Les joueurs du Phoenix ont tenu le gardien des Olympiques, Tristan Beaupré, bien occupé.

Un vol en plein jour pour les Olympiques

Le Phoenix a tout fait pour vaincre les Olympiques dimanche après-midi, mais il aurait souhaité un meilleur appui de son gardien afin d’empêcher un rival direct au classement de repartir avec les deux points. Malgré les 45 tirs dirigés vers le gardien de Gatineau, Sherbrooke a baissé pavillon par la marque de 4 à 3 en fusillade.

Brendan Cregan a seulement fait face à 17 lancers et a cédé à trois reprises, en plus de laisser les trois tireurs des Gatineau marquer en fusillade.

« Leur gardien a été meilleur que le nôtre. Cregan a connu une sortie difficile », a confié l’entraîneur Stéphane Julien à l’occasion du plus court point de presse de la saison.

Tristan Bérubé a été fumant en volant les deux points à l’adversaire. Le portier des Piques a effectué 42 arrêts.

« On a été opportunistes en montrant beaucoup de résilience et en revenant de l’arrière sans abandonner. J’ai donné une chance de gagner à mon équipe et mes défenseurs m’ont beaucoup aidé », a constaté le cerbère.

« On a échappé plusieurs victoires cette saison comme le Phoenix l’a fait ce soir, a informé le pilote des Olympiques, Éric Landry. C’est le retour du balancier pour nous. Les gars ont continué de travailler jusqu’à la fin. Notre gardien a fait de gros arrêts et c’est normal qu’il en échappe une ou deux sur 45 tirs. Il a surtout fait le travail sur l’avantage numérique du Phoenix en prolongation. »

Une avance bousillée

Le Phoenix avait pourtant pris l’avance par l’entremise de Mathieu Olivier et Samuel Poulin en première période.

« Pour un troisième match en quatre soirs, je trouve que les gars ont été excellents. Le gardien des Olympiques a fait la différence ! » répète Julien.

« On ne pouvait pas faire beaucoup plus, renchérit-il. Je ne peux pas en demander davantage à mes joueurs. Ils ont laissé l’adversaire tirer seulement quatre fois en deuxième période et quatre autres fois en troisième. On ne peut pas demander mieux. Ça s’est vraiment joué devant le filet. »

Shawn Boudrias et Alex Breton ont nivelé la marque en début de deuxième période et malgré l’opportunisme des visiteurs, les Sherbrookois ont repris l’avance grâce à un tir voilé de Luke Green.

« Sherbrooke met beaucoup de trafic devant le filet et je dois me battre pour voir la rondelle, comme sur le but d’Olivier et Green, a souligné Tristan Bérubé. J’ai vu la rondelle à la dernière seconde dans les deux cas. »

Samuel Hatto a complété la remontée des Olympiques avant de voir Gabriel Bilodeau, Shawn Boudrias et Alec Malo toucher la cible en fusillade. Yaroslav Alexeyev et Samuel Poulin ont pour leur part réussi là où Marek Zachar a échoué en tirs de barrage.

Occasion ratée

Maintenant positionné au 12e rang, le Phoenix n’était qu’à quatre petits points des Olympiques avant de disputer cette rencontre. Et Sherbrooke a joué deux matchs de plus.

« C’est le genre de parties que nous devons gagner, a noté Luke Green. Les équipes qui nous entourent au classement sont très près de nous. Notre calendrier est favorable en février. Nos prochains adversaires seront moins dangereux que ceux du mois de janvier. Si l’on souhaite terminer la saison à un rang plus intéressant, ce sera important de gagner ce type de matchs. »

« C’est frustrant parce que notre club aurait dû avoir les deux points, a résumé Nicolas Roy. On doit donner le crédit à leur gardien, mais Brendan n’est pas à blâmer. Il a fait le travail en n’accordant pas de mauvais but et une fois rendu en fusillade, tout peut arriver. Ils ont profité de leurs chances. »

En vitesse

D’ici la fin de la saison, le Phoenix se mesurera surtout à des équipes de bas de classement. « Il ne faudra pas prendre aucune équipe à la légère malgré tout, insiste Nicolas Roy. Certaines sont moins redoutables et ce soir, on a tout fait pour avoir les deux points. Il suffit de regarder le tableau des tirs au but. On aurait dû marquer davantage et concéder moins de buts, mais des soirs comme celui-là, ça peut arriver. »

Luke Green estime pour sa part que le Phœnix a été malchanceux : « La rondelle n’a pas glissé pour nous et les Olympiques ont profité de quelques bonds bizarres pour marquer. On a dirigé la rondelle vers le but à plusieurs occasions. On a dominé l’adversaire et on méritait un meilleur sort. Bérubé a été excellent, surtout alors que son équipe avait un homme en moins. »

Le but de Green était son premier de la saison. Le défenseur était absent du jeu à la suite d’une blessure à l’épaule subie à son camp d’entraînement avec les Jets de Winnipeg. Depuis son retour, Green a amassé quatre points en trois matchs en plus d’avoir été puni à trois occasions : « Je n’ai fait que diriger la rondelle vers le filet, comme notre équipe l’a fait durant tout le match. »

Le prochain adversaire du Phœnix : les Sea Dogs de Saint-John mercredi au Palais des sports.