Le Phœnix a renoué avec la victoire face aux Cataractes.

Une victoire pour le moral

Après huit défaites consécutives, il aura fallu attendre un duel face à la pire équipe de l’Association Ouest avant de voir le Phœnix retrouver le chemin de la victoire grâce à un gain de 3 à 2 contre les Cataractes de Shawinigan.

Malgré le pointage serré, les Sherbrookois ont dominé leur adversaire, qui a obtenu la majorité de ses chances alors qu’il avait un homme en plus.

L’enjeu était important pour les deux formations. Les Cataractes se battaient pour conserver leur place en séries malgré 12 défaites de suite et le Phœnix tenait lui aussi à mettre fin à sa série noire.

« On a bataillé fort et il fallait vaincre cette équipe, admet Dakota Lund-Cornish, qui a bien fait avec 24 arrêts contre 42 pour son homologue. On vient de s’enlever une belle pression sur les épaules et on peut regarder devant nous sans penser encore à cette mauvaise séquence. »

« On ne trouvait pas de façon de gagner dernièrement même si l’on jouait bien, soutient le défenseur Yann-Félix Lapointe. Il nous manquait cette confiance. Ce soir, même si le pointage était serré, on n’a jamais joué sur les talons et on a continué à générer de l’attaque. On va prendre cette victoire et on bâtira là-dessus pour la suite. Notre séquence négative est maintenant derrière nous et il fallait absolument jouer ce match comme si l’on était en séries. »

La confiance : voilà tout ce que le Phœnix avait à gagner mercredi soir, puisque son rang dans l’Association Ouest est déjà établi depuis les Fêtes : troisième.

« Tout est une question de confiance avant d’arriver en séries, estime l’entraîneur Stéphane Julien. On méritait peut-être des victoires contre Chicoutimi ou Rouyn-Noranda après avoir joué de bons matchs. Les deux points de ce soir étaient importants pour notre momentum. On savait que les Cataractes tenaient également à cette victoire pour s’assurer d’une place en séries, donc on s’attendait à du jeu digne des éliminatoires. »

Rainville saisit sa chance

Malgré son temps de jeu réduit, Jérémy Rainville a eu l’honneur de casser la glace chez les visiteurs en complétant une passe latérale de Bailey Peach en deuxième période.

« J’ai senti que ce but était important. C’était encore 0-0. Ce n’est pas facile d’être constant en ne jouant pas beaucoup, mais j’appuie mes coéquipiers et quand j’ai ma chance, je tente de la saisir. Je connaissais l’enjeu de ce match : on n’avait pas le choix de gagner ce soir contre Shawinigan surtout dans ces circonstances. »

La réplique est arrivée cinq minutes plus tard de la palette de Xavier Bourgault. Samuel Poulin a ensuite surpris Antoine Coulombe à la mise en jeu et Leon Denny a redonné espoir aux siens même si la troupe de Stéphane Julien avait le contrôle du match : 2-2.

« Quand c’était 2-1, on aurait pu faire 3-1, 4-1, 5-1 ou même 6-1. On a manqué d’opportunisme, surtout parce que Coulombe a été excellent devant son but. Si ce n’était pas des punitions bizarres, le pointage serait différent. »

Heureusement pour les Oiseaux, Alex-Olivier Voyer a poussé la rondelle dans le filet adverse lors d’une mêlée devant la cage de Coulombe pour vaincre les locaux, forçant ainsi les Cataractes à devoir au moins gagner l’un de ses deux derniers matchs.

« Ça nous aurait pris au moins un point ce soir, confie le gardien des Cats, Antoine Coulombe. On voulait cette victoire. C’est satisfaisant de bien jouer, mais la victoire était essentielle. On la veut toujours, mais ce soir, le plus important, c’était d’ajouter deux points. Oui, on se sent mal d’avoir perdu cette partie. On a perdu 13 matchs de suite, mais personne n’a abandonné. »

« À 2-2, on aurait été en droit d’aller chercher un point, affirme l’entraîneur Daniel Renaud, mais la même histoire se répète (...). Tous nos prochains matchs sont les plus importants de la saison. C’est la mentalité que l’on devrait avoir du match 1 au match 68. »

Le Phœnix prendra maintenant la direction de Victoriaville vendredi et de Drummondville samedi avant de mettre fin à la septième campagne de son histoire.

Reste à voir si Taro Jentzsch sera de ces voyages, lui qui a été expulsé de la rencontre pour un coup à la tête.