Le Sherbrookois Derek Speirs fera partie des 40 athlètes de la délégation canadienne en vue des Jeux Invictus 2018 qui se dérouleront en Australie.

Un Sherbrookois aux Jeux Invictus

Derek Speirs est tombé par terre lorsqu’il a reçu l’appel. Le Sherbrookois a été sélectionné pour représenter le Canada lors des prochains Jeux Invictus qui auront lieu à Sydney en Australie au mois d’octobre.

Fondés par le Prince Harry en 2014, les Jeux Invictus sont une compétition multisports pour les soldats et les vétérans handicapés ou qui ont subi des blessures durant leurs années de services. Les villes de Londres, Orlando et Toronto ont déjà organisé l’événement. À Sydney, 18 pays seront en compétition dans 11 sports différents. 

L’équipe canadienne a été dévoilée le 25 juillet à Halifax.

« Je ne m’attendais pas à ça du tout parce que je suis encore en dépression, souligne Derek Speirs qui participera aux épreuves de natation, d’aviron et de basketball en fauteuil roulant. Je ne voulais pas aller à Halifax. Je ne me sentais pas bien. Mon psychologue m’a dit d’y aller, que ça allait me faire du bien. Je me suis décidé à la dernière minute et c’est épouvantable comment ça m’a fait du bien. J’allais là-bas juste pour vivre l’expérience, mais au final j’ai été capable de nager 65 longueurs et de gagner une course. Si je suis capable de le faire avec tous mes problèmes, ça peut motiver les autres militaires qui sont chez eux avec un stress post-traumatique, qui sont malades et qui ont de la difficulté à sortir de chez eux. »

À bord du Chicoutimi

Cuisinier dans les forces canadiennes de 1989 à 2011, Derek Speirs faisait partie en 2004 de l’équipage du tristement célèbre sous-marin Chicoutimi. Lors du voyage inaugural, un incendie a causé des dommages importants et a entraîné la mort d’un membre d’équipage. Plusieurs autres personnes ont été blessées. 

« Le 5 octobre 2004, on revenait de l’Angleterre et il y a eu une explosion et un feu à bord, se souvient Derek Speirs. On a été naufragé cinq jours et on a perdu un équipier. À la suite de ça, je suis devenu épileptique. Durant une de mes crises, je me suis cassé le dos à cinq endroits. »

Derek Speirs est également atteint d’un trouble de stress post-traumatique sévère en plus de jongler avec une dépression. Les Jeux Invictus l’aide à se remettre sur pied.

« Ça nous amène vers d’autres limites et ça nous amène une fierté, souligne-t-il. J’ai 46 ans et j’ai fait des choses la semaine passée que je ne pensais jamais être capable de faire. Lorsque je suis entrée dans la piscine et que l’entraîneur nous a dit de faire 50 mètres, je pensais mourir. J’ai avalé de l’eau et j’étais à bout de souffle. Je me suis demandé ce que je faisais là, mais à la fin de la semaine, j’ai nagé 2500 mètres. »

Méconnus du grand public, les Jeux Invictus ont une importance particulière pour les vétérans et les membres des forces canadiennes.

« Dans la communauté militaire, c’est très gros, confirme-t-il. Au Canada il y a eu 700 postulants pour seulement 40 places. On est six athlètes québécois dans l’équipe et on veut faire connaître les Jeux ici. C’est important de savoir qu’ils existent. J’ai été marqué de voir un ancien militaire avec un bras et une jambe en moins faire de l’aviron. Il est aussi vite que nous. »

« Il y a des athlètes qui viennent d’un peu partout dans le monde, mais nous avons tous vécu la même chose, résume Derek Speirs. L’esprit d’équipe est tellement fort, on va voir des athlètes retourner courir avec le dernier après avoir fini leur course pour l’encourager. C’est incroyable le sentiment que ça donne. »