En attaque, les unités spéciales ont fait tout le travail avec quatre buts sur le jeu de puissance et un autre en intérorité numérique.

Vengeance signée Cantonniers

Les Cantonniers de Magog avaient encore frais à la mémoire leur seule défaite de la saison encaissée en tirs de barrage contre les Gaulois de Saint-Hyacinthe. Une semaine plus tard, les adolescents de Félix Potvin avaient appris leur leçon et attendaient les Gaulois de pied ferme. Les Magogois ont finalement quitté la glace avec une éclatante victoire de 5-0.

Le gardien Rémi Delafontaine de Sherbrooke s’est encore une fois érigé tel un mur en bloquant 23 lancers pour son deuxième blanchissage de la campagne, son deuxième à ses trois dernières sorties. Delafontaine, 15 ans, a accordé un maigre but durant cette séquence.

En attaque, les unités spéciales ont fait tout le travail avec quatre buts sur le jeu de puissance et un autre en infériorité numérique, celui de Mathis Zakorzermy à mi-chemin de la période médiane. Le but de Zakorzermy portait la marque 3-0 et a littéralement coupé les jambes des Gaulois.

Zackary Michaud (2-1), Julien Bourget (1-1) et Julien Paillé ont capitalisé en avantage numérique. Justin Bergeron a amassé deux passes.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les Gaulois menaient 18-12 à un moment donné au chapitre des lancers. Les champions en titre de la Ligue midget AAA ont toutefois fini par avoir le meilleur, terminant avec 34 lancers, comparativement à 23 pour les perdants.

Delafontaine intraitable

Rémi Delafontaine est l’homme masqué de l’heure par les temps qui courent dans le circuit Lévesque. Le portier des Cantonniers a réservé son meilleur arrêt sur une échappée du dangereux Louis-Philippe Fontaine. Il a eu fort à faire aussi en fin de rencontre pour préserver son zéro alors que les Gaulois jouaient avec l’avantage d’un homme.

« Je connais bien Louis-Philippe. Je voulais éviter de faire le premier geste. Mes récents succès sont le fruit d’un travail d’équipe. Mes coéquipiers ont été tellement efficaces devant moi. Je vois bien la rondelle grâce à eux », affirme celui qui a pensé à son coup de pinceau en toute fin de rencontre, pas avant.

« J’essayais juste de me concentrer sur le prochain lancer. Je ne veux pas me stresser en pensant au blanchissage. Quand on joue comme ce soir (hier), on va en marquer des buts et en allouer très peu. »

De son côté, le vétéran Mathis Zakorzermy a enfilé son deuxième but de la saison et son deuxième contre Saint-Hyacinthe, son ancienne équipe. « Je ne fais rien de plus ou de spécial contre les Gaulois. Je dispute toutes mes parties avec la même intensité. J’accepte le rôle qu’on me confie », souligne Zakorzermy en véritable joueur d’équipe.

Dans son bureau, Félix Potvin se réjouissait. « C’est difficile d’évaluer notre rendement à cinq contre cinq avec les nombreuses punitions distribuées par les officiels. Les unités spéciales ont pris charge de la partie. Les gars avaient le couteau entre les dents et ne voulaient pas jouer la partie facile. On a continué à attaquer en troisième période. C’est encore la meilleure défensive quand tu passes du temps dans le territoire ennemi. Devant notre filet, Rémi a encore été irréprochable. »

Les meneurs au classement général recevront le Collège Charles-Lemoyne dimanche à 13 heures 30.