Brendan Cregan renouera rapidement avec ses anciennes amours en revenant à Sherbrooke le 13 janvier.

Un mal pour un bien, estime Cregan

SHERBROOKE — Brendan Cregan aurait aimé terminer sa carrière chez les juniors au même endroit qu’il l’a commencée: à Sherbrooke. L’ancien gardien du Phœnix croit toutefois que la transaction l’amenant à Blainville-Boisbriand est un mal pour un bien.

« C’est un choc en quelque sorte. J’aimais tellement ma famille de pension et Sherbrooke. Mes coéquipiers étaient extraordinaires et j’ai vraiment vécu de beaux moments », confie le portier de 20 ans.

L’histoire de Brendan Cregan mérite d’être racontée. Jamais repêché, il a été invité au camp des Huskies de Rouyn-Noranda pour ensuite être retranché et renvoyé à la maison. Les blessures chez les gardiens de but du Phœnix lors de la saison 2016-2017 ont forcé l’équipe à le rappeler de Yarmouth après l’avoir acquis en tant qu’élément secondaire d’une transaction, donc pour une bouchée de pain.

À son premier entraînement avec le Phœnix, les entraîneurs se disaient inquiets. Brendan Cregan n’arrêtait rien. Avec les nombreuses blessures, Sherbrooke a été quand même forcé de faire appel à lui pour un match à Chicoutimi. C’est à ce moment que les entraîneurs ont compris que Cregan était bon sous pression.

« J’ai gagné mon premier match! Durant les entraînements, bien souvent j’essaie des choses. C’est fait pour ça. Je suis un gamer. Quand ça compte, je suis capable d’être à mon meilleur. »

À quelques occasions, il a été préféré à Evan Fitzpatrick et à Reilly Pickard par la suite. Comme lors de la Classique hivernale la saison dernière à Drummondville.

Avec l’arrivée de deux jeunes gardiens cette saison au camp du Phœnix, sans parler de la présence du gardien de 20 ans Reilly Pickard au camp, plusieurs ont mis la tête de Cregan sur le billot. Mais chaque fois, la chance lui a souri et ses bonnes prestations forçaient la direction à le garder à Sherbrooke.

Le Phœnix a finalement pris la décision d’effectuer un virage jeunesse en milieu de saison, malgré l’absence de Thomas Sigouin blessé pour la saison. L’arrivée de Dakota Lund-Cornish à Sherbrooke aura entraîné le départ de Cregan à quelques semaines de la fin de son séjour dans la LHJMQ.

Jeudi, il a obtenu la première étoile à Rouyn-Noranda grâce à ses 37 arrêts sur 39 tirs reçus dans la défaite de 2-1 de l’Armada contre la meilleure équipe du circuit.

« Je vais vivre une expérience différente avec l’Armada. J’ai tenté de mêler les cartes le plus souvent possible à Sherbrooke et je serai éternellement reconnaissant envers le Phœnix, qui m’a offert la chance de me faire valoir. Je donnerai tout ce que je peux d’ici la fin de la saison en tentant de m’ouvrir un maximum de portes pour la suite des choses. Je regarde surtout vers les ligues universitaires. »

Cregan renouera d’ailleurs rapidement avec ses anciennes amours en revenant à Sherbrooke le 13 janvier.