Les capitaines du Vert & Or pour la saison 2017, Jean-Raphaël Moisan (receveur), Francis Lapointe (centre offensif), Maxime Tessier (plaqueur défensif), Alexandre Chevrier (secondeur) et Anthony Tanguay (maraudeur), de même que l'entraîneur-chef Mathieu Lecompte, entrevoient l'automne avec beaucoup d'optimisme.

Une 15e saison et un retour en séries

Le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke célébrera à grands traits la quinzième année de son existence cet automne. Des commémorations que l'on promet inoubliables. Sur le terrain, l'équipe aura quant à elle une toute nouvelle saveur et l'objectif avoué est de renouer avec les séries éliminatoires.
Un nouvel entraîneur-chef, un nouveau coordonnateur offensif, un nouveau coordonnateur des unités spéciales, un nouvel adjoint à l'entraîneur-chef, un nouveau responsable des joueurs de ligne à l'attaque et un nouveau responsable des quarts-arrières.
Rajoutez à cela une formation qui comptera 40 % de nouveaux joueurs (sur 85) et vous avez - pratiquement - une toute nouvelle version 2.0 du Vert & Or, juste à temps pour ses 15 ans.
Un vent de fraîcheur qui survient après une campagne 2016 plutôt pénible, qui a vu l'équipe être exclue des séries pour la première fois depuis 2009.
Et la compétition promet d'être à nouveau relevée dans la conférence Québec cet automne : Québec et Montréal partent avec un avantage certain, ce qui laisse seulement deux places éliminatoires pour les prétendants Sherbrooke, Concordia et McGill.
Et avec une semaine de moins de camp d'entraînement, le Vert & Or amorcera sa saison à Québec ce samedi, contre les champions en titre de la Coupe Vanier, son éternel rival le Rouge et Or.
Et cette semaine est probablement la plus occupée de toutes : en plus d'avoir à préparer son équipe pour Québec, le Vert & Or doit mettre à jour sa formation afin de s'assurer du dossier académique et de l'admissibilité de tous les joueurs.
Les équipes du RSEQ avaient jusqu'à mercredi pour remettre leur liste finale. Des technicalités, certes, mais ô combien importantes.
« Le volet administratif prend beaucoup de notre temps, en effet. Mais on a un solide personnel d'entraîneurs et un support administratif de première classe pour relever le défi. Malgré tout, les changements, les défis et le boulot qui nous attend, on est prêt à affronter cette saison 2017 », a dit Mathieu Lecompte, qui évolue au sein du programme Vert & Or depuis sa deuxième année.
« On va se concentrer sur notre défensive; on sait qu'on va avoir une défensive solide, on sait où on s'en va avec ça, c'est la stabilité de l'organisation. Offensivement, il ne faut pas se décourager et il faut se laisser le temps de faire des erreurs, de prendre le temps de diriger les jeunes. »
« On va avoir un processus un peu plus rigoureux et un peu plus difficile en attaque, on n'a pas une unité parfaitement rodée qui a quatre ans d'expérience comme la défensive. »
Une conférence Québec plus serrée
Le départ des Gaiters de Bishop's vers les Maritimes change la donne; sans match inter-conférence, chaque formation du Québec devra s'affronter à deux reprises en 2017.
Ce qui signifie affronter deux des meilleures formations au Canada - Montréal et Québec - à deux reprises.
« Je dis aux gens qui me font remarquer ça que toutes les équipes du Québec devront aussi nous affronter à deux reprises! Comme la personnalité de l'entraîneur-chef, on ne va pas reculer devant personne et on va prouver que jouer contre nous, c'est difficile et c'est loin d'être plaisant! », a renchéri Mathieu Lecompte.
« On va avoir une équipe de passionnés, dirigée par des entraîneurs passionnés, qui montre l'exemple. Je suis convaincu que les jeunes vont se donner corps et âme sur le terrain. »
« On veut terminer dans le top quatre et retourner en séries, c'est impératif ».
Les capitaines du Vert & Or pour la saison 2017 seront Jean-Raphaël Moisan (receveur), Francis Lapointe (centre offensif), Maxime Tessier (plaqueur défensif), Alexandre Chevrier (secondeur) et Anthony Tanguay (maraudeur).
Le nouveau coordonnateur à l'attaque du Vert & Or, Brent Bailey, affirme avoir sous la main des ingrédients intéressants pour concocter une attaque prolifique.
Bâtir sur les succès vécus contre York
L'échantillonnage est peut-être mince, et l'adversaire peut-être pas les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, mais le Vert & Or a beaucoup aimé ce qu'il a fait contre York, la semaine dernière en match préparatoire.
Amener l'attaque du Vert & Or à une production bonifiée est la tâche du nouveau coordonnateur à l'attaque Brent Bailey.
Le transfuge de l'Université Bishop's a maintenant sous la main des ingrédients intéressants pour concocter une attaque prolifique.
Mais comme la plupart des recettes savoureuses, le temps de cuisson risque d'être long.
« Ce fut très bien dans l'ensemble, notre ligne offensive a vraiment été excellente. Dans un contexte où on avait une dizaine de joueurs, dont plusieurs receveurs de passes, qui n'avaient jamais joué une séquence au football universitaire canadien, dont deux joueurs américains, je crois qu'on a dans les circonstances réalisé de très belles choses », a dit Bailey cette semaine, en marge de la préparation de l'équipe pour son match d'ouverture à Québec, ce samedi.
« On n'a pas été en mesure de compléter nos séquences offensives par des majeurs, mais on a fait progresser le ballon. Plus je regardais le film du match, et plus je voyais de points positifs. Le résultat final n'est pas mal du tout. »
Bailey a eu de bons mots pour le porteur de ballon William Tremblay-Harnois et pour Samuel Garceau, également.
Ces deux joueurs seront en appui au porteur Gabriel Polan en début de saison dans le champ arrière de l'équipe.
Quant à la ligne offensive, dirigée par Rémi Giguère, elle est composée des vétérans Pier-Olivier Grad, Antoine Demers, Francis Lapointe, Jonathan Forest et Jérémie Paquin. Tous des gars qui en sont au moins à leur troisième année Usports.
Prendre son temps
Bailey sait qu'il doit prendre son temps pour implanter un nouveau système offensif à l'attaque du Vert & Or.
Il est également conscient qu'il doit y aller par étape, avec un quart-arrière qui n'en est qu'à sa deuxième année au football universitaire et qui n'a amorcé que trois matchs comme partant en 2016 en Alex Jacob-Michaud.
Derrière lui, ce sont les jeunes Xavier Owens et Conor Sinclair, deux recrues.
« Il est inutile de se projeter trop loin en avant. Ce groupe doit emmagasiner de l'expérience. Il n'y a rien qui peut remplacer l'expérience. Je répète aux gars depuis le début du camp que Rome n'a pas été bâti en un jour. Il n'y a pas de recette magique, ça prend de l'expérience, les gars doivent jouer, réaliser des bons coups, faire des erreurs, mais apprendre et voir ce qu'ils sont capable », a dit l'ancien des Gaiters.
Voilà pourquoi Bailey affirme ne rien planifier d'exclusif en terme de stratégie offensive pour le match contre Laval. « Globalement, je pense au développement de notre attaque dans un contexte plus large. J'ai toujours dirigé comme ça, c'est comme ça qu'on s'améliore, tu dois y aller par étape, une séquence à la fois. »
« Même si on affronte probablement le meilleur front défensif au pays, avec les Betts et Godin, il faut aborder le match autrement, en ne se préoccupant pas de l'adversaire. »
« J'aime travailler ici; chaque jour est passionnant. Il y a du talent, de la profondeur. On peut accomplir de grandes choses si on y va progressivement. »