Le Phoenix a complété sa saison avec une victoire de 5-4 face aux Foreurs de Val-d'Or. Comme ses coéquipiers, Mathieu Olivier célébrait la Saint-Patrick samedi en abordant un tout nouvel uniforme.

Une « guerre de tranchées » en vue entre le Phoenix et les Huskies

L’entraîneur Stéphane Julien et ses joueurs semblent bien conscients : une série face aux Huskies de Rouyn-Noranda constituera tout un défi durant lequel chaque pouce sur la patinoire sera durement gagné. « On s’attend à une guerre de tranchées », estime le pilote du Phoenix.

Il aura fallu attendre le résultat de quatre parties présentées samedi aux quatre coins de la planète LHJMQ pour connaître l’identité du premier adversaire du Phoenix en séries.

Avec les victoires des Huskies (7e), du Phœnix (10e) et des Islanders de Charlottetown (9e), agencées à un gain des Remparts de Québec (8e), Sherbrooke disputera ses deux premières parties de séries à Rouyn-Noranda vendredi et samedi.

« Ce n’est jamais facile de jouer à Rouyn-Noranda. Cette saison, on a tout de même bien fait contre eux. Même si les Remparts avaient été notre adversaire, la série aurait été tout aussi difficile. On devra connaître une belle semaine de préparation. Le défi sera grand », a affirmé Stéphane Julien après la victoire de 5-4 contre les Foreurs de Val-d’Or acquise devant plus de 3500 amateurs au Palais des sports.

« On connaît bien les Huskies, a rappelé le capitaine du Phoenix, Hugo Roy. On s’attend à une vraie guerre. Notre chimie est bonne et on y croit. Nos deux seules victoires à Rouyn-Noranda depuis 2012 ont peut-être été en fusillade, mais dernièrement on est excellents en prolongation! »

Une formule 2-2-1-1-1

Après les parties de vendredi et samedi à Rouyn-Noranda, la série se transportera à Sherbrooke le mardi 27 mars et le mercredi 28 mars pour la rencontre trois et quatre. Les billets seront mis en vente dès lundi.

La cinquième partie serait présentée à Rouyn-Noranda le vendredi 30 mars si nécessaire. Les deux équipes reviendraient à Sherbrooke le dimanche 1er avril et la septième et dernière partie aurait lieu le mardi 3 avril à Rouyn-Noranda au besoin.

Tout cela parce que 784 km séparent les deux organisations. Si les deux clubs avaient à franchir plus de 800 km pour s’affronter, la formule 2-3-2 aurait été adoptée. Discutable selon plusieurs, mais cela ne semble pas affecter Stéphane Julien.

« Les deux équipes auront à voyager beaucoup, mais si la série se rend jusqu’au septième match, on sera désavantagés, fait remarquer le pilote des Oiseaux. On est habitués de faire ce voyage de toute façon. On le fait trois fois par année. Ce n’est pas Cap-Breton non plus. Physiquement, ce sera toutefois plus difficile que si la série avait commencé à Québec, c’est certain. »

Notons que les Sherbrookois ont terminé la saison 2017-2018 au 10e rang en ayant au passage réécrit le record de concession grâce à leurs 79 points.

« On vient de connaître une très belle séquence en fin de saison, on a réécrit notre record d’équipe et on entrera donc en séries avec une bonne confiance », a avancé l’entraîneur.

Avec ce gain contre les Foreurs, le Phœnix a empoché une 12e victoire en 13 matchs.

« On peut gagner cette série, mais ce sera loin d’être facile, rappelle Nicolas Poulin. Notre dernière victoire à Rouyn-Noranda récemment nous donne confiance. On est déjà prêts pour cette série. »