Mirco Fontaine a sauté sur la chance que lui offraient les Intrépides de Gatineau et il ne l’a pas ratée.

Un Sherbrookois chez les Intrépides

S’il y a un joueur qui brûle d’impatience de venir affronter les Cantonniers de Magog en fin de semaine à l’aréna de l’endroit, c’est bien le Sherbrookois Mirco Fontaine. Ignoré au camp d’entraînement des Cantonniers, Fontaine a pris la route de Gatineau où l’Intrépide se cherchait du renfort à la ligne bleue. Pari gagné pour Mirco Fontaine qui est demeuré dans la ville de l’Outaouais.

Le défenseur de 17 ans jure que ce n’est pas par souci de vengeance qu’il a hâte de se mesurer aux Cantonniers et aux joueurs qu’il connaît bien. « Je n’ai pas nécessairement connu un mauvais camp, mais je suis assez honnête pour reconnaître que même si j’avais démontré de belles choses, j’aurais pu en faire davantage. Les entraîneurs ont pris la décision qu’ils jugeaient la meilleure pour l’équipe et je vis bien avec ça », a commenté Fontaine.

Ce dernier s’amène donc à Magog pour le week-end sans arrière-pensée et encore moins en voulant prouver aux Cantonniers qu’ils ont fait une erreur de le retrancher à leur camp.

« Ce sera excitant parce que ce sont deux bonnes équipes qui vont s’affronter deux fois en 24 heures. Magog a une équipe très talentueuse, mais les amateurs qui ne nous connaissent pas vont en découvrir une excellente équipe aussi. Ça va donner un bon spectacle, surtout que les deux équipes veulent terminer la saison en force juste avant les séries. »

Si Hendrix Lapierre s’avère la pierre angulaire de l’Intrépide, Fontaine a aussi eu de bons mots pour le capitaine Mathieu Gagnon. « C’est un leader incroyable, un gars motivé et rassembleur, un vrai capitaine. Nous alignons aussi plusieurs bons jeunes de 15 ans, comme les Cantonniers. Nous possédons un beau mixe de joueurs, ce qui nous permet de préconiser tous les styles de jeu », souligne-t-il.

Fontaine a aussi hâte de jouer devant sa famille, la parenté, des amis, ce qui ne lui est pas arrivé souvent cette saison. « Mes parents peuvent venir quand nous jouons dans la région de Montréal. C’est à peu près tout. Tout le monde sera au rendez-vous à Magog. Ce sera plaisant de sentir leur appui. »

Au bon endroit

Une fois retranché à Magog, Fontaine ne s’est pas laissé abattre par cette déception et s’est retroussé les manches lorsque l’Intrépide l’a réclamé. « Le lendemain ma décision était prise d’aller tenter ma chance là-bas. Je n’avais pas de temps à perdre. C’était quand même un peu intimidant, car j’avais l’impression d’aller prendre la place d’un joueur de leur région. J’ai eu seulement deux joutes pré-saison pour faire mes preuves. Heureusement pour moi, ils m’ont gardé avec eux. Je suis vraiment tombé à un bon endroit, avec une bonne organisation. Je suis bien traité, j’adore ma pension, l’école, mes coéquipiers, les entraîneurs. Sur le plan hockey, je crois qu’il m’aurait été difficile d’avoir plus de temps de glace avec les Cantonniers », fait-il valoir en toute honnêteté.

L’état-major de l’Intrépide avait même une surprise pour Fontaine lorsqu’il en a fait un des adjoints au capitaine. « Difficile de me plaindre », a-t-il ajouté.

Autonome

Mirco Fontaine apprécie au plus haut point sa saison à Gatineau. « Je suis loin du toit familial et par la force des choses je suis devenu plus autonome, plus responsable. Si je me projette dans quatre ou cinq ans, je suis certain que cette saison de hockey passée à Gatineau me servira et m’aidera à devenir un meilleur adulte. Je le réaliserai probablement encore plus à ce moment-là. Je suis en train de vivre une expérience extrêmement positive qui n’a pas de prix dans mon développement de joueur et de personne », soutient Fontaine qui est la propriété du Phœnix de Sherbrooke dans la LHJMQ.

Force est d’admettre qu’il y avait de la vie pour Mirco Fontaine après les Cantonniers.