

Quelques secondes plus tard, le porteur Gabriel Polan (23 courses pour 136 verges et un touché) inscrivait Sherbrooke au pointage après une course de quatre verges.

Outre des problèmes au tableau du décompte de la remise en jeu, les deux équipes ont été pénalisées à de multiples reprises et elles ont peiné à fabriquer des séquences offensives potables.

Louis Tardif a porté l’avance du Vert & Or à 10-0 en fin de première demie avec un placement de 38 verges.

Sherbrooke a même réussi à prendre une avance de 13-0 au troisième quart, à la suite du deuxième placement de Louis Tardif, et il se dirigeait lentement, mais sûrement vers la victoire, et l’avantage aux points.

L’attaque au sol du Vert & Or a martelé son rythme et dominait le front défensif des Redmen ; les Verts ont cependant poussé l’audace, sur un troisième essai et deux verges à franchir à la ligne de 12 de McGill, plutôt que de se contenter du placement.

McGill a stoppé la tentative, a repris le ballon et avec minutes à faire au match, a porté le dur cou quelques jeux plus tard ; Alexandre Paré a intercepté la passe de Conor Sinclair au centre du terrain, et il a inscrit le touché sur 55 verges.

Deux minutes plus tard, Findlay Brown faisait 13-13 avec un placement.

C’est finalement un placement raté de Louis Tardif qui a produit le point décisif pour Sherbrooke, et la victoire.

C’est Joé Hudon (1 en 1 pour 24 verges), qui a remplacé Sinclair en fin de match, qui a amorcé la poussée victorieuse. Xavier Owens, blessé au pouce de la main droite, n’était pas en uniforme.

« Une victoire, c’est une victoire », a d’abord lancé l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

« On a fait quand même de bonnes choses à l’attaque, on a été solides au sol, mais ce fut difficile par la passe. C’est une ligue où ça prend des quarts d’expérience, des gars qui ont des heures d’expérience. Nos gars sont jeunes, ils commencent, on n’a pas réussi à s’installer avec un quart d’expérience depuis que je suis ici et ça paraît. On ne peut pas jeter le blâme sur les jeunes. Prenez n’importe quelle équipe, même les meilleures au pays, sans leur quart d’expérience, ce n’est pas la même chose. »

Quant à la décision de tenter le troisième essai plutôt que le placement, à la moitié du quatrième quart, Mathieu Lecompte confirme qu’il croyait au jeu appelé.

« Quand tu as le match dans tes mains, tu gagnes le match. Ils ne pouvaient nous arrêter au sol, mais on a un joueur de ligne qui a laissé entrer la pénétration, ce qu’il n’avait pas fait dans le match. Quand le match est à ta portée, tu vas le gagner. Malgré ça, j’étais sûr qu’on pouvait gagner quand même. »

Avec seulement trois verges d’attaque aérienne en première demie, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’attaque des Redmen a connu des difficultés, avec neuf premiers jeux et seulement 154 verges de gain.

« C’est décevant, on a laissé beaucoup de jeux sur le terrain, on a échappé plein de passes. Le moment a été trop grand pour certains, on a eu beaucoup d’opportunités de gagner ce match-là. Au moins, on a encore notre destin entre nos mains, on n’a qu’à gagner un autre match et l’on va être là », a dit l’entraîneur-chef des Redmen Ron Hilaire, en confirmant que Daniel Adesegun et Rémi Bertellin ont été blessés pendant le match.

« On était dans le match ; on avait un bon plan de match, mais il faut finir. On les a limités à une passe complétée en première demie. On a fait quelques poussées offensives, mais on ne finissait pas nos séquences. Trop de cafouillages qui nous ont fait mal. »

Samuel Gareau avec le ballon