Avec quatre parties à disputer dans ce dernier droit du calendrier régulier, les Cantonniers sont en voie de réaliser ce qui semblait impossible à première vue avec l’équipe la plus jeune du circuit : terminer premier au classement général.

Venir casser le party à Magog

C’est une équipe sans complexe qui s’amènera à Magog pour croiser le fer avec les Cantonniers de Félix Potvin samedi et dimanche. L’Intrépide de Gatineau a encore de minces chances de coiffer les Vikings de St-Eustache au premier rang de la division CCM, mais de l’avis de plusieurs, la formation de l’Outaouais est surtout une équipe qu’il faudra avoir à l’œil lors des prochaines séries éliminatoires qui approchent à grands pas.

L’Intrépide a retrouvé le sentier de la victoire cette semaine en disposant de Laval-Montréal après une courte série de trois défaites. Gatineau voudra maintenant assurément clôturer la saison sur une bonne note et nul doute que venir casser le party à Magog s’avérerait un excellent tonique pour eux. Rappelons que les Cantonniers montrent huit victoires consécutives. Leur dernier revers remonte au 8 décembre.

Si elle regorge de joueurs talentueux avec en tête Hendrix Lapierre, l’Intrépide ne craint pas non plus d’utiliser la carte de la robustesse pour freiner l’adversaire. L’équipe approche les 700 minutes de punitions depuis le début de la saison, le deuxième plus haut total dans la ligue. À titre comparatif, Magog a passé seulement 358 minutes au cachot, ce qui en fait la deuxième formation la moins pénalisée.

« L’Intrépide a une équipe intense. C’est comme ça chaque année. C’est une région qui développe aussi d’excellents hockeyeurs. Je suis certain que les affronter comme ça en fin de saison va nous indiquer comme ça va se passer dans les séries », prétend Félix Potvin.

Le premier rang

Avec quatre parties à disputer dans ce dernier droit du calendrier régulier, les Cantonniers sont en voie de réaliser ce qui semblait impossible à première vue avec l’équipe la plus jeune du circuit : terminer premier au classement général.

« Ce n’est pas un sujet qui revient souvent dans nos discussions. Mais là nous sommes tout proches de finir au sommet du classement. Aussi bien ne pas échapper cette opportunité. Elle est au bout de nos doigts. Mais peu importe le résultat final, si on termine le calendrier en gardant nos bonnes habitudes de travail, je serai satisfait », prétend Potvin qui a vanté la responsabilité de tous ses joueurs.

S’il est fréquent devoir les équipes adversaires confier des missions spéciales à des joueurs pour surveiller étroitement les meilleurs éléments des Cantonniers, Félix Potvin emploie rarement la même tactique, voire jamais.

« J’ai toujours voulu que tous nos joueurs s’acquittent de leurs tâches offensives et défensives. On a joué cinq fois contre le Lac St-Louis et tous nos joueurs ont eu à se mesurer à leur prolifique tandem Hryckowian-Frattaroli. J’évite de confier à un seul joueur de couvrir le meilleur patineur de l’autre club. C’est la responsabilité de tous », fait valoir Potvin.

Comme dirait l’autre, on appelle ça du développement.

Mentionnons qu’avant la partie aujourd’hui prévue à 16 heures, la ligue remettra aux Cantonniers la bannière de l’équipe championne de la division Tacks.