Yann-Félix Lapointe a enfin concrétisé une chance importante de marquer initiée par le deuxième effort de Julien Anctil et une magnifique passe de Christopher Benoît (photo). Tout cela avec un homme en moins. Néanmoins, les Oiseaux ont baissé pavillon pour une première fois à domicile cette saison.
Yann-Félix Lapointe a enfin concrétisé une chance importante de marquer initiée par le deuxième effort de Julien Anctil et une magnifique passe de Christopher Benoît (photo). Tout cela avec un homme en moins. Néanmoins, les Oiseaux ont baissé pavillon pour une première fois à domicile cette saison.

Une première défaite à domicile pour le Phœnix

Toute bonne chose a une fin. Le Phœnix a vu sa séquence de victoires à domicile s’arrêter à 15 vendredi soir. Les Sherbrookois ont subi leur première défaite de la saison au Palais des sports et l’honneur est revenu aux Voltigeurs de Drummondville, qui ont profité de l’alignement réduit des locaux pour les vaincre au compte de 4 à 2.

« On n’a pas d’excuses », a simplement admis le gardien du Phoenix Thomas Sigouin, peu loquace.

Après une première période sans but, Noah Wilson a été le premier à s’inscrire à la marque en profitant du trafic devant Sigouin pour effectuer un tir voilé au deuxième tiers.

« On ne méritait pas la victoire, admet Stéphane Julien, l’entraîneur du Phœnix. Lors des 40 premières minutes, on n’était pas là physiquement. On n’a pas rivalisé. Les gars jouaient avec mollesse dans leur territoire. La séquence se termine surtout parce que notre club s’est battu lui-même. »

L’ancien des Cantonniers de Magog Jacob Dion a ensuite doublé l’avance des siens lors d’un avantage numérique à 4 contre 3. 

« Il est agréable à regarder, confie le pilote des Voltigeurs, Steve Hartley. Il s’améliore de match en match. Il demeure un élément indispensable pour nous. Il possède des atouts offensifs. Il a un bon flair à l’attaque. C’est ce qui lui permet de sortir du lot et de connaître du succès. »

Dès la reprise du jeu en troisième période, Yann-Félix Lapointe a enfin concrétisé une chance importante de marquer initiée par le deuxième effort de Julien Anctil et une magnifique passe de Christopher Benoît. Tout cela avec un homme en moins.

Alors que les 3098 spectateurs retrouvaient espoir et que le vent semblait vouloir changer de côté, Xavier Simoneau a redonné un coussin de deux buts aux visiteurs en frappant une rondelle au vol.

Question de faire durer le suspense, Vincent Anctil a par la suite profité d’un mauvais rebond derrière le filet de la recrue Jacob Leblanc sur un dégagement de Gregory Kreutzer pour ramener son équipe dans le match alors que le filet était désert : 3-2 Voltigeurs.

Malgré les attaques répétées du Phœnix, les Voltigeurs ont tenu le coup, allant même jusqu’à marquer dans un filet désert, l’œuvre d’Édouard Charron.

Huit absents

Taro Jentzsch et le gardien Samuel Hlavaj (Mondiaux juniors), Olivier Crête-Belzile et Félix Robert (malades) ainsi que Samuel Poulin, Anthony Munroe-Boucher, Xavier Parent et Jérémy Jacques (blessés) manquaient à l’appel dans le clan sherbrookois. Les Voltigeurs évoluaient pour leur part sans Dawson Mercer (Mondiaux juniors) et six autres joueurs. 

« Pour nous, ce n’est que de deux gros points sur la route, observe Hartley. On n’a pas nécessairement parlé de leur séquence à domicile. Les deux clubs avaient beaucoup d’absents. Il nous manquait sept joueurs. Certains sont partis aux Mondiaux, d’autres sont blessés. »

« J’aurais aimé que l’on perde de façon plus honnête, a indiqué Stéphane Julien. Nos joueurs ont commis trop d’erreurs. Plusieurs joueurs manquaient aussi à l’appel du côté des Voltigeurs. Mais de notre côté, quand Félix Robert n’est pas là, il nous manque de leadership. Ça paraît. Personne n’a pris les commandes. C’est ce qui est décevant. »

Samedi à Shawinigan, le Phœnix disputera une dernière partie avant la pause des Fêtes et l’ouverture de la période des échanges, dimanche matin. Il faudra alors surveiller le directeur général Jocelyn Thibault, qui pourrait être fort occupé dans les prochains jours.