Thomas Grégoire a réalisé l’exploit d’être le meilleur pointeur de son équipe, et ce, pour une deuxième saison consécutive : un record dans la LHJMQ.

Un record pour Grégoire

Thomas Grégoire fait taire ses détracteurs. Après avoir terminé au sommet du classement des meilleurs pointeurs du Phœnix la saison dernière, certains croyaient qu’il s’agissait d’un coup de chance. Mais le Sherbrookois a répété l’exploit cette saison, ce qui lui permet de réécrire un record de la LHJMQ.

Grégoire est ainsi devenu le premier défenseur de toute l’histoire du circuit Courteau à occuper le premier rang des meilleurs pointeurs de son équipe lors de deux saisons consécutives.

Un fait encore plus impressionnant en sachant qu’il n’avait que 18 et 19 ans, ce qui signifie qu’il pourrait améliorer son propre record la saison prochaine puisqu’il disputera sa dernière année d’admissibilité.

« Je suis content des résultats. Parce qu’il y a des gens qui doutaient de moi l’an dernier. Ils pensaient que je ne pourrais jamais faire ça à 18 ans et encore moins y parvenir deux fois de suite. Mais en redevenant le meilleur pointeur de mon équipe cette année, j’espère avoir fait taire quelques personnes. Avant tout, je l’ai fait pour aider l’équipe et je suis heureux quand je regarde la saison de notre club cette année », a indiqué Grégoire.

Le meilleur passeur de la ligue

En 67 parties, le choix de première ronde en 2014 du Phœnix a obtenu 69 points : 12 buts, 57 mentions d’aide. L’an dernier : 10 buts et 54 passes en 66 matchs.

Son plus proche aspirant cette saison : Nicolas Poulin avec 65 points en 64 parties (35 buts et 30 mentions d’aide).

Grâce à ça, Thomas Grégoire a également atteint le plateau des 150 points dans la LHJMQ. Étant sans contrat, tout indique pour l’instant qu’il sera de retour l’an prochain.

« Je ne pense pas trop à ça en ce moment, je me concentre surtout sur les séries, mais en connaissant ce genre de saison, ça ne peut pas me nuire dans ma recherche d’un contrat professionnel. On verra ce qui arrivera après les séries, mais c’est aussi normal que j’y pense un peu », admet Grégoire.

Exceller en saison, c’est bien. Mais bien jouer en séries, c’est encore mieux, selon le défenseur des Oiseaux.

« C’est le temps de séparer les hommes des enfants. En séries, c’est encore plus intense et on voit qui peut bien répondre à la pression. J’aimerais être de ceux-là. »

Le seul général à la ligne bleue

Avec la perte de Luke Green, blessé au genou, Thomas Grégoire commencera les séries en étant le seul général à la ligne bleue du Phoenix.

« C’est dommage, parce que j’adorais jouer avec lui en avantage numérique. J’espère qu’il reviendra au jeu rapidement. Chaque nuit avant d’aller me coucher, je prie pour que Luke puisse jouer avec nous contre les Huskies. Notre équipe a connu beaucoup de succès à son retour au jeu durant les 14 parties disputées cette saison », rappelle-t-il.

Même s’il croit que ses jeunes coéquipiers ont déjà appris beaucoup cette saison, Grégoire estime pouvoir partager son expérience avec eux.

« J’ai disputé onze parties de séries. Ce n’est pas beaucoup, mais j’ai appris énormément durant ces matchs. Lors de mes premières éliminatoires, on avait perdu 8-2 contre les Islanders de Charlottetown. Je paniquais, mais Aaron Hoyles, l’un de nos vétérans de 20 ans, m’avait rappelé qu’il fallait effacer tout et que chaque partie peut être très différente en séries. La partie suivante, on avait gagné 7 à 3 », se souvient-il.

Finalement, Grégoire montre beaucoup de respect pour son prochain adversaire, mais croit aux chances du Phoenix.

« On connaît les Huskies, on connaît la rivalité. Ils ont justement beaucoup plus d’expérience que nous en séries. Il faudra par contre jouer comme on l’a fait en fin de saison avec la même intensité et même plus encore. »

En vitesse

Le Phœnix a gagné trois des six duels contre les Huskies de Rouyn-Noranda cette saison, dont les deux derniers. Or, les Sherbrookois ont dû clore le débat deux fois en prolongation.

*****

Le gardien Thommy Monette retrouvera l’Abitibi plus rapidement que prévu. Après avoir quitté Amos et son équipe midget AAA, le troisième portier du Phœnix accompagnera l’équipe à Rouyn-Noranda.

*****

Grâce à sa transaction d’Anderson MacDonald avec les Wildcats de Moncton, le Phœnix aura une chance de devenir la première équipe à sélectionner un espoir lors de l’encan 2018, puisque l’organisation sherbrookoise aura une boule sur 21 (5 %) dans le boulier lors de la loterie déterminant le rang de sélection des cinq premières équipes. Rappelons que le DG Jocelyn Thibault avait obtenu un choix de première ronde en 2018, une autre sélection de premier tour en 2019, un choix de 2e ronde en 2019 et l’ancien des Cantonniers de Magog Jérémy Jacques.

*****

Après avoir été écarté des séries éliminatoires avec les Sea Dogs de Saint-John, le gardien sherbrookois Alex D’Orio rejoindra les Penguins de Wilkes-Barre dans la Ligue américaine de hockey.