Brendan Cregan devrait être appuyé par Thomas Sigouin devant le filet du Phœnix lors de la saison 2018-2019.

Un vent de renouveau

Le Phœnix comptera sur douze nouveaux joueurs, dont neuf recrues, au sein de son alignement 2018-2019. L’organisation sherbrookoise a procédé à une dernière vague de coupures dimanche et selon toute vraisemblance, quatre vétérans ne porteront pas l’uniforme bleu et crème cette saison.

En plus du gardien Reilly Pickard (20 ans), qui avait quitté le camp plus tôt d’un commun accord avec la direction, ça sent la fin pour l’attaquant de 19 ans Nicolas Roy et pour les défenseurs Quinn Hanna (19 ans) et Connor Senken (18 ans).

Puisque Jocelyn Thibault a jusqu’à 10 h lundi matin pour effectuer les derniers mouvements de personnel, le directeur général pourrait tenter d’échanger ces quatre joueurs, sinon ils seront libérés.

C’est donc dire que Jérémy Rainville, l’ancien capitaine des Cantonniers de Magog, s’est taillé un poste à l’attaque, tout comme les jumeaux Anctil, Julien et Vincent. Nathael Roy est l’autre attaquant qui se présentait au camp sans poste assuré et ayant réussi à obtenir une place au sein de la brigade offensive.

Les défenseurs Dilan Savenkov et Jacob Rabouin, repêchés en 2018 en 9e ronde et en 4e ronde, ont percé l’alignement.

Thomas Sigouin a pour sa part gagné sa lutte à l’interne en obtenant l’un des deux postes de gardiens réguliers avec le portier de 20 ans Brendan Cregan. Thommy Monette se retrouve donc relégué au poste de troisième gardien et rejoindrait les Panthères de Saint-Jérôme dans le junior AAA. Par contre, Jocelyn Thibault refuse de fermer la porte sur l’option de garder trois cerbères.

« Il peut se passer encore bien des choses jusqu’à lundi matin. Des joueurs peuvent être transigés ou mis au ballotage, sinon ils resteront affiliés avec nous. Il se peut d’ailleurs que nous conservions trois gardiens avec nous », souligne Jocelyn Thibault, qui n’a pas voulu confirmer le départ de ses vétérans.

La plus grande surprise demeure la prestation de Savenkov à la ligne bleue, un ancien champion national de karaté en Estonie.

« Il a su nous convaincre grâce à son coup de patin et son jeu physique. Il y a encore place à l’amélioration et on tentera de le développer à l’interne parce qu’il présente un beau potentiel. Le verre d’eau est loin d’être rempli encore. Rainville a de son côté connu un bien meilleur camp que l’an dernier. Il s’est grandement amélioré. Il est une bonne personne et joue d’une façon intelligente. Il connait ses points faibles et il les travaillera avec nous », informe le directeur général.

Bâtir à l’interne

Jocelyn Thibault se disait fier de pouvoir compter sur 16 joueurs repêchés ou ayant été développés par l’organisation sherbrookoise.

« On s’en va vers là. Et en plus, de nombreuses luttes ont été serrées. Il y a quelques-uns de nos joueurs qui sont très près de pouvoir évoluer à temps plein dans le junior majeur. Je pense notamment à Mirco Fontaine et Marc-Antoine Pépin. On est contents de miser sur des jeunes qui ont progressé au sein de notre organisation ou sur lesquels nous avons misé lors des derniers repêchages. »

Défaite en prolongation à Rouyn-Noranda

Samuel Poulin aura une fois de plus été l’un des meilleurs joueurs du Phœnix lors de la deuxième partie préparatoire disputée en deux jours en Abitibi. Malgré ses deux points obtenus et ses six lancers au filet, Poulin a vu son équipe s’incliner par la marque de 3-2 en prolongation samedi face aux Huskies à Rouyn-Noranda.

La veille à Val-d’Or, Samuel Poulin a excellé en faisant bouger les cordages à une reprise et en effectuant cinq tirs au but dans un gain de 4-2 des Oiseaux contre les Foreurs.

Chez les Huskies, Rafaël Harvey-Pinard a fabriqué les buts de Félix Bibeau (2) et Alex Beaucage. Félix Robert est l’autre marqueur du Phœnix.

Sherbrooke affrontait l’un des meilleurs gardiens au Canada, Samuel Harvey, invité par le Canadien de Montréal. Il a bloqué 28 des 30 tirs dirigés vers lui. Brendan Cregan a également bien fait avec 29 arrêts sur 31 lancers.