À la conférence de presse annonçant la nouvelle formule de la Traversée internationale du lac Mégantic, on retrouvait notamment Guy Sénécal, représentant de Tafisa Canada, qui est le commanditaire principal de l’événement, Manon Bernard, mairesse suppléante de Lac-Mégantic, Peter Manning et Alexandra Désilets, respectivement responsable du volet natation et directrice de course de la Traversée, Flore Bouchon, attachée politique du député de Mégantic Ghislain Bolduc, et Xavier Desharnais, nageur sherbrookois participant pour la dernière fois à l’épreuve de 10 km de la Traversée du lac Mégantic.

Une traversée du lac Mégantic semblable aux Jeux olympiques

On se souviendra de la 12e édition de la Traversée internationale du lac Mégantic, en 2018, comme de la première année où la course aura migré vers une épreuve de cinq boucles de deux kilomètres chacune, au lieu d’une traversée conventionnelle du lac, en eau libre, comme ce fut le cas pour les 11 premières éditions.

Ce faisant, le comité organisateur du volet natation de l’événement s’est rapproché de ce qui se passe aux Jeux olympiques, où le 10 km se négocie en eau naturelle et non en piscine, effectué par les nageurs en boucles successives, et ce, depuis 2008 alors que l’épreuve est apparue pour la première fois à Pékin.

« Nous sommes heureux d’accueillir des visiteurs provenant de partout dans la province, qui ont la chance de voir des nageurs de partout dans le monde, sur un site exceptionnel ici. Grâce au comité organisateur, à notre personnel et à nos bénévoles, nous présentons un événement à la hauteur des standards établis », a déclaré en conférence de presse Peter Manning, responsable du volet natation.

« Donc 44 nageurs, 22 femmes et 22 hommes, provenant de 16 pays différents, prendront part demain (samedi) au 10 km, dans le cadre de la sixième étape de la Coupe du monde marathon FINA/HOSA 2018. Cette année, nous souhaitons la bienvenue à de nouveaux nageurs, de même qu’à nos Canadiens et Canadiennes, sept hommes et six femmes! », a annoncé Alexandra Désilets, directrice de course.

Des bourses intéressantes de 30 000 $ US, au total, seront remises aux huit premiers à compléter la course, des montants répartis selon une parité parfaite entre hommes et femmes.

Dernier tour de piste de Desharnais
« C’est un plaisir pour moi d’être ici, même s’il s’agit de ma dernière course à Lac-Mégantic. Ce ne sera certainement pas la dernière fois comme spectateur… Je veux faire une bonne course quand même », a assuré le Sherbrookois Xavier Desharnais.

L’organisation de la Traversée a tenu à l’honorer en lui remettant une plaque commémorative, jeudi dernier, lors du sprint obligatoire auquel participaient les nageurs internationaux, activité rebaptisée au nom de Desharnais.

Questionné à savoir si la formule de course en cinq boucles de deux kilomètres dénature le sport de la Traversée du lac, le Sherbrookois s’est fait diplomate.

« La plupart des nageurs vont répondre qu’ils préfèrent la formule en boucles. Moi je préfère une vraie traversée du lac en eau libre. Pour la Coupe du monde FINA, c’est malgré tout l’équivalent. L’organisation voulait essayer quelque chose, ça ne coûte rien d’essayer. Faut s’attendre et être prêt pour l’inattendu », avoue-t-il.

« Ça va donner un sport et un défi différents. Ça peut même être plus intense, en termes de gestion de l’énergie, parce que tu sais facilement, comme nageur, où tu es rendu. Puis en terme de logistique, il faut bien tourner autour des bouées, bien se placer. Les deux procédés ont leurs avantages et leurs inconvénients. Cela va faire un départ intense, une arrivée intense aussi, on va voir ce que ça va donner! Chose certaine, Lac-Mégantic a une place spéciale dans mon cœur! »