Le coordonnateur offensif Brent Bailey et le quart-arrière Alex Jacob-Michaud auront pour principale tâche de trouver de nouvelles façons de faire marquer des points à l'attaque sherbrookoise.

V&O : plus d'offensive à venir grâce à la défensive

On ne se fera pas de cachettes ici : si l'équipe de football du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke veut retrouver le chemin des séries éliminatoires en 2017 après en avoir été exclue l'an dernier, elle devra marquer plus de points. Tout simplement.
En 2016, l'attaque sherbrookoise, tantôt menée par la recrue Alex Jacob-Michaud ou le vétéran Jean-Christophe Bourque-Saint-Hilaire, n'a tout simplement pas fait le boulot, avec seulement 148 points marqués en huit matchs.
Une famélique moyenne de 18,5 points par match.
Un an plus tard, un nouveau coordonnateur à l'attaque est en place en la personne de Brent Bailey, et Jacob-Michaud sera le pivot attitré.
Dimanche, au jour deux du camp d'entraînement de l'équipe, on a vu une attaque verte plus diversifiée, presque toujours composée de cinq receveurs, et surtout avec beaucoup de mouvement avant la levée du ballon.
L'ajout des receveurs américains Jermer Braswell et Tyree Harris, des anciens Cougars Tomy Duperron et Béchir Janfaoui Vilsaint, et surtout, la présence d'une ligne offensive composée de vétérans, laissent entrevoir des jours meilleurs pour l'attaque de l'équipe.
Mais tout passe par le poste de quart. Et cette saison, Jacob-Michaud est l'unique maître à bord.
Bailey, qui débarque des Gaiters où, disons-le, il n'avait pas les mêmes outils à sa disposition, n'hésite pas à dire que Jacob-Michaud est présentement en avance sur Jordan Heather, à la même époque.
Brent Bailey, rappelons-le, fut l'un des principaux artisans du développement de l'ancien Gaiter Jordan Heather vers sa conquête du trophée HEC Crighton (joueur universitaire le plus utile au Canada) en 2013.
« Alex est en avance sur Jordan, au même âge. C'est un étudiant du football, il est toujours dans mon bureau, il en mange, du football! À un point tel que je dois parfois lui dire de faire autre chose pour se changer les idées! » a dit Bailey en rigolant.
Le défi est de taille pour les deux hommes. L'attaque sherbrookoise a fait le plein de talent au poste de receveurs, mais sa profondeur à la position de porteur de ballon derrière Gabriel Polan, est bien mince. Surtout depuis que l'équipe a appris que le vétéran Félix Marquis-Chevrier ne reviendrait pas, à cause d'une récurrente blessure au genou.
« On a du talent, ici. On est dans le processus de changer la philosophie de l'attaque. Les gars sont excités du changement, ce n'est qu'une question de temps pour mettre les bonnes pièces à la bonne place. On va jouer avec un tempo plus élevé qu'auparavant », a dit Bailey.
« On a tellement une bonne défensive que notre rôle à l'attaque sera d'être constant, de ne pas faire de grosses erreurs. Notre défensive va nous donner la chance de grandir en tant qu'unité. On sait qu'on ne sera pas obligé de marquer 50 points au premier match pour gagner. On doit être constant; les points vont venir. »
« À travers des schémas de jeux différents, des positionnements différents, on veut gagner de la constance dans notre exécution. C'est le but de ce camp d'entraînement. »
« Alex doit comprendre ce qu'on veut faire. On part d'un bassin de quelques jeux que l'on présente de façon différente. Le but est de simplifier son jeu. De simplifier encore et encore. On peut exécuter le même jeu, mais avec des looks différents et des déplacements différents. Quand j'ai commencé avec lui, il pensait trop. Les changements apportés sont importants, mais il gère très bien tout ça. »
La meilleure défensive au Canada?
Mathieu Lecompte dirige son premier camp d'entraînement à la barre du Vert & Or. Il avait donc le sourire facile à l'issue des deux premiers jours du camp, qui se sont déroulés à Sherbrooke.
« J'ai aimé l'attitude des gars, qui ont tout de suite embarqué. C'est l'fun de les voir. Les gars sont bien, on le sent, et ils nous le disent. »
« Sur le terrain, le système défensif de Guillaume Boucher est à point, il est à maturité. Ce sera notre force. On risque de présenter la meilleure défensive de l'histoire du Vert & Or, et l'une des meilleures au Canada en 2017. Peut-être même la meilleure de toutes, au pays. On a de gros bonhommes, des gars puissants et rapides, qui comprennent le système », a dit Lecompte.
« À l'attaque, il faut se donner le temps de rentrer nos choses. Les gars étaient prêts et motivés en saison morte, mais ils ont réalisé samedi qu'il y a du travail à faire. Et c'est parfait comme ça. On a beaucoup de ressources. »
Après un léger entraînement lundi, le Vert & Or mettra le cap vers Drummondville, où il s'entraînera en retraite fermée, mardi et mercredi.
Un match simulé est prévu contre York, à Toronto, vendredi.
Michaud prêt pour le défi
Il y a un an, environ, la situation était loin d'être la même pour le jeune Alex Jacob-Michaud.
Fraîchement débarqué à Sherbrooke en provenance de son club collégial de Valleyfield, le jeune homme se voyait confier, à l'issue du camp du Vert & Or de 2016, la direction de l'attaque de l'équipe.
Et par le fait même, il devenait le successeur de Jérémi Roch. De grands souliers à chausser.
Après des débuts étincelants contre Bishop's, Jake (comme on le surnomme) l'a eu plus difficile contre McGill à la semaine deux, avant de débarquer à Québec, où il fut retiré du match en deuxième demie. C'est le vétéran Jean-Christophe Bourque-Saint-Hilaire qui a complété la saison au poste de quart.
« Ça va très bien, je me sens très confiant et super à l'aise. C'est un système offensif très similaire à celui que j'ai connu au collégial. Ça me permet plus de flexibilité au niveau athlétique. Je peux rester dans la pochette ou être mobile. C'est un système plus simple, non seulement pour amener le jeu aux joueurs, mais aussi c'est un système qui laisse les athlètes être des athlètes. On laisse les gars jouer au football », a dit le jeune homme.
« Après deux jours de camp, j'ai encore beaucoup de choses à améliorer, comme l'unité au complet, mais il s'agit de détails. Quand ça va être réglé, on va être dans la bonne direction. »
Avec seulement 148 points marqués, l'attaque du Vert & Or n'a généré que cinq touchés par la passe et six au sol en 2016.
« On pense moins dans le jeu, tu as un tracé à courir, tu le fais. La balle est lancée vers toi, tu l'attrapes et tu cours. C'est tout. On n'a pas à penser à autre chose. C'est nos gars contre les gars des autres équipes. Le meilleur va l'emporter. C'est pas compliqué. Tout ça aide mon travail en général. »
Véritable passionné du football, Alex Jacob-Michaud a remplacé les nombreux post-it qui meublaient son appartement par une peinture spéciale, qui lui permet d'écrire sur les murs. De détailler les jeux du livre offensif de l'équipe.
« On prend de la maturité, c'est tout! J'ai été en stage chez BRP cet été et j'ai travaillé avec les gars matin et soir. Après une année recrue, tu regardes en arrière et tu réfléchis, tes efforts, tes bons coups, comment tu peux t'améliorer. Avec coach Brent et Mathieu (Lecompte), on a ciblé les bons efforts. J'ai retrouvé plaisir à jouer au football. »