Creed Jones en a eu plein les bras contre le Phoenix avec les 38 tirs reçus.

Un troisième gain de suite pour terminer l'année 2018

La période des Fêtes sourit au Phoenix, qui a ajouté un troisième gain en autant de matchs entre Noël et le jour de l'An. Sa dernière victime: les Olympiques de Gatineau.

La troupe de Stéphane Julien a terminé l'année en beauté grâce à une victoire de 5 à 2 lundi après-midi au Palais des sports. Le secret de cette constance durant cette semaine de célébrations?

« On s’est tenus loin de la tourtière, des patates et des boulettes, lance à la blague l’entraîneur sherbrookois. Non sérieusement, tout le monde a gardé le focus et j’ai bien aimé notre façon de disputer nos deux dernières parties, sans dire que notre club a été mauvais à Québec, il a du moins été plus brouillon contre les Remparts. »

Yann-Félix Lapointe a une fois de plus touché la cible pour donner l'avance aux siens en première période, suivi de Taro Jentzsch: 2-0 Sherbrooke après 20 minutes. 

Ryan DaSilva a accentué l'écart en deuxième période et Félix Robert a ajouté un quatrième filet.

« J’ai pointé ma mère après mon but, raconte DaSilva, qui a grandement célébré sa belle pièce de jeu réalisée lors des premières secondes de l'engagement. Mes parents sont en ville et j’ai regardé Cregan d’abord et ensuite j’ai vu ma mère dans les gradins. Je suis surtout content de bien finir l’année de cette façon. Juste avant la pause, on avait mal joué contre Blainville et on avait hâte de se reprendre. Avec trois victoires à domicile, on ne peut pas demander mieux. »

Les Olympiques sont revenus en force en troisième période avec deux buts, ceux d'André Simard et de Pierre-Olivier Lacombe. Benjamin Tardif a complété la marque dans un filet désert. 

« On a été très bons lors des deux premières périodes et ce qui s’est passé en troisième période, c’est un peu humain, estime Stéphane Julien. Les gars pensaient que la partie serait facile à 4-0 et ont commencé à tricher. On a perdu le rythme, mais ils ont repris le contrôle dans les dix dernières minutes. »

« On s’est fait avoir à notre propre jeu lors des deux premières périodes, explique Éric Landry, pilote des Olympiques. Je voulais utiliser tout notre monde lors de cette deuxième partie en deux soirs et on a commis beaucoup de revirements. On a gardé le jeu plus simple en troisième période. On est en mode évaluation et la perte de Charles-Antoine Roy a forcé notre équipe à utiliser les mêmes joueurs plus souvent, mais il sera correct pour le prochain match. »

Brendan Cregan a une fois de plus obtenu la première étoile du match grâce à ses 29 arrêts. 

« On est revenus au système de jeu. Nos défenseurs comptent des buts, la rondelle a des yeux ces temps-ci. On travaille bien en défensive et on se souhaite beaucoup de succès en 2019 en espérant terminer la saison avec l’avantage de la patinoire pour les séries. »

Le Phoenix se dirigera vers l'Abitibi le 4 janvier afin de disputer ses premières parties de l'année 2019 à Rouyn-Noranda d'abord et à Val-d'Or ensuite.