Match du Rouge et Or contre le Vert & Or samedi.

Une attitude 2.0 chez le Vert & Or

Lorsqu'on regarde le portrait d'ensemble, le match de samedi soir entre le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke et le Rouge et Or de l'Université Laval, à Québec, fut semblable en plusieurs points à tous les autres affrontements entre les deux clubs au cours des dernières années. Sauf un petit détail.
Revenons au comparatif. Encore une fois, l'attaque du Vert & Or a connu des difficultés à enchaîner les premiers essais et à offrir une progression constante qui lui aurait permis d'avoir des chances de marquer des points.
Outre les deux simples et le botté de placement inscrits par Mathieu Hébert, l'offensive sherbrookoise a plutôt accumulé les sorties rapides sur le terrain. Encore.
Les unités spéciales ont fait le boulot, encore une fois. Confronté à son bon ami Dominic Lévesque, Mathieu Hébert a été solide en situation de botté de dégagement. Et la couverture fut plus qu'efficace. Le Rouge et Or n'a pu réaliser de gros retours de bottés.
Enfin, encore une fois, la défensive sherbrookoise a fait le boulot, pour une bonne partie du match. Mais moment donné, à force de passer beaucoup de temps sur le terrain, Québec a accumulé des verges encore et encore.
Ce petit diagnostic n'est pas nouveau. Il se répète depuis des années pour le Vert & Or à Québec. Ou même à Sherbrooke.
On le rappelle, Sherbrooke n'a jamais réussi à battre le Rouge et Or, en saison régulière ou en séries. Une séquence de 25 matchs.
Ce qui fut différent, samedi, c'est que le Rouge et Or a répliqué.
L'entraîneur-chef Mathieu Lecompte a déclaré dans La Tribune il y a quelques jours qu'il croyait posséder la meilleure défensive au pays.
Une déclaration faite sans réelle prétention, mais plutôt gonflée de confiance de la part de celui qui occupait le poste de coordonnateur de la ligne défensive l'an dernier à peine. Du moins, c'est ce que j'ai décodé lorsque l'entraîneur m'a lancé la phrase qui a alimenté tant de discussions depuis.
Une déclaration qui est loin d'être farfelue lorsqu'on regarde l'alignement partant de l'unité de Guillaume Boucher, remplie de joueurs de quatrième et de cinquième année.
Cependant, c'est le genre de déclaration qui motive l'adversaire à imprimer la page de journal et à l'afficher partout dans son vestiaire.
C'est plutôt inhabituel. En 2017, dans le monde sportif que l'on connaît, aseptisé à outrance, disons que ça accroche l'attention.
Sûr que le Rouge et Or a carburé sur cette déclaration pendant toute la semaine de sa préparation. Sûr et certain.
Ils ne l'avoueront peut-être pas ouvertement, mais à voir le feu dans les yeux du coordonnateur Marc Fortier après la rencontre, lui qui s'est permis quelques invectives à l'endroit de Lecompte et de Boucher, le missile avait touché.
Et j'ai été particulièrement étonné de voir que le Rouge et Or avait mordu à l'appât. Qu'il avait « over-react » comme ça. On parle quand même ici de la meilleure équipe de foot universitaire au pays. Des champions en titre de la Coupe Vanier.
Z'en ont rien à foutre, de ce genre de phrase-choc. Rien du tout. Ils devraient être au-dessus de ça.
Lecompte n'a pas attaqué personne. Il n'a pas dénigré personne. Il n'a pas menacé personne.
Il a exprimé sa confiance en son unité. Ses gars. Ses couleurs. Une confiance qui, on va se le dire, peut être exprimée publiquement.
Une confiance qui peut être le premier pas vers un autre niveau et qui détonne avec l'ambiance un peu parfois morose et/ou plus conservatrice qui sévissait au cours des dernières années. Une attitude qui nous rappelle un peu celle qui régnait sous André Bolduc, il y a quelques années.
Le Vert & Or n'a pas gagné le match de samedi. Non. Mais il a peut-être planté la graine de confiance parsemée d'un peu d'arrogance qui lui permettra, un jour, de briser la léthargie.
Maintenant, il faudra que les joueurs embrassent cette nouvelle attitude plus guerrière, plus provocatrice.
Si ce sont seulement les entraîneurs qui montent au front, l'effort sera vain.
On aura la réponse bien assez tôt : le premier match pour d'importance pour le Vert & Or est jeudi, à son match d'ouverture, contre les Stingers de Concordia.