L’équipe américaine CK/RDD/S&S a éliminé la formation québécoise Recrupharm en grande finale invitation par un pointage de 23 à 19.

Un succès qui fait du bien au Pif

Ce n’est un secret pour personne, les dernières années du Pif n’avaient pas été très bonnes. La 43e édition qui vient tout juste de se terminer aura toutefois été un foudroyant succès qui risque d’assurer la pérennité de l’événement à Sherbrooke.

Sans être en mesure de dévoiler l’achalandage exact de la Classique, les organisateurs estiment que l’événement a attiré un nombre impressionnant de spectateurs.

« Nous avons eu un de nos plus gros samedi soir depuis plusieurs années, admet Jean-Charles Doyon, directeur général du Pif. Le stationnement et le parc étaient pleins. On se demandait parfois si ça valait la peine de continuer le Pif et on a eu notre réponse. »

« Quand on regarde les gens au Pif, on voit trois générations, ajoute-t-il. Il y a beaucoup de poussettes et de familles en plus d’amateurs qui étaient là dans les débuts de l’événement. C’est encourageant. C’est une bonne tape dans le dos pour les bénévoles parce que les dernières années avaient été difficiles. Avec ce qui vient de se passer, on est bon encore pour quelques années. »

La canicule a frappé de plein fouet les journées de compétition du Pif. Certaines équipes ont dû jouer quatre matchs dans la seule journée de dimanche.

« C’est clair que c’est difficile pour les équipes sur le terrain, admet M. Doyon. Nos frigidaires sont presque vides, on a manqué d’eau, mais on peut dire mission accomplie dans tous les sens. Les spectateurs ont apprécié toutes les nouveautés et on a eu un très beau calibre. »

« On aime mieux la chaleur que la pluie, souligne pour sa part Marco Leclerc, président du Pif. Ça s’est déroulé dans la chaleur, mais ça s’est très bien passé. Nos annonceurs rappelaient souvent aux spectateurs l’importance de s’hydrater. Il y a eu quelques problèmes mineurs, mais rien de grave. »

M. Doyon rappelle également aux amateurs que les matchs seront disponibles en ligne à compter de la semaine prochaine au Classiquepif.com.

« On n’a pas eu la chance de voir un seul match, lance-t-il à la blague, on va regarder ça durant nos vacances. »

Les équipes américaines s’imposent

C’est sur un attrapé spectaculaire du joueur de deuxième but de l’équipe CK/RDD/S&S de New Haven au Connecticut que la 43e édition de la Classique Pif s’est conclue dimanche à Sherbrooke. L’équipe américaine a ainsi éliminé la formation québécoise Recrupharm en grande finale invitation par un pointage de 23 à 19.

Le match a mal commencé pour les représentants du Québec qui ont donné 15 points à l’adversaire dès la manche initiale. Ils ont toutefois grugé l’écart pour se rapprocher à seulement quatre points, mais ce fut trop peu trop tard.

L’équipe composée de joueurs provenant de plusieurs régions de la province a dû jouer quatre rencontres consécutives dimanche dans la canicule pour atteindre la finale.

« On a un peu manqué d’essence dans les conditions, mais donnons crédit à l’autre équipe, signale l’entraîneur Stéphane Chapdelaine. On disait aux gens de ne pas sortir aujourd’hui et mes joueurs ont passé presque huit heures sur le terrain. En dernier il y a eu des erreurs de fatigue, mais c’est normal. Je suis super fier de mes gars. »

Avec deux québécoises

Chez les femmes, deux équipes du Massachusetts s’affrontaient. Ce sont les Twisted Sistah, de Leonminster, qui ont remporté la palme du volet invitation. Elles ont eu le dessus sur les Lady Magic de Taunton par la marque de 15 à 7.

Les Twisted Sistah ont remporté la palme du volet invitation.

Les Québécoises Emmanuelle Quirion et Marie-Claude Thériault s’alignent pour les Twisted Sistah.

« Je l’ai gagné une fois il y a 15 ans et là je capote de le gagner avec ma nouvelle équipe », indique Marie-Claude Thériault.

« La compétition était excellente, même que c’est une des années où c’était le plus serré, souligne pour sa part Emmanuelle Quirion. On a gagné un match important ce matin qui nous a permis de jouer seulement deux matchs aujourd’hui, mais nos adversaires en finale en avaient joué quatre. C’est exigeant dans cette chaleur. Il faut rester concentrée. »

Toutes les équipes impliquées dans les finales ont confirmé leur retour pour la compétition l’an prochain.